De la peur d’être expulsé à Math Sup, un étudiant modèle pointe les incohérences du visa Balladur

Jassem Issouf, brillant étudiant en prépa maths en métropole, se dit chanceux d'avoir pu quitter Mayotte. Malgré une mère naturalisée, il a peiné à obtenir les sésames lui permettant d'aller étudier en métropole. Après des années à vivre dans la peur de l'expulsion, il vise les plus hautes écoles et voudrait qu'on donne leur chance aux étudiants qui veulent réussir.

0
1444
Jassem Issouf à son arrivée à Paris, après un parcours du combattant administratif

Jassem Issouf, vous êtes porte parole du collectif Ecole pour Tous, de quoi s’agit-il ?

Jassem Issouf, porte parole du collectif Ecole pour Tous

Le collectif c’est une initiative de notre marraine, Anina Ciuciu, qui est d’origine rom roumaine et avocate. Elle a pris conscience qu’il y a encore des jeunes aujourd’hui qui sont discriminés dans l’accès à l’éducation en France, métropolitaine comme d’outre mer. Des jeunes vivent dans d’immenses squats et même à la rue, qu’ils soient issus des gens du voyage, qu’ils soient mineurs isolés ou viennent d’outre mer comme Mayotte ou la Guyane.
Nous avons décidé de nous rassembler et de faire de ce collectif une force. En métropole c’est quand même 100.000 jeunes concernés. Nous sommes 80 membres actifs, principalement basés à Paris mais nous créons des sections à Grenoble, Nîmes et Toulouse, et on pense à élargir le collectif au delà de la métropole, notamment en Guyane et à Mayotte.

Et vous avez obtenu quelques victoires…

On a obtenu un décret en juin 2020 qui simplifie les documents d’inscription pour les enfants, ça spécifie les pièces exigibles pour l’inscription scolaire. Malgré cela on constate que des mairies refusent d’appliquer ce décret. En France métropolitaine on a accompagné une centaine de cas. Une jeune, Francisca, on a réussi à la faire scolariser, ça a été une victoire après une bataille judiciaire.

Au niveau du collectif on a demandé une mission d’information parlementaire qui a été acceptée par JM Blanquer et on espère qu’elle va bientôt commencer. En outre mer on est les oubliés de la République. Elle aura aussi comme intérêt de révéler cette réalité et changer les choses.

On a aussi lancé une pétition qui fait écho à nos 6 demandes qui sont le cœur du collectif Ecole pour Tous. La première a donc été accordée en 2020 avec le décret. La pétition s’adresse à ceux qui voudraient nous soutenir dans notre combat.

Avant d’arriver en métropole vous avez eu du mal à quitter Mayotte, comment ça s’est passé ?

Le service des étrangers avant sa réouverture

Au niveau de Mayotte, les aides viennent des bonnes volontés, notamment des associations. Moi j’ai fait partie des jeunes soutenus par le collectif des étudiants étrangers de Mayotte et la Cimade qui nous a permis d’utiliser leurs locaux, on a plaidé notre cause devant des représentants du préfet et du vice-rectorat. Dans mon parcours à Mayotte, les aides que j’ai eues sont passées par une assistante sociale. Quand je suis arrivé au lycée, on m’a dit que je n’aurais pas de place, mais je ne voulais pas rester sans aller à l’école donc je suis allé la voir et grâce à elle j’ai pu avoir une place au lycée.

Et trois ans plus tard, vous aviez le bac avec mention…

J’ai pu faire un bac S, et j’ai eu une moyenne de 18.71 au bac. Malgré ça cela n’a pas permis de débloquer ma situation tout de suite. L’année du bac on nous a accueillis au vice-rectorat avec le préfet et la vice-rectrice, et ça s’est arrêté à cette cérémonie. Je ne vous dis pas le nombre de courriers que j’ai du envoyer à cette époque pour signaler ma situation malgré un excellent parcours et un bac avec mention, ça n’a pas permis de débloquer cette situation. Une aide généreuse que j’ai eue c’est la classe prépa à Orléans au lycée Pothier qui a bien voulu me garder ma place. J’ai pu faire ma prépa. Sans ça je sais pas si j’aurais eu le courage de poursuivre.

Aujourd’hui je suis en 2e année de maths sup, une prépa de maths. Je prépare les concours d’entrée aux grandes écoles comme Polytechnique, les Mines ou l’ENS.

Qu’est-ce qui a débloqué votre situation ?

J’ai fait ma 1e demande de titre de séjour en 2015, je n’ai jamais eu de réponse. Jusqu’en décembre 2018 où j’ai eu ma convocation à la préfecture et mon premier récépissé et directement j’ai eu mon titre. Je connais des étudiants qui ont eu jusqu’à 6 récépissés, j’ai été chanceux.

Ma mère a été naturalisée française, j’avais le droit de rester sur le territoire, il n’y a pas eu d’exception ou de fleur qu’on m’a faite.

J’ai obtenu mon visa car j’avais ma place à Orléans avec une attestation de scolarité.

Que faudrait-il améliorer à Mayotte pour éviter ce genre de stress aux autres étudiants ?

A mon sens ce qu’il faudrait améliorer c’est le service, la plupart de ces jeunes qui arrivent au baccalauréat et ne peuvent pas continuer ne sont pas expulsables et ils ont sûrement de la famille en situation régulière voire français, j’en connais des tas. L’exemple type c’est le jeune qui a toute sa famille et sa vie en France, dont les parents sont en situation régulière, ses frères et sœurs français, la préfecture doit lui donner un titre de séjour ! Ces jeunes vont arriver, on le sait, il faudrait établir une belle organisation entre la préfecture le rectorat et le CUFR. Or ils n’ont pas accès à la préfecture, n’ont pas de document officiel et s’ils se font attraper par la paf, rien ne s’oppose aux expulsions alors qu’ils ont le droit de rester sur le territoire. Moi c’est un miracle que je n’aie pas été arrêté et conduit en centre de rétention, aujourd’hui encore j’y pense et je me dis que j’ai eu énormément de chance.

Il faudrait aussi, et c’est une demande de la Cimade, en finir avec cette histoire de visas, ils sont presque impossibles à obtenir, c’est une dérogation qui n’existe qu’à Mayotte c’est absurde. Je connais des jeunes qui étaient au collège quand le grand frère s’est retrouvé bloqué au bac. Du coup, découragés ils se sont déscolarisés. Tout ça fait plus de mal que de bien.

Où voyez-vous votre avenir après ces études brillantes ?

Aujourd’hui mon objectif c’est pas de rester en métropole. Je n’ai pas perdu l’envie de vivre à Mayotte, je veux y revenir pour développer ce territoire, je me vois bien devenir prof de maths et enseigner dans le lycée où j’ai été. Quand on nous donne notre chance à nous le jeune, on le rend à la société.

Propos recueillis par Y.D.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here