23.8 C
Mamoudzou
jeudi 28 septembre 2023
AccueilEconomieRestauration-hôtellerie : « Comme le Covid, la crise de l’eau débouche sur une crise...

Restauration-hôtellerie : « Comme le Covid, la crise de l’eau débouche sur une crise économique »

Les professionnels des métiers de la restauration et de l’hôtellerie étaient conviés à une assemblée générale extraordinaire de l’UMIH (Union des métiers et des industries de l'hôtellerie) ce lundi, qu’ils soient membres ou non.

Sans distanciel en raison d’un problème technique, ils étaient 35 à se réunir ce lundi au lycée des Lumières pour évoquer les contraintes que font peser sur leur activité les tours d’eau.

Propriétaires de gîtes, de chambres d’hôtes, d’hôtel, de cafés et de restaurant, quasiment tous les métiers étaient représentés, et donc, de tous les coins de l’île. Et force était de constater que c’était utile à la prise de conscience. « Si la préfecture a choisi de préserver le pôle économique qui s’étend de Petite terre à Longoni en passant par Kawéni avec des coupures ciblées la nuit, nos collègues des autres zones de l’île nous ont fait remonter des situations compliquées avec des coupures de 48h. Nous n’avions pas percuté l’ampleur du phénomène », constate Charles-Henri Mandallaz, gérant du restaurant L’orient express et président de l’UMIH Mayotte.

Relais confédéral

Charles-Henri Mandallaz fait un parallèle avec la crise Covid

De fait, les demandes d’adhésion au syndicat furent nombreuses avec la nécessité de se fédérer. « La seule solution pour que l’activité perdure, c’est d’acheter un système d’approvisionnement de secours à nos frais ». Il rapporte l’installation qu’il a financé pour sa résidence hôtelière : « Deux cuves alimentaires de 1.000 litres avec filtration équipées d’un clapet antiretour pour éviter le mélange des flux, et dotées d’un flotteur pour la circulation de l’eau, accompagnées d’un surpresseur m’a couté 10.000 euros. Et 4.000 euros pour le restaurant. Et tout ça, sans aucune aide de l’Etat alors que nous subissons cette situation sur laquelle nous n’avons aucune emprise. »

L’autorisation de placer leur personnel en activité partielle au taux conventionnel ne les satisfait pas, « nous ne voulons rien débourser. »

Ils ont fait remonter leur mécontentement au président confédéral de l’UMIH, Thierry Marx, « qui a adressé un courrier à la première ministre et aux ministres Dussopt, Vigier et Le Maire pour défendre notre point de vue. »

Leurs demandes « rejoignent celles formulées lors de l’épidémie Covid ». Même si les établissements ne sont pas fermés comme lors du confinement. Les demandent portent sur la remise en place du fonds de solidarité en évoquant une perte de clientèle, une remise en place de l’activité partielle à taux plein « avec régime dérogatoire comme pendant le Covid », une subvention pour les achats de cuves et de surpresseurs, et un dégrèvement sur les cotisations sociales et sur la fiscalité.

Les hôtels doivent investir pour continuer à proposer des douches

Des mesures d’autant plus urgentes selon eux, « que nous n’avons aucune visibilité sur la crise de l’eau. » En auront-ils davantage ce mardi ? En tout cas ils seront reçus en préfecture.

Anne Perzo-Lafond

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Halle de pêche, Koungou, Mayotte

La halle de pêche flambant neuve de Koungou détruite par un incendie

0
Par encore inaugurée et complètement détruite. La halle de pêche de Koropa est partie en fumée dans la nuit de mardi à mercredi, deux ans après l’incendie criminel de la mairie de Koungou. "Je suis écoeuré", témoigne le maire Assani Saindou Bamcolo

Crise de l’eau : « Le mois d’octobre va être très compliqué », annonce le ministre Philippe...

0
L’hebdomadaire Comité de suivi de ressource en eau se tenait ce mercredi en présence du ministre. Le niveau des retenues collinaires continuant sa chute, et l’apport supplémentaire de production d’eau potable ne se faisant pas avant un ou deux mois, le doublement du temps de coupures est à l’étude
SMAE, Vinci, LEMA, eau, Vigier, Mayotte

Manifestation pour l’eau : petit mouvement mais grand bruit au syndicat des Eaux

0
C'est une petite manifestation au regard de la cause : avoir de l'eau au robinet. Et qui contraste avec l'abondance des commentaires sur les réseaux sociaux. Le fatalisme l'aura emporté sur une mobilisation perturbée par un mot d'ordre diffus
CADEMA, Caribus, mobilité, sécurité, Mayotte

Insécurité dans les transports : tout n’a pas encore été tenté

0
Alors que les travaux du futur Caribus annoncent une mise en service partielle pour 2024, les caillassages des bus qui ne se cantonnent plus aux scolaires mais désormais aux soignants, interroge Mohamed Hamissi sur l’absence de mesures anticipatrices. Ce spécialiste des transports en propose plusieurs
Contraception, Mayotte

Semaine de la contraception : « La maternité doit être consciente et pas accidentelle »

0
Derrière un thème que l’on pourrait considérer comme hyper médiatisé, la contraception, se cache un phénomène de société où les hommes apparaissent encore comme les grands ordonnateurs de la fécondité féminine à Mayotte

Recent Comments