Dauphins, pêche et courants : Bilan et projection du Parc Naturel Marin pour 2019

Le conseil de gestion du Parc naturel marin de Mayotte s’est réuni mercredi 13 mars sous la présidence de Abdou Dahalani au SIEAM à Kaweni. On y note la volonté de cerner dans un modèle, les différents courants autour de l'île. Et on espère une pérennisation des corps morts.

0
254
Les agents du parc naturel marin partaient pour une mission scientifique

Le principal objet de ce premier conseil de gestion de l’année est l’approbation du bilan d’activités de l’année 2018 ainsi que les actions programmées sur l’année 2019. En matière d’objectifs de actions du Parc, le niveau est ambitieux, ne serait-ce que sur la bonne qualité des eaux du lagon, étant donné le faible niveau de raccordement à l’assainissement à Mayotte. Le Schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) reste le fil conducteur.

Il s’agit aussi de faire de Mayotte un pôle d’excellence en matière de connaissance et de suivi des écosystèmes marins tropicaux et de la mangrove, de Développer une activité de pêche professionnelle hors du lagon, « écologiquement exemplaire et pourvoyeuse d’emplois et de produits de la mer pour Mayotte », de Développer les filières aquacoles, de Faire découvrir le milieu marin et sa biodiversité grâce à l’organisation des activités de loisirs et la professionnalisation des acteurs du tourisme, de Pérenniser et valoriser les pratiques vivrières et les savoirs traditionnels, et de Protéger et mettre en valeur le patrimoine naturel, de la mangrove aux espaces océaniques.

Le rapport d’activités fait état des résultats obtenus et des réalisations du Parc et de ses partenaires dans le courant de l’année 2018. Certaines de ces actions sont clôturées, comme par exemple l’étude des grands dauphins de l’Indo Pacifique (Tursiops aduncus) mais, pour la plupart, ce sont des actions continues, à l’instar des nombreux suivis (qualité de l’eau, récifs coralliens, effort de la pêche mahoraise…), ou récurrentes, par exemple les manifestations (Le Défi du fundi, Premières bulles au pays du corail) ou les appels à projets (projets éducatifs et projets des acteurs territoriaux dans les villages).

On attend aussi du PNM l’entretien et la pose de corps-morts, dont certains ont disparu autour du lagon, et qui évite aux bateaux de jeter l’ancre et d’endommager les patates de corail.

Nos raies manta intéressent la Floride

Le conseil de gestion du PNM

En plus des nombreux projets en continuité entre l’année passée et celle à venir, de nouvelles actions sont programmées en 2019 comme, par exemple :
– la conception d’un modèle de courantologie du lagon : le Parc a besoin de se doter d’un outil de modélisation de la dynamique des masses d’eau permettant de mieux comprendre la vie du lagon et surtout d’aider à la décision lors d’aménagements ou d’évènements l’affectant,
– l’appui à l’étude des mouvements, des habitats, et de l’écologie alimentaires des raies manta de récif (Mobula alfredi) menée par l’Université Internationale de Floride pendant 3 ans et qui débutera en 2019,
– la mise en place de dispositifs de concentration de poissons dans la limite des 5 milles nautiques pour encourager les pêcheurs professionnels à sortir du lagon,
– la réalisation d’un guide du plaisancier,
– la conception d’une pirogue homologuée et respectueuse de l’environnement afin de revaloriser l’embarcation traditionnelle et l’inscrire dans la durabilité,

Partage de connaissances

Le rapport d’activité du PNM 2018

Une présentation des actions réalisées en 2018 et de celles programmées en 2019 pour chaque objectif de gestion, a été faite aux membres du conseil de gestion.
Cela a donné lieu à de nombreux échanges. Certaines questions visaient à mieux comprendre les connaissances acquises sur les espèces, les milieux et les activités maritimes. En effet, ces connaissances sont des outils essentiels aux prises de décisions du conseil de gestion. D’autres prises de parole visaient à mieux cadrer certains projets envisagés sur l’année 2019. L’équipe du Parc, au service du conseil de gestion, en a tenu compte.

Des échanges ont également eu lieu entre les différents services de l’Etat et les représentants des différentes catégories d’usagers (professionnels, plaisanciers, élus, …) afin de partager des informations sur leurs domaines respectifs, permettant ainsi d’harmoniser le niveau d’information des acteurs maritimes de Mayotte.

Le rapport d’activité 2018 et le programme d’actions 2019 ont tous deux été adoptés à l’unanimité. Le rapport d’activités 2018 est consultable en ligne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here