28.9 C
Dzaoudzi
jeudi 6 octobre 2022
Accueilorange« Le Plan Mayotte encourage l'immigration clandestine », critique le député Mansour...

« Le Plan Mayotte encourage l'immigration clandestine », critique le député Mansour Kamardine

Le député LR qui avait passé une nuit avec les femmes bloquant le service d’immigration ne critique pas l’absence d’avancées du Plan avenir pour Mayotte, mais son orientation même : « Il profite aux étrangers ». Exemples des établissements scolaires et du logement locatif, à l’appui.

Pour l’instant, seul le préfet et Délégué du gouvernement fait des points réguliers, comme ce fut le cas encore ce mercredi, sur les avancées en matière de sécurité du Plan avenir pour Mayotte. C’est d’ailleurs le seul axe qu’agrée le député Mansour Kamardine, « la sécurité, c’est le seul point de respiration ». Quant au reste, il critique un Plan fait « pour les étrangers ».

Il appuie son propos par deux exemples : « Sur le plan scolaire, nous avons assez d’établissements pour scolariser les enfants mahorais. Donc, les 500 millions d’euros prévus au plan sont orientés vers les clandestins, et ne suffiront même pas au regard des kwassas qui arrivent chaque nuit. Si je reprends les chiffres de la ministre des outre-mer d’arrivées quotidiennes de 120 personnes, je peux dire que depuis le 21 mars (date de l’arrêt des reconduites), 20.000 clandestins ont touché nos côtes. Ce Plan encourage l’immigration clandestine ».

Autre exemple, le logement : « Les Mahorais ont l’habitude d’être propriétaires, aucun n’ira dans un locatif social. » Ce fut le raisonnement jadis, mais, bien que très aidés par les communes, beaucoup de pouvaient rembourser les échéances et devaient quitter leur logement, « mais c’est précisément parce que l’Etat n’a pas mis en place les allocations comme elles existent en métropole. On nous explique que cela peut générer un appel d’air, mais pas davantage que les arrivées actuelles. »

Pas de mesures structurelles

Une des banderoles des collectifs

Bien que le préfet le démente à chacune de ses interventions, pour Mansour Kamardine ces deux mesures prouvent que « tout est fait pour une régularisation à l’échelle industrielle. Les Mahorais veulent bloquer le Service des étrangers car on sait très bien par exemple que les demandeurs d’asile qui n’ont pas obtenu leur statut, reste sur le territoire. » Une problématique nationale.

Il évoque les 8 Sri Lankais renvoyés immédiatement par le préfet de La Réunion, ainsi que les 18 migrants de l’Aquarius péniblement acceptés par la France, « et on voudrait que Mayotte prenne toute la misère humaine ! »

En matière de titre de séjour d’exception, qui n’autorise pas un détenteur de titre à quitter Mayotte, nous l’avons interrogé sur son action de parlementaire : « Les propositions que nous avons faites avec le sénateur Thani ne sont jamais passées. Il faut attendre le prochain texte sur l’immigration pour tenter de nouveau. »

Un Plan qui « ne parle pas » non plus au développement de Mayotte : « Nous attendons une piste longue, un 3ème quai à Longoni, des routes, le développement du numérique, des équipements sportifs… des infrastructures pour l’île qui créeraient des emplois ». Même chose pour les minimas sociaux, « il nous faut un vrai plan de convergence. »

Il revient sur le taux de moitié de population en situation irrégulière, « Mayotte est un territoire généreux, nous accueillerons tous les étrangers arrivant ici par une voie légale ».

Anne Perzo-Lafond
Lejournaldemayotte.com

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Transport scolaire : « Les conducteurs travaillent dans un champ de mines, mais...

139523
Alors qu’un droit de retrait est à nouveau exercé par certains chauffeurs du Nord de l’île, ce mercredi, les représentants de la préfecture, du Conseil départemental, des forces de l’ordre, des transporteurs et des chauffeurs se sont réunis afin de faire le point sur les avancées réalisées.
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139523
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139523
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139523
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139523
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139523
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com