Koungou : une cinquantaine d’interpellations au terme d’une journée de maintien de l’ordre

Reprendre la main sur les quartiers des hauteurs de Koungou, à quelques mètres de la mairie, c'était l'objectif de cette opération ce mardi toute la journée, rythmée encore une fois par les tirs de grenades lacrymogènes

0
685
Les forces de l'ordre menaient une opération d'interpellation des auteurs de violences

Le déploiement de force était impressionnant ce mardi matin, avec une centaine de forces de l’ordre gendarmes et policiers confondus. Il s’agissait de sécuriser le quartier proche de la mairie, mis à mal par les violences de vendredi dernier, dont des agressions de résidents qui furent obligés de fuir de leurs logements, pillés et dévastés par des adultes et des jeunes.

L’arrêté du préfet de destruction du quartier dit « Jamaïque » prévu le 9 mars, a provoqué ces émeutes. Une partie y vivait paisiblement, se plaignant du trafic de drogue et de prostitution qui y régnait. Nous n’avons pu avoir les résultats de l’enquête sociale auprès le ACFAV France Victime 976, n’ayant pas réussi à joindre les dirigeants. Mais selon la mairie de Koungou, environ 90% des personnes y résidant seraient en situation irrégulière.

L’insalubrité de cette zone, sans eau, ni électricité, ni gestion des déchets, doublée de la dangerosité du site où un glissement de terrain avait emporté une famille, a incité l’Etat à organiser la destruction de ce quartier.

Plan de démolition du quartier Jamaïque

Nous n’avons pu non plus avoir de chiffres des interpellations de la gendarmerie, ni de la préfecture qui semble centraliser la communication, mais le maire Bamcolo indiquait sur Mayotte la 1ère le nombre conséquent de 48 personnes interpellées. Qui semble véridique, selon nos informations.

A.P-L.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here