29.8 C
Mamoudzou
samedi 10 décembre 2022
AccueilEconomiePiste longue de Mayotte : entre 2,5 millions à 3 millions de...

Piste longue de Mayotte : entre 2,5 millions à 3 millions de m3 de matériaux nécessaires

Le 6e volet du dossier de présentation de la piste longue de Mayotte publié en octobre s’attarde sur le scénario d’aménagement du site de Pamandzi. Revenant sur les facteurs validant le choix du scénario 2, le document apporte des précisions quant aux principales caractéristiques du scénario retenu. Il va falloir surélever la nouvelle piste de 7 à 9 mètres.

Lors de la conférence de presse ayant suivi le comité de pilotage de la piste longue de Mayotte en septembre dernier, le préfet avait annoncé le choix du scénario retenu. « Parmi les deux scénarios qui avaient été présentés lors du débat public de 2011 la faisabilité de la solution qui prévoit la création d’une nouvelle piste convergente s’appuyant sur l’extrémité sud de la piste actuelle », avait alors été confirmé par le délégué du gouvernement .

La conférence de presse suite au COPIL de septembre dernier

Un volume de matériaux de l’ordre de 2,5 à 3 millions de m3

Le 6e volet de présentation portant sur le scénario d’aménagement du site de Pamandzi, reprend les arguments qui ont conduit à privilégier le scénario 2, dont le plus déterminant porte le nom de Fani Maoré. Suite à l’apparition du volcan sous-marin et au regard des risques accrus de séismes, de tsunami ainsi que de l’enfoncement de l’île – phénomène de subsidence – pouvant être générés, le scénario 1 s’est tout simplement révélé techniquement impossible à protéger face aux risques naturels. En effet, le document indique ainsi que le prolongement de la piste actuelle par le Sud ne permet pas à cette dernière d’être protégée « d’un tsunami important ». Outre cette impossibilité technique, l’impact environnemental généré par le scénario 2 apparaît « globalement plus favorable » que le scénario 1, tout en apportant « des améliorations en termes de nuisances sonores et de qualité de l’air pour les habitants de Pamandzi ».

Construite sur un remblai-digue d’une longueur de 2780 mètres, comprenant les marges de sécurité RSE (Runway Starter Extension), la surélévation de la piste longue rendue nécessaire face aux risques naturels sera de quasiment 9 mètres à l’extrémité Sud et 7,5 mètres à l’extrémité Nord. Pour sa part le remblai-digue bénéficiera d’une carapace d’enrochements constituée d’ouvrages en béton réalisés sur place. L’estimation du volume des matériaux nécessaires à la construction de l’ouvrage est de l’ordre de 2,5 à 3 millions de m3. Des aménagements indispensables ayant inéluctablement alourdi la facture du projet désormais établie entre 550 et 700 millions d’euros.

La nécessaire création d’installations portuaires

Le scénario d’une piste convergente à l’actuelle retenu

Le document note que « la ressource en matériaux est disponible à Mayotte » nécessitant néanmoins l’ouverture de nouveaux sites d’extraction tels que « les collines du Four à Chaux et de Labattoir sur Petite Terre pour les remblais, le site d’Hajangua sur Grande Terre pour les granulats ». Compte tenu de l’ampleur exceptionnelle du projet, sa réalisation ne pourra débuter qu’après « la création de nouvelles installations portuaires et de cheminements routiers, créés spécialement pour le transport des matériaux jusqu’au chantier ».

De nombreuses étapes jalonnent encore le chemin avant d’arriver au début des travaux en 2026 dont notamment les études complémentaires sur le site d’implantation alternatif de Bouyouni-M’Tsangamouji, afin de border juridiquement le projet. Mais aussi les études de réalisation des nouvelles installations portuaires sur Grande-Terre et Petite-Terre. Le processus d’utilité publique aboutissant à la déclaration d’utilité publique devrait survenir, quant à lui, à l’horizon 2025.

Pierre Mouysset

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Piste longue, aéroport, Mayotte, Emmanuel Macron, DGAC

Quand on parle d’aménagement à Mayotte, difficile d’éviter la piste longue

0
L’infrastructure n’est pas inscrite au SAR, car elle va au delà des défis de développement du territoire qui incombent aux communautés de communes, assurent ses rédacteurs. Mais des interrogations se font jour quant à l’aggravation des contraintes liées au scénario retenu

De nouvelles perspectives d’envol pour le secteur aérien à Mayotte

0
Ce mercredi, l'entreprise HELILAGON, implantée à Mayotte depuis plus de 2 ans dans le cadre du transport sanitaire, organisait une conférence de presse. L’objectif ? Présenter les deux autres branches d’activités de l’entreprise à savoir le travail aérien et les vols touristiques.

Assemblée du CESEM : Mayotte, un territoire de discrimination institutionnalisée ?

0
Lors de l’assemblée plénière de ce lundi, le CESEM a présenté la synthèse du rapport « À Mayotte qui fait quoi ? Entre opportunité d’agir et intérêt à réagir ». Présenté par la présidente et le rapporteur de la Commission affaires générales, financières et internationales, ce document se veut dresser un constat sans ambages de la situation à Mayotte.

Piste longue : début des travaux repoussé à 2026 en Petite Terre

0
La Case rocher a accueilli dans la matinée de ce mercredi le comité de pilotage de la piste longue de Mayotte. L’occasion pour le préfet de Mayotte d’annoncer le choix du scénario retenu, l’allongement du calendrier de réalisation ainsi que la réalisation d’une étude complémentaire en 2023 portant sur l’analyse d’un site d’implantation sur Grande-Terre afin de border juridique le projet de piste longue
Piste longue, Mayotte, DGAC, Autorité de l'environnement

Piste longue: une étude sur sa réalisation en Grande Terre comme faire-valoir

0
Dans le cadre de l’élaboration du projet de piste longue, la pression sur l'environnement incite à envisager tous les scénarios. C’est ainsi que l’Etat lance une étude sur une alternative en Grande Terre. Non pas parce que les dernières données compromettraient la construction d’une piste longue en Petite Terre, assure le délégué du projet à la DGAC, mais pour présenter une réponse juridiquement imparable

Recent Comments