29.8 C
Mamoudzou
samedi 28 janvier 2023
AccueilEconomieUne année 2022 sinistre pour le secteur de l’hôtellerie et de la...

Une année 2022 sinistre pour le secteur de l’hôtellerie et de la restauration

Pour les professionnels de la restauration et de l'hôtellerie, l’année 2022 a douché tous les espoirs de relance du secteur d’activité. Restrictions sanitaires en début d’année, vagues de violences et coupures d’eau auront eu raison de la reprise économique qui aurait pu émerger. Le président de l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie (UMIH) de Mayotte, Charles-Henri Mandallaz, dresse le bilan de l’année écoulée.

« Le bilan de l’année 2022 est relativement mauvais alors qu’elle aurait pu être celle de la reprise de l’activité ». Le président de l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie (UMIH) de Mayotte, Charles-Henri Mandallaz, n’a pas caché son profond dépit. Une activité sinistrée compte tenu d’une succession de vagues de déconvenues dont la première est à placer, sous le signe du Covid en raison des « entraves telles que les couvre- feux et autres restrictions ».

Charles-Henri Mandallaz, président de l’UMIH

Les derniers stigmates de la crise sanitaire

Cette situation a « passablement grevé le début d’année », d’autant que le pass sanitaire n’a été levé qu’au mois de mars entraînant ainsi une fréquentation moindre des établissements de restauration. Avec le recul, note le président de l’UMIH, « cet épisode reste assez douloureux pour les gens qui sont attachés au respect de la loi » car selon lui, « ceux [ayant] respecté la réglementation, ont été les grands perdants de l’histoire alors que ceux qui ne l’ont pas respecté ont pu continuer à travailler normalement ». Cela a créé, souligne-t-il, une « certaine aigreur » alors  que la levée des restrictions sanitaires a coïncidé, à quelques mois près, « au début des remboursements des Prêts Garantis par l’Etat (PGE) ».

Interrogé en avril dernier, au sujet de ce dispositif de soutien aux entreprises pour atténuer les retombées économiques de la pandémie, Charles-Henri Mandallaz indiquait alors « avoir un œil attentif [concernant] les dégradations potentielles de trésoreries, et les situations de mise en danger de certains ». Est-ce que les conditions de remboursement des prêts se sont révélées être l’épée de Damoclès planant au-dessus des trésoreries des établissements ? « Sur cette question, pour l’instant ce n’est pas trop mal, cela n’a pas mis en danger d’entreprise chez nous », constate le président. Selon lui, « ce n’est pas ce qui a été le plus dommageable pour notre activité ».

La médiatisation en métropole de la violence à Mayotte : “une véritable catastrophe”

La détérioration significative du climat des affaires pour le secteur de la restauration est à chercher du côté de l’insécurité. « Nous avons perdu une quantité de chiffre d’affaires non négligeable à cause d’une activité du soir réduite à peau de chagrin. Les gens restaient calfeutrés chez eux », fait remarquer Charles-Henri Mandallaz. La flambée de violence notamment sur la commune de Mamoudzou a été « un fléau qui [a] terrassé nos activités du soir », renchérit-il. Une situation qui par ricochet médiatique a écorné une fois de plus l’image de l’île auprès des touristes. « L’ultra-communication négative engagée au niveau des médias nationaux a été quelque chose de totalement contre-productif, une véritable catastrophe », dénonce le président.

Les vagues de violences successives ont porté préjudice à l’activité des restaurateurs

Les effets ne se sont pas fait attendre concernant les réservations des nuitées dans les hôtels. « Si les établissements pour la partie Mamoudzou sont relativement bien fréquentés, pour ceux en dehors du chef-lieu, c’est une autre affaire puisqu’il s’agit essentiellement d’une clientèle composée de touristes », explique-t-il. Au regard de la publicité négative relayée en métropole tous azimuts, Charles-Henri Mandallaz a conscience de la nécessité de « redorer le blason de la destination Mayotte. On s’y attache en faisant énormément de promotion, de salon et de communication positive avec un grand ‘P’ ».

Avec les coupures d’eau, la coupe est pleine

La fin d’année aurait pu se présenter sous de meilleurs auspices puisque « nous avions entendu en début de saison une petite musique qui laissait supposer que les ressources en eau étaient largement suffisantes, qu’il n’y aurait pas de tour d’eau », ironise le président qui se désole du contexte actuel : « or cette année est une véritable catastrophe ». Il abonde : pour nous, les établissements recevant du public, la situation est claire, s’il n’y a pas d’eau nous sommes censés fermer. Vous imaginez encore la déperdition de chiffre d’affaires ? ». Une problématique « inacceptable » aussi bien pour les professionnels de la restauration que pour tout habitant de l’île, véritable « insulte à ce département ». Résultat, en comparaison à l’année de référence 2019, « les déperditions des chiffres d’affaires sont de l’ordre de 30 à 40 %, selon les établissements et leur emplacement », révèle Charles-Henri Mandallaz.

Une situation fiscale devenant peu à peu inextricable

Pendant que l’activité économique de ces professionnels est entravée par l’insécurité, le manque d’eau, les acquittements fiscaux et sociaux eux restent les mêmes. « Cette situation est presque indécente d’oser demander et de devoir payer les impôts que l’on paie alors que les basiques ne sont absolument pas assurés que ce soit au niveau de la sécurité ou des besoins en eau de la population. Il y a une situation qui dépasse l’entendement », dépeint le président. A ce titre, il prévient « que nous allons commencer à réfléchir à l’hypothèse de suites juridiques car on ne peut pas d’un côté avoir les services de l’Etat qui nous demande de payer la CFE, les impôts divers et variés, les cotisations URSSAF comme si de rien n’était alors que de l’autre côté vous ne pouvez que travailler à 60 % ».

Les coupures d’eau exaspère les professionnel du secteur de la restauration

Une prise en étau qui risque selon lui d’aboutir à des situations sanitaires périlleuses dans un contexte de coupures d’eau. En effet, le risque encouru si on ne donne pas la possibilité aux personnes de travailler correctement alors qu’ils doivent continuer à faire face à leurs obligations fiscales « c’est de se retrouver avec des systèmes D précaires avec des seaux d’eau, des réserves d’eau dans des bidons pouvant devenir fatalement un véritable problème sanitaire ». Pour éviter d’en arriver à ces extrêmes, le président de l’UMIH indique que des négociations sont en cours avec les services de l’Etat pour envisager une « hypothèse de subvention » et « la mise en place d’un système nous permettant un réservoir tampon d’eau sur nos établissements de restauration afin de pouvoir travailler dans des conditions sanitaires correctes ».

Qu’espérer à l’aune de cette nouvelle année au regard des problématiques structurelles qui secouent inlassablement l’île ? « On espère arriver cette fois-ci sur une vraie année de relance. Une année sans entrave, avec une baisse notable de l’insécurité afin que l’on puisse à nouveau circuler, respirer et travailler convenablement », révèle Charles-Henri Mandallaz ; même si sur l’insuffisance des infrastructures en eau, il a conscience « qu’il n’y aura aucun miracle ».

Pierre Mouysset

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Bilan 2022 du RSMA : répondre à chaque instant au défi d’innovation du territoire

0
L’année 2022 aura été charnière pour le Régiment du service militaire adapté de Mayotte. La création de deux compagnies et l’ouverture de la maison du SMA à Kaweni ouvrent des perspectives nouvelles ayant permis au régiment de changer, non pas de statut, mais de stature. Le colonel Larabi, chef de corps de cette unité, dresse le bilan de cette année écoulée, dont la coloration lui confère les attributs d’un millésime d’exception.
SMAE, Vinci, Mayotte

Coupure d’eau dans la commune de Mtzamboro et le village de Mtsangadoua

0
La Mahoraise des eaux dans un communiqué informe les usagers qu'une "coupure technique de la distribution destinée à remplir le réservoir de col Handréma et à réamorcer la distribution d'eau dans les villages de...
SMAE, Vinci, Mayotte

Coupure d’eau à partir de 19h ce dimanche pour Chirongui et Pamandzi / La...

0
La Mahoraise des Eaux, dans un communiqué, informe ses usagers qu'en raison de niveaux de réservoirs trop bas pour assurer une distribution normale, une coupure est rendue nécessaire à partir de 19h ce dimanche...
SMAE, Vinci, Mayotte

Coupures urgentes d’eau dans les communes de Dembéni et de Bandrélé jusqu’à ce soir...

0
La Mahoraise des Eaux dans un communiqué informe les usagers des "communes de Dembéni et de Bandrélé que la situation de l'alimentation en eau potable sur leur bassin de distribution n'est pas satisfaisante à...
SMAE, Vinci, Mayotte

La coupure d’eau de Chirongui reportée à 19h ce jeudi soir

0
La SMAE, dans un communiqué, informe les usagers de la commune de Chirongui "que la situation de l'alimentation en eau portable au sud ne permet pas de les exonérer du tour d'eau de ce...

Recent Comments