Presse: Faux terroriste, vraie corruption, une nommination aux César et une vedette au Québec

0
123

REVUE DE PRESSE. C’était parfaitement idiot compte tenu du contexte actuel. Le Journal de l’île de La Réunion raconte l’interpellation d’un homme à Plaisance, l’aéroport de Maurice, après une blague de bien mauvais goût. Ce Réunionnais avait déclaré qu’il avait une bombe dans sa valise… ce qui n’a pas fait rire les services de sécurité qui ont appelé le déminage. L’homme de 46 ans, en vacances à Maurice depuis un mois, était parait-il dans «un état second». Il a terminé son séjour par la case prison.

Transparency international: la carte de l'Indice de corruption. Plus c'est rouge, plus la perception de la corruption est forte
Transparency international: la carte de l’Indice de corruption. Plus c’est rouge, plus la perception de la corruption est forte

On ne rigole pas non plus avec la corruption qui continue de gangrener Madagascar, si on en croit l’ONG Transpararency International. L’organisation, qui a présenté son «Indice de Perception de la Corruption» (IPC) hier mercredi, place la Grande Île à la 123e place mondiale.

«Tous les secteurs et compartiments sont corrompus, partiaux, notamment dans le trafic des ressources naturelles», note la Tribune de Madagascar. «Les arrestations et condamnations sont quasi-inexistantes, à l’exemple de cet opérateur qui a été appréhendé mais remis en liberté pour prendre le large à l’extérieur», dénonce l’ambassadeur américain à Tananarive dans le journal.

Mada Corruption«Les doutes reposent sur les moyens durables de lutte contre la corruption», précise la Tribune. «Jusqu’en 2025, la nouvelle politique et stratégie de lutte contre la corruption prévoit 0,5% du budget national pour les structures de lutte contre la corruption contre 0,1 actuellement». Reste à savoir si cette volonté va se traduire dans la réalité.

A noter que ce classement place la France à la 23e place. Dans la région, les Seychelles (40e), Maurice (45e) et l’Afrique-du-Sud (61e) sont les pays mieux notés. Dans le bas du classement, le Mozambique est 112e et les Comores font encore moins bien que Mada en se classant à la 136e place.

La Réunion aux César

Côté culture, on parlera de l’océan Indien lors de la cérémonie des César du cinéma, le 26 février prochain à Paris. «’Adama’, le premier long-métrage d’animation entièrement tourné à la Réunion, au studio Pipangaï au Port, a été nommé dans la catégorie du César du meilleur film d’animation», s’enthousiasme le JIR.

L'histoire du jeune "Adama" aux César (Image: JIR)
L’histoire du jeune “Adama” aux César (Image: JIR)

Il est en compétition avec deux autres longs-métrages d’animation, “Avril et le monde truqué” de Christian Desmares et “Le Petit Prince” de Mark Osborne.

«Nous sommes un peu surpris, mais aussi très heureux de voir ce travail reconnu», a confié Vincent Payet de l’Agence Films Réunion. «Cette nomination montre que le travail paye et qu’il y a beaucoup de talents à la Réunion», s’est-il réjoui.

Pour ceux qui ne l’ont pas vu, “Adama”, raconte l’histoire d’un jeune Africain d’une douzaine d’années, qui va braver l’interdit des Anciens pour partir à la recherche de son frère disparu. «Depuis sa sortie en fin d’année dernière, “Adama” a été présenté dans des festivals du monde entier, en Asie, en Europe, en Afrique… Egalement projeté aux Etats-Unis, il a même reçu les éloges de Kristof Serrand, le directeur de DreamWorks Animation», relève le JIR.

Est-elle la voix ?

Capture d'écran du JDQ, le journal de Québec
Capture d’écran du JDQ, le journal de Québec

Enfin, un autre talent est mis à l’honneur actuellement. Une jeune Québécoise originaire de Madagascar dénommée Haingo Nirina fait vibrer le Canada dans l’émission «La voix», version locale du programme «The voice» proposé en France par TF1.

Elle explique au Journal de Québec que «tout le monde à Madagascar est emballé, pas juste ma famille. C’est la même chose au sein de la diaspora malgache. Ils sont fiers qu’une Malgache chante ici au Québec. Ça me touche». Le JDQ raconte que la jeune femme a donné «un nouvel élan à son rêve» car c’est «essentiellement pour transformer sa passion pour la musique en carrière que Haingo Nirina a quitté son pays pour s’installer au Québec, en janvier 2007»… En plein hiver !

«En sortant de l’avion, je respirais et je me sentais comme dans un congélateur. Je n’étais pas habituée. Et je n’étais pas préparée non plus, car je n’avais pas de souliers pour l’hiver», a-t-elle confié à nos confrères.
C’est donc bien acclimatée qu’elle est à présent sous les feux des projecteurs du programme musical.

RR
www.lejournaldemayotte.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here