24.9 C
Dzaoudzi
vendredi 30 septembre 2022
AccueilEconomiePiste longue : début des travaux repoussé à 2026 en Petite Terre

Piste longue : début des travaux repoussé à 2026 en Petite Terre

La Case rocher a accueilli dans la matinée de ce mercredi le comité de pilotage de la piste longue de Mayotte. L’occasion pour le préfet de Mayotte d’annoncer le choix du scénario retenu, l’allongement du calendrier de réalisation ainsi que la réalisation d’une étude complémentaire en 2023 portant sur l’analyse d’un site d’implantation sur Grande-Terre afin de border juridique le projet de piste longue.

« Le ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, le ministre délégué et le ministre des Transports m’ont demandé de tenir de façon spécifique ce comité de pilotage ». En marge de cette rencontre, le préfet de Mayotte, encadré de Christophe Masson, délégué de la direction du transport aérien de la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC) à la piste longue, et d’Aline Pillan, sous directrice des aéroports à la DGAC, a annoncé plusieurs mesures phares.

Un début des travaux prévus en 2026

Le scénario d’une piste convergente à l’actuelle retenu

« Il y a un choix de scénario qui a été réalisé », s’est exprimé le délégué du gouvernement. Les études préparatoires à la réalisation de la piste longue de Mayotte ont permis de confirmer « parmi les deux scénarios qui avaient été présentés lors du débat public de 2011 la faisabilité de la solution qui prévoit la création d’une nouvelle piste convergente s’appuyant sur l’extrémité sud de la piste actuelle ».

La découverte du volcan sous-marin a néanmoins rebattu les cartes compte tenu des nouveaux risques naturels susceptibles d’affecter la future piste longue. A ce titre, Thierry Suquet a rappelé que ce projet est « d’une ampleur exceptionnelle avec de nombreux enjeux qui sont liés en particulier aux nouveaux risques naturels ou à l’acheminement des matériaux ». Si les études préparatoires ont démontré « que le projet est faisable », la prise en considération de ce nouveau paradigme naturel n’est pas sans conséquence sur le délai de réalisation de l’infrastructure. Le début des travaux est ainsi prévu à l’horizon 2026.

Un coût total compris entre 550 et 700 millions d’euros

Surélévation de la piste par rapport au niveau de la mer, installation d’ouvrages en béton dont les dimensions passent désormais de 5 à 40 tonnes vont inéluctablement entraîner un surcoût. « Il faut des installations portuaires sur Grande-Terre et Petite-Terre, la création de routes pour acheminer les blocs de roche car la réévaluation de leur taille pour faire face

Un projet certes complexe mais dont on est sûr qu’il soit faisable

aux risques naturels induits par le volcan sous-marin ne permet pas de les trouver à l’état naturel », explique Christophe Masson. Des études complémentaires vont être réalisées en 2023 sur la question de la sécurisation de l’acheminement des matériaux nécessaires à la construction de la piste longue. Les aménagements rendus indispensables par le volcan sous-marin gonflent inéluctablement la facture de l’infrastructure puisque « le coût du projet est établi entre 550 et 700 millions d’euros », abonde Aline Pillan.

Un site potentiel en Grande-Terre comme faire-valoir juridique

Parallèlement aux nouvelles études complémentaires prévues l’année prochaine, le préfet de Mayotte a fait savoir que « la sécurisation juridique du projet doit inclure des justifications qui conduisent à privilégier le site actuel de l’aéroport pour la construction de la piste longue ». Pour y parvenir et éviter que le dossier ne soit attaquable, « on doit intégrer une analyse des sites alternatifs possibles », poursuit-il. Des propos proches de ceux de Christophe Masson qui indiquait récemment de la nécessité de « border le projet juridiquement pour ne pas être attaqués sur un des points non étudiés ensuite ».

Piste longue, Mayotte, DGAC, Autorité de l'environnement
L’étude du site au Nord-Ouest de Grande-Terre doit permettre de prouver que l’emplacement en Petite-Terre est le meilleur possible pour la piste longue

Les analyses ayant débuté, il ressort pour l’heure qu’un autre site d’implantation de la piste longue serait possible. Situé sur Grande-Terre entre Bouyouni et M’Tsamgamouji, ce site « pourrait présenter des avantages » ce qui ne permet pas de l’écarter à ce stade sans études complémentaires. Ces dernières, qui seront menées en 2023, « ne viendront pas perturber le déroulement du travail que nous menons sur Petite-Terre », entend préciser le préfet. L’objectif de l’analyse de cet emplacement potentiel sur Grande-Terre entend uniquement « sécuriser le processus de réalisation de la piste longue de l’aéroport de Mayotte ». « A priori c’est plus coûteux car c’est un aéroport complet qu’il faudrait recréer », constate avec pragmatisme le délégué de la direction du transport aérien de la DGAC.

Pierre Mouysset

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Toujours la réparation des inégalités au menu de la grève interprofessionnelle...

139533
La grève interprofessionnelle nationale de ce jeudi a été peu suivie à Mayotte, alors que les revendications sur les inégalités qui perdurent doivent être portées. C'est ce qu'ont fait plusieurs syndicats, CGT, dont CGT Educ'action, FSU, Solidaire, UNSA, SUD, qui se sont rassemblés place de la République. Peu de réponses en retour, mais des évolutions en cours
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139533
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139533
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139533
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.

Le ministre de l’Intérieur sollicité par un eurodéputé RN sur la situation à Mayotte

139533
Une semaine après le courrier de Marine Le Pen adressé au Ministre de l’Intérieur et des Outre-mer concernant « l’actualité brûlante qui agite actuellement l’île de Mayotte », c’est au tour du député européen...
Pap Ndiaye, Mayotte

Le ministre de l’Éducation nationale reporte sa venue à Mayotte

139533
Pap Ndiaye avait été annoncé fin août, puis début septembre dans notre département. Il se rendra finalement à La Réunion, mais pas à Mayotte
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com