29.8 C
Mamoudzou
mercredi 27 septembre 2023
AccueilorangeCrise de l’eau : de l’Europe à Mayotte, la colère monte

Crise de l’eau : de l’Europe à Mayotte, la colère monte

Passage aux 48h sans eau, capacités insuffisantes des réserves de stockage, bulletin de dégradation de la qualité de l’eau au robinet qu'il faut pourtant payer... des voix grondent. La facturation d’un service jugé non rendu ainsi que le manque de visibilité sur les mesures ministérielles sont notamment pointés. La Commission européenne serait prête à étudier une aide financière d’urgence pour Mayotte

Nous ne sommes qu’au début des coupures de 48h, et pas encore au bord de la vidange des retenues collinaires, que des ondes de protestations se répandent.

Tout d’abord, la Commission européenne s’est dite  « au courant et très inquiète de la crise à Mayotte », et se dit favorable à la proposition du Président de la Commission REGI, Younous Omarjee (La France Insoumise), d’apporter une aide d’urgence via des transferts depuis le Fonds européen de développement régional (FEDER) vers le Fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD). « Ces transferts permettraient notamment l’achat et la distribution gratuite de l’eau à toute la population mahoraise », précise Younous Omarjee dans un communiqué.

Une très bonne nouvelle, encore faut-il ne pas ponctionner sur des fonds FEDER alloués à la construction d’infrastructures pour Mayotte, mais bien, ouvrir une aide supplémentaire. Le député européen invite la Commission européenne « à préciser, par un règlement, les modalités de ces transferts ».

Du côté du Parlement européen, la commission en charge des affaires régionales a tenu, aujourd’hui, un débat sur la situation à Mayotte. Nora Mebarek, co-présidente de la délégation de la gauche sociale et écologique est intervenue au cours de ce débat pour évoquer « la capacité de l’Union européenne à apporter des solutions d’urgence et de solidarité », et revient sur, « la réorientation exceptionnelle des fonds régionaux européens », en évoquant également « la possibilité d’importer de l’eau minérale depuis un pays tiers, ou encore la mobilisation du fonds de solidarité de l’Union européenne ».

L’eurodéputée demande également qu’une partie significative des 347 millions d’euros du FEDER alloués à Mayotte pour 2021-2027 serve « à des investissements massifs pour le stockage des eaux pluviales et la production d’eau potable », en invitant l’Etat à « s’engager dans le lancement d’une Opération d’intérêt national dans ces territoires, à l’image de celle lancée à Marseille, en associant étroitement les collectivités locales à sa gouvernance ». Rappelons encore une fois que cette OIN avait été promise en 2018, mais qu’elle n’a pas encore été mise en œuvre.

Le ministre Vigier devant la retenue collinaire de Combani seulement remplie au quart de sa capacité

4 questions au préfet

C’est une voix quasi-unitaire qui se fait entendre ensuite, celle d’une intersyndicale CFDT, CGT Ma, FSU, CFE CGC, CFTC, SNU TER, qui demande audience au préfet Thierry Suquet sur quatre points : la disponibilité de l’eau au quotidien, sa potabilité, son prix facturé aux abonnés et un calendrier de réalisation des infrastructures annoncés. Rappelons que cela avait fait l’objet d’une interpellation du JDM auprès du ministre délégué aux Outre-mer qui a répondu que des « tableaux » seraient élaborés en pour figer les échéances, et qu’il s’agissait en cela « d’adopter la méthode du CIOM », le Comité Interministériel des Outre-mer mis en place par Elisabeth Borne. La population est en attente sur ce point,  nous avons d’ailleurs de notre côté initié une chronologie des investissements en fonction de leur mise en production.

Par ailleurs, les syndicats demandent au syndicat Les Eaux de Mayotte (LEMA, ex-SIEMA) et à son fermier la SMAE (Vinci construction OM), une distribution quotidienne de 2 bouteilles d’eau à toutes les familles de l’île « sans discrimination », la suspension du contrat d’affermage de ladite SMAE, la révision du protocole d’analyse de l’eau par l’ARS Mayotte en matière de potabilité de l’eau, et en profite pour secouer « les élus locaux et les parlementaires » qu’ils jugent défaillants, et pour demander au gouvernement de faire bénéficier le territoire de la solidarité nationale.

L’intersyndicale indique « soutenir » les actions en justice de la part d’associations de consommateurs, et appuie « tout acte de contestation », dont « le gel du paiement des factures d’eau jusqu’au complet rétablissement de la distribution régulière et normale de l’eau potable ». Une pression qu’elle pousse jusqu’à demander aux employés des secteurs public et privé d’user de leur droit de retrait dans une « désobéissance civile *», tout en demandant que les employeurs mettent en place un Plan de continuité d’activité (PAC).

Suspension des indemnités des élus au syndicat LEMA

Le laisser faire des élus du Syndicat LEMA pointé par le RN

Autre voix, politique celle-là, le représentant local du Rassemblement national (RN), qui s’insurge également contre les factures d’eau, un sujet pour lequel Saïdali Boina Hamissi est sûr de faire mouche. « Les usagers continuent à recevoir des factures exorbitantes sans qu’il y ait un service rendu », pointe-t-il accusant la SMAE de « vider le porte-monnaie des mahorais sans scrupule ». C’est bien la seule chose qui reste à vider en effet…

Le ministre des Outre-mer est également dans son viseur pour sa proposition de distribution partielle de bouteilles d’eau aux personnes les plus vulnérables, et des gourdes aux enfants, « plaçant Mayotte en situation d’un pays du tiers-monde ».

Également visée, la déontologie des élus du syndicat Les Eaux de Mayotte (LEMA, ex SIEAM) « qui brillent par leur silence (…) et continuent à percevoir des indemnités », et des maires « ignorant leurs responsabilités aux droits à l’accès à l’eau potable de tous les citoyens ». Rappelons que chaque commune dispose de deux représentants dans ce syndicat qui est passé d’intercommunal à mixte pour accueillir les EPCI. Il appelle les maires et les présidents d’interco à « mettre la main à la poche ».

La retenue collinaire de Combani dont la vidange est menace pour la fin du mois

Le RN demande en conséquence, « la suspension immédiate des indemnités des élus de cette structure qui semble être à l’agonie »,  « la suspension et le remboursement aux usagers des sommes perçues sur les factures émises sans services rendus depuis le début de cette crise d’eau » étant donné les précautions à prendre pour la rendre potable sur la période de purge, « la distribution des bouteilles d’eau à tous les Mahorais sans distinction » et le placement de Mayotte en « catastrophe naturelle ».

« Faites du bruit » avec des bouteilles vides

Du côté de la population, un appel à manifester est lancé pour ce samedi sous le slogan « Mayotte a soif ». Rendez-vous est donné à 8h devant la SMAE à Kawéni, avant de se rendre à la préfecture puis à la place de l’ancien Marché au rond-point de la barge à Mamoudzou. Des pancartes devraient fleurir sur les différents services touchés, santé, éducation nationale, avec une nouvelle dégradation de l’image de l’île. Des instruments pour « faire du bruit » sont confectionnés, « bouteille vide avec cailloux, mbiwi, sifflets, mégaphone », etc. Une pétition contre cette pénurie est rédigée, et une plainte collective constituée.

Anne Perzo-Lafond

*Action militante, généralement pacifique, consistant à ne pas se soumettre à une loi pour des motifs politiques ou idéologiques (Larousse)

 

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
SMAE, Vinci, LEMA, eau, Vigier, Mayotte

Manifestation pour l’eau : petit mouvement mais grand bruit au syndicat des Eaux

0
C'est une petite manifestation au regard de l'enjeu : avoir de l'eau au robinet. Et qui contraste avec l'abondance des commentaires sur les réseaux sociaux. Le fatalisme l'aura emporté sur une mobilisation perturbée par un mot d'ordre diffus
CADEMA, Caribus, mobilité, sécurité, Mayotte

Insécurité dans les transports : tout n’a pas encore été tenté

0
Alors que les travaux du futur Caribus annoncent une mise en service partielle pour 2024, les caillassages des bus qui ne se cantonnent plus aux scolaires mais désormais aux soignants, interroge Mohamed Hamissi sur l’absence de mesures anticipatrices. Ce spécialiste des transports en propose plusieurs
Contraception, Mayotte

Semaine de la contraception : « La maternité doit être consciente et pas accidentelle »

0
Derrière un thème que l’on pourrait considérer comme hyper médiatisé, la contraception, se cache un phénomène de société où les hommes apparaissent encore comme les grands ordonnateurs de la fécondité féminine à Mayotte
LOPMI, Mayotte,

Pouvoirs renforcés du préfet sur la politique de l’eau : Thierry Suquet s’explique

0
A la suite de l’activation de l’article de la loi de Programmation du ministère de l’Intérieur (LOPMI) conférant les pleins pouvoirs au préfet sur l’ensemble des services de l’État dans le seul cadre des mesures liées à la gestion de la crise, nous avons demandé des précisions à Thierry Suquet sur sa déclinaison
INSEE, Mayotte

INSEE – Stabilité des prix en août

0
Après une forte hausse en juillet, l'inflation se calme en août, avec enfin, une baisse des prix de l'alimentation... mais toujours pas ceux des produits frais. L'inflation annuelle est de 4,4% à Mayotte, malgré tout inférieure aux 4,9% national

Recent Comments