25.8 C
Mamoudzou
samedi 4 février 2023
AccueilEconomieTransport en commun : la guerre des modes aura-t-elle lieu ?

Transport en commun : la guerre des modes aura-t-elle lieu ?

Alors que les tractopelles préparent le futur tracé des voies qu’automobilistes et bus sont impatients d’emprunter, germe la crainte d’un doublon : mettre en circulation Caribus du transport urbain de la CADEMA sur la même portion de route que le transport interurbain du conseil départemental, fait peser un risque sur le remplissage des bus et d’un gaspillage d’argent public. Cette fois, il va falloir anticiper.

Le dimanche 27 novembre 2022, le président Emmanuel Macron déclarait vouloir accélérer la mise en place de transport en commun dans les dix grandes villes françaises « où il y a thromboses » et pour tenir notre ambition écologique.

Mayotte au réseau routier sous-dimensionné, se met au transport en commun par besoin vital, sans réflexion sur une ambition écologique, « pour cela, il faudrait que toutes les collectivités autorités organisatrices des transports coopèrent. Or, ce n’est pas le cas. » Celui qui met ainsi en garde contre un risque de cumul de services est évidemment Mohamed Hamissi, spécialiste des transports en commun.

Ne pas doubler l’offre sur le circuit de l’agglomération de Mamoudzou

Il prend en exemple le trajet Hauts-Vallons-Passamainty, où vont intervenir deux réseaux, celui de la CADEMA sur le Grand Mamoudzou, et celui du conseil départemental qui s’étend depuis Mamoudzou au Nord et au Sud : « Le transport interurbain du conseil départemental va-t-il être accepté sur le bitume du réseau Caribus aménagé par la CADEMA ? ». Comme on l’a vu la semaine dernière, la Communauté d’agglomération Dembéni-Mamoudzou mène les travaux actuels à Kawéni et à Passamainty, où pour le coup, une thrombose liée aux travaux a vu le jour.

Ce qui induit d’autres interrogations : « Les transports scolaires, auront-ils le droit d’emprunter cette voie libre dédiée aux bus ? Et les taxis ? » Car actuellement, et malgré les démarches, les taxis ne sont pas intégrés au réseau Caribus, pas plus que les transports scolaires ou le transport interurbain. Les véhicules d’urgence eux, pourront emprunter cette voie dédiée, « mais si tout ce petit monde y roule, on va à nouveau se retrouver avec des bouchons ! »

Taxis, Mayotte
Depuis le début, les tentatives d’intégrer les taxis au dispositif sont restées vaines

Pas de passage au vert pour les taxis

Pour lui, la solution serait de décider que les lignes de transport en commun du CD s’arrêtent là où commencent celles de la CADEMA : « Si on raisonne environnement durable, il faudrait arrêter le réseau interurbain à Tsararano, et on prendrait ensuite le Caribus ou une ligne maritime, et pareil au Nord, avec un changement aux Hauts-Vallons. »

Et pour éviter ce genre de redondance, il suggère « une autorité de transport unique », qui devra organiser ce partage des zones, mais aussi, les usagers de la voie dédiée aux bus, « si les bus scolaires, les forces de l’ordre, les urgences, les taxis l’empruntent, les voies de bus ne vont plus répondre à leur vocation initiale. »

Cette autorité pourra notamment réfléchir à l’avenir des taxis, pensés initialement comme liaisons entre les arrêts de bus et les lieux où veulent se rendre les passagers, bureaux, commerces, etc. Une autre évolution est possible dit-il : « En tant que taxi, ils relèvent du ministère de l’Intérieur, alors que s’ils changent de véhicules en optant pour des multiplaces de 9 passagers, il s’agira de transports en commun et pourront être intégrés sur ces voies de circulation propres. » Et être équipés : « Les giratoires du parcours vont être transformés en carrefour à feux tricolores avec détection dès l’approche du bus pour déclencher un passage au vert. Ils embarqueront pour cela un équipement particulier, qui pourra être alloué aux taxis dès lors qu’ils basculent en collectif. » Un équipement qui n’est pas prévu dans les transports scolaires, ni interurbains qui devront.

Mohamed Hamissi : « Il faut que la CADEMA et le conseil départemental s’entendent pour éviter les doublons »

On le voit, chacun raisonne sur son périmètre de compétence, « on va assister à une guerre des modes » de transport, avertit Mohamed Hamissi qui prêche pour « faire tomber les frontières administratives » avant qu’il ne soit trop tard, « la coopération ne se décrète pas, ils doivent accepter de discuter pour fixer des objectifs communs avec une feuille de route commune. » Dans une volonté d’anticipation.

Il craint par dessus tout que la juxtaposition de décideurs créée une désorganisation sur cette voie dédiée aux bus et que personne ne monte dans ces derniers faute d’efficacité.

A autorité unique, ticket unique

D’autre part, la coopération entre décideurs permettrait de mutualiser les moyens : « Aujourd’hui, le coût prévisionnel d’exploitation annuel des transports en commun interurbains et urbain terrestres et maritimes, sera d’environ 70 millions d’euros lorsqu’ils seront tous intégralement mis en service. Mais comment les rentabiliser sur un territoire où 77% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté ? Ceux qui ont les moyens d’avoir une voiture ne vont pas forcément prendre le bus. On se retrouvera donc avec un public captif, ceux qui n’ont pas de permis, donc pas de moyens financiers. »

Caribus, Mayotte
Les trajets des Bus à Haut Niveau de service (BHNS)

Le modèle économique repose sur des recettes provenant des tickets de bus, du budget de la CADEMA, et du versement de la taxe mobilité des entreprises de plus de 11 salariées situées sur le trajet de bus. « Mais face à la croissance démographique d’une population qui a peu de moyens, ça ne va pas tenir », met-il en garde.

Pour reprendre l’exemple de la portion Tsararano-Mamoudzou, au lieu d’avoir trois lignes qui la desservent, deux lignes de transport terrestre (CD et CADEMA) et une maritime, Mohamed Hamissi propose une solution : « Le conseil départemental pourrait investir dans des grands cars avec participation financière de la CADEMA, et on maintient la ligne maritime Iloni-Mamoudzou pour donner le choix entre une ligne terrestre et une maritime. »

Sans coopération, chacun défendant sa baronnie par fierté d’avoir mené le projet jusqu’au bout, c’est le fiasco assuré : « Rien ne sera opérationnel avant 2024. On va alors organiser des séminaires ou mandater un expert pour comprendre, alors qu’on savait ce qui allait se passer ! »… Sur le même air que l’engorgement à Passamainty ?

Cette coopération institutionnelle devient donc un enjeu vital d’équilibre économique du marché des transports scolaires, « et c’est aussi ce qui va permettre de déboucher sur un ticket unique de déplacement sur plusieurs modes de transport, barge, bus, ligne maritime. »

Un sujet très politique, souligne-t-il, « un point d’équilibre entre la libre administration des collectivités et la résistance des baronnies qui veulent se faire valoir aux yeux de leurs électeurs ».

Anne Perzo-Lafond

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Six nouveaux magistrats sont arrivés à Mayotte

0
Le ministre de la justice, Éric Dupont-Moretti, avait annoncé il y a quelques mois de cela l’envoi de renforts pour le tribunal judiciaire de Mamoudzou. C’est chose faite puisque six nouveaux magistrats sont arrivés...

Un recensement de la population mahoraise sous le signe de la transparence

0
Le recensement de la population mahoraise a débuté ce jeudi et se terminera le 3 mars. Nous avons suivi un agent recenseur sur le terrain afin de voir comment il procède pour effectuer cette mission dans un département où l’habitat et les pratiques culturelles diffèrent grandement par rapport à l’Hexagone ainsi que dans les autres départements d’Outre-mer. État des lieux...
Gendarmerie, police, Mayotte

Les chiffres de la préfecture confirment une aggravation de la délinquance en 2022

0
Alors que les statistiques nationales sur la délinquance ont été publiées ce mercredi, affichant une augmentation de vols avec arme à Mayotte, deuxième territoire de France le plus impacté, la préfecture livre un comparatif de la délinquance sur 2021. La période actuelle est plus calme, indique le général Capelle
Halo, Mayotte, Transdev

Perturbation du ramassage scolaire en raison de caillassages de bus dans le Nord

0
Le Réseau Halo informe l’ensemble des usagers, qu’en raison des dégâts occasionnés suite à 8 caillassages de véhicules du réseau Halo ce jour dans la zone Nord, les services de la zone Nord seront...
PAF, Shikandra, LIC, Mayotte

Lutte contre l’immigration clandestine : plus de 25.000 reconduites à la frontière en 2022

0
La préfecture vient de livrer les chiffres de la lutte contre l’immigration clandestine à Mayotte, autrement appelée opération Shikandra, sur l’année 2022. Après deux ans d’activité perturbée par la crise sanitaire et ses confinements, c’est un retour à une année presque normale. Qu’il faudra donc aussi comparer avec 2019, année d’avant Covid

Recent Comments