28.9 C
Dzaoudzi
dimanche 28 novembre 2021
AccueilEducationKahani : "les mamans prennent les choses en mains" et réclament "un...

Kahani : “les mamans prennent les choses en mains” et réclament “un soutien à la parentalité”

Elles n'en peuvent plus des violences qui sont devenues le lot quotidien au lycée de Kahani. Celles dont on parle, surtout à l'extérieur, mais "aussi celles dont on ne parle pas" : racket, harcèlement, au point que des élèves auraient peur d'aller aux toilettes du lycée. Face à ce manque de cadre éducatif, les mamans d'élèves réclament un soutien à la parentalité, pour restaurer une autorité qui, face à l'extrême pauvreté, se perd à plusieurs niveaux.

Retour à la case départ ? Devant le lycée de Kahani, fermé administrativement ce lundi, une trentaine de mamans d’élèves sont réunies pour un voulé de protestation. Toutes ont en souvenir le mouvement social de 2018, qui était parti du même endroit, ce hub devenu parking, et où se retrouvent encore les violences entre bandes venant de tout Mayotte. Sur les causes, chacun y va de son diagnostic, mais les rivalités, qu’elles viennent de Majicavo, de Combani-Miréréni, ou de Vahibé, trouvent en ce lieu une sorte de ring permanent. Trois ans et demi après la grève de 2018, les habitants disent à nouveau “Bassi Ivo”, “ça suffit”.

Et qu’importe ce qui conduit ces jeunes à se mettre sur la figure, entraînant toute la population dans leur sillage, un constat est partagé, “il leur manque un cadre, car ce sont des enfants” estime cet enseignant qui se fait appeler Jean, opposé au droit de retrait. “On est professeurs, notre rôle est de les accueillir, pas de les laisser dehors où ils peuvent faire des bêtises” poursuit-il en substance. Une position qui tranche avec celle de la CGT, favorable elle au droit de retrait.

Des violences jusque dans les toilettes du lycée

Du côté des parents, ce manque d’encadrement fait aussi consensus. Pour Zalifa Assani, co-présidente ce la FCPE, les violences viennent à la fois de l’extérieur, avec les rixes intervillages, mais aussi de l’intérieur du lycée. “Surpopulation, racket, harcèlement scolaire, on n’en parle jamais” déplore-t-elle, voyant dans ces dérives le point de départ de nombreux actes de représailles. “C’est comme ça que des victimes deviennent agresseurs”. Jean, l’enseignant, confirme ces dires. “On a beaucoup de problèmes dans les toilettes, agressions, racket, vols, viols, tout ce qui peut se passer. Est ce qu’on y met des surveillants ? Non. Ou personne de clairement identifié comme tel. Les toilettes sont un endroit dangereux, il faudrait quelqu’un devant les toilettes en permanence” plaide ce professionnel.

Devant le lycée, la maman d’un élève de première enfonce le clou. “Mon fils, quand il se lève le matin, il va 3 fois aux toilettes et quand il a des heures libres il court pour rentrer à la maison. Il dit qu’à la maison, il est en sécurité, mais qu’au lycée, il a peur d’aller aux toilettes”. D’autres “ne dorment pas la nuit” ajoute Zalifa Assani pour qui les élèves n’ont “aucun endroit pour parler de ces violences, il leur faudrait un espacé dédié”.

“Le lycée n’est pas un champ de bataille”

Pour Jean “la montée de violence a profité d’un cadre qui n’était pas rigide”. Il dénonce “une administration trop souple et des profs laxistes”. “Ce qu’on peut faire en tant qu’enseignants, c’est poser un cadre républicain, être plus rigoureux et plus fermes sur ce qu’on attend d’un futur citoyen de la république française”.

Mais en dehors de l’école, ce cadre manque aussi, constatent les parents eux-mêmes qui demandent à faire le lien entre les deux.

“Il faut du soutien à la parentalité”

“La première instance de socialisation c’est la famille” rappelle Zalifa Assani, mais pas que. “Il y a aussi l’école coranique, les activités sportives et de loisirs. Avant même qu’on arrive à l’école il doit y avoir tout ça dans les quartiers. Les jeunes de Kahani sont les meilleurs danseurs de hiphop de France, et ils s’entraînent au bord de la route. Pourquoi ne pas faire du lycée un lieu ouvert ? Pourquoi ne pas créer une salle des parents ? Pourquoi ne pas en faire un lieu pour les jeunes danseurs ? Pourquoi ne pas mettre à disposition des jeunes de Kahani le plateau sportif ? Tout ça existe ailleurs, et ça peut être une solution. Là où ça existe, c’est un soulagement”.

Les parents d’élèves veulent être soutenus

C’est un des axes retenus dimanche par les parents réunis. “Les parents se sont réunis ce dimanche, on a décidé que les mamans allaient prendre les choses en main. Certaines disent qu’elles ont un enfant qu’elles n’arrivent pas à gérer à la maison, on manque d’un lieu d’échange, on a besoin de ça en urgence pour libérer ces parents, qu’ils puissent parler, sachent où s’orienter, et soutenir les enfants”. Des enfants qui, assure la représentante des parents d’élèves “ne comprennent pas la perte de l’autorité de la part des parents et de l’institution” et en particulier que “les parents dans les villages sachent qui sont les fauteurs de trouble et ne les dénoncent pas”.

Pour  parvenir à restaurer cette autorité, il faut des professionnels en appui, soutient cette maman, soucieuse de ce que “les parents réapprennent à parler aux enfants. Car on a l’habitude de crier sur les enfants, de punir les enfants… Or à un moment donné, on punit, on punit, et les enfants ne ressentent plus rien. C’est la situation actuelle. Les parents ont besoin de professionnels pour les soutenir pour aller à la rencontre de leurs enfants ou des enfants de leurs voisins. Il faut du soutien à la parentalité, pour savoir comment communiquer et les encadrer, beaucoup sont dans l’extrême pauvreté et pensent plus à nourrir leur famille qu’autre chose. Quoi qu’il arrive la population de Kahani ne baissera pas les bras, on est fatigués, ça a trop duré”.

Autant de sujets que les parents avaient à cœur de soumettre au recteur, qui les recevait ce lundi dans l’après-midi.

YD

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Vanille, Mayotte

Filière en structuration, la vanille se fête le 11 décembre

0
Le territoire va fêter un des produits qui fit l'excellence de la filière agricole en ayant par le passé été couronné au niveau national: la vanille de Mayotte doit retrouver son statut, c'est ce qu'impulse l'association Saveurs et Senteurs de Mayotte. Une semaine de festivité autour de l'or noir des pâtissiers
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.

L’ancienne maire de Chirongui condamnée pour diffamation

0
Dans un discours de campagne en juin dernier, Roukia Lahadji avait accusé le chef de la police municipale de Chirongui de violences ayant pour but d'intimider les électeurs. Ces propos ont été reconnus diffamatoires, mais la justice l'a blanchie du caractère racial de ces accusations, conduisant à une peine tout à fait symbolique à l'issue d'un procès teinté de politique.
Frédérique Vidal, Mayotte

Arrivée ce jeudi de la ministre de l’Enseignement supérieur à Mayotte

0
Frédérique Vidal sera à Mayotte ces jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021. Professeur des universités, la ministre nommée en mai 2017 sera accueillie par le recteur et chancelier des universités Gilles Halbout. Sa visite tournera autour du CUFR et des thèses de recherches sur les milieux marins et du volcan