Des décisions pour éviter l’asphyxie des mangroves

0
69
Une matinée pour évacuer des déchets jetés par les habitants d'un quartier de Majicavo
Une matinée pour évacuer des déchets jetés par les habitants d’un quartier de Majicavo

Les services écosystémiques des mangroves ont été largement abordés lors des Journées des 3 et 4 février qui leur étaient consacrées. Parmi eux, celui de filtre est le plus communément admis. Et à Mayotte, les palétuviers sont mis à rude épreuve. Ainsi, comme l’avait souligné Faouzia Cordji lors d’une récente intervention, arrêtons-de nous demander comment protéger l’environnement, commençons par utiliser les outils que nous avons déjà.

La mairie de Mamoudzou a montré que c’était possible en faisant intervenir en décembre dernier, sa police municipale pour chasser les vendeurs à la sauvette, qui se servaient des branches de palétuviers comme cintres, en investissant les dessous de mangrove entre Mamoudzou et Kawéni.

Alors que l’association Les Naturalistes avait organisé des excursions aux quatre points de l’île Hippocampe samedi pour découvrir ou redécouvrir la mangrove, celle de Majicavo croulait sous les déchets (voir photo). C’est ce qui a décidé le Lions club international à programmer une opération de nettoyage : « Les plages de Koungou sont nettoyées tous les jours par la mairie, mais celle-ci n’est pas intégrée à leur programme », explique Thierry Tardieu, président du Lions club Mayotte Ylang.

Prés de 17m3 de déchets

Les bénévoles s'affairent sur la plage Pagès
Les bénévoles s’affairent sur la plage Pagès

Il a donc décidé d’œuvrer avec le Leo Club Arc-en-ciel, le Rotaract Club et le Rotary club pour assainir le littoral. Surtout qu’il s’agit d’un lieu prisé par les enfants de Majicavo, qui ont pris l’habitude d’y dresser des cages en bambou pour d’effrénées parties de foot. Une plage nommée « Pages », du nom de l’ancien propriétaire des terrains à proximité.

« Le maire lui-même est venu nous aider, ainsi que deux adjoints, un agent du Centre pénitentiaire, des randonneurs, et des habitants du village », se réjouit Thierry Tardieu. Ils étaient plus d’une trentaine de bénévoles environ.

Ils ont commencé le nettoyage à 7h30, et à 11h avaient déjà rempli une benne de 10m3 prêtée par Enzo, « nous devrions atteindre les 17m3 », estime-t-il. Les déchets sont évacués de la plage grâce au petit 4×4 du Rotaract, qui effectue d’incessantes rotations.

Des déchets qui arrivent de la terreLions club international

Le matériel de nettoyage est financé par le Lions club, ainsi que par les services de la mairie pour les sacs poubelle et les boissons.

Certaines plages ressemblent à des aimants à déchets, et celle-ci doit impérativement être placée sous surveillance par la mairie. Mounirou Ahmed Boinahery, Responsable des Affaires générales et en particulier de la Gestion des déchets à la mairie de Koungou, explique les actions envisagées : « Les déchets qui jonchent la plage arrivent tout droit du quartier Bandrajou, sur les hauteurs, déposés là par les eaux pluviales. C’est ce flux qu’il faut maîtriser. Nous allons profiter de la signature de l’ANRU cette semaine pour sensibiliser les habitants. » Le plan de collecte des déchets doit également certainement être revu.

Un travail pour le SIDEVAM, le syndicat de collecte et de traitement des déchets, présidé par le maire de Koungou lui-même.

Dimanche, la journée s’est terminée par un grand pilao préparé par le Lions club qui fête cette année ses 100 ans.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here