26.9 C
Dzaoudzi
samedi 4 décembre 2021
AccueilorangeBourses : Le logiciel de la discorde

Bourses : Le logiciel de la discorde

Le logiciel BIKA de gestion des dossiers de Bourse sert de balle de ping-pong entre les services de la DPSU et l’administration, qui explique avoir répondu à tous les points de revendication. Les locaux du service sont fermés depuis lundi.

« Tous en grève pour un logiciel ! »… Seulement ça ? Oui, assurent les grévistes, et ça fait un mois que ça dure. Depuis le 17 septembre dernier, les agents gestionnaires de la Direction des Politiques Scolaires et Universitaires (DPSU, ex-DASU), campent devant leur portail, en face du lycée Bamana. Toujours pour demander un nouveau logiciel qui tienne compte des évolutions réglementaires du conseil départemental.

Pour bénéficier de ce complément de bourse nationale versée par le Département, les critères d’attribution ont évolué. Pour ne pas envoyer les jeunes vers des voies de garage, sont priorisées les filières et les domaines d’études correspondant aux secteurs en tension. Il fallait donc changer de logiciel, le choix s’est porté vers BIKA.

Qui n’avait pas été paramétré à temps, provoquant la colère des agents gestionnaires de la DPSU. L’élu du Département qui préside Commission d’Octroi des Bourses et Aides (COBA), Ali Debré Combo, avait expliqué qu’il serait prêt à la date du 24 septembre. Nous l’avions donc contacté, et il nous confirmait que le paramétrage du logiciel était bien bouclé.

13 jours perdus…

Les agents grévistes

Saïd Rachid, Coordinateur administratif pour les étudiants Mahorais, et membre de l’interco CFDT, explique qu’un logiciel doit « simplifier les choses et non les compliquer », et réfute tout caprice de leur part, en donnant des exemples : « Lorsque nous traitons du dossier d’un élève, nous avons besoin de son numéro d’archive pour l’historique, et bien on ne l’a pas. » Ou bien, « quand quelqu’un prend un dossier à l’accueil, il doit pouvoir savoir quel collègue le traite, or cela ne figure pas ».

Un travail que lui et les gestionnaires, « 21 grévistes sur 22 agents du service », ont demandé aux informaticiens, « mais nous ne les avons vu que deux matinées, depuis pas de nouvelles, pas plus que de la direction ».

Et pour cause, répond Ali Debré Combo, « des éléments viennent constamment se greffer pour soit disant améliorer le logiciel. Tout d’abord, l’archivage numérique qu’ils demandent n’existe pas au conseil départemental, par contre, l’historique de chaque étudiant est bien pris en compte dans le logiciel, dont une grande partie du parcours scolaire. Tous les points de revendication sont honorés, les chaises orthopédiques livrées, et les peintures des bâtiments refaites. Quant à la revendication sociale qui perdure, portant sur 13 jours de congés supplémentaires, intégrés dans l’ancien règlement intérieur réformé il y a un an et demi, et qu’aucun syndicaliste n’est venu défendre à l’époque, c’est de la compétence de l’administration ».

… comme la clef

Ali Debré Combo regrette de ne pouvoir avancer sur ses objectifs

Il regrette donc que des mini-revendications viennent se greffer à chaque rencontre, « la modification du panneau DASU et DPSU ou l’élagage d’un manguier ! Comment cela peut-il bloquer un service ?! » Surtout que trente dossiers auraient déjà été traités sur ce logiciel, et sans aucune formation de son utilisateur. L’élu fait part de son désappointement : « Nous comptions boucler tous les dossiers cette année en novembre, pour n’avoir à traiter que les recours en janvier, et enfin pouvoir mener une réflexion sur les problématiques d’insertion des jeunes. Mais là, les deux-tiers des dossiers des étudiants n’ont pas été traités. »

Lors d’une AG hier, les agents grévistes ont fait le point des revendications, et assurent avoir « exclu la demande de conserver les 13,5 jours de congés supplémentaires qui faisaient l’objet de la convention signée en 2000 entre les agents et l’administration, qui nous les a enlevés sans un courrier d’avertissement ». Pour se concentrer sur deux points « non négociables » : toujours et encore le logiciel, et un courrier à adresser aux familles des étudiants expliquant que « le retard de versements des Bourses est provoqué par l’administration ».

Comme lors de chaque conflit social, le moindre détail compte, et leur colère s’est amplifiée quand ils se sont aperçus que des membres de l’administration venaient travailler par une porte dérobée, « alors qu’on nous avait assuré que la clef était perdue lorsque nous voulions l’utiliser pendant la période des séismes. »

Une seule solution, inventer un logiciel de « médiation » destiné à la reprise de dialogue ?!

Anne Perzo-Lafond
Lejournaldemayotte.com

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Pôle emploi, Mayotte

Pôle emploi : modalités d’accueil en raison de fermeture exceptionnelle des...

0
Régulièrement inondée lors des épisodes de fortes pluies, l’agence Pôle emploi réorganise provisoirement son accueil. "En raison des intempéries, qui rendent difficile l’accueil des...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.