20.9 C
Dzaoudzi
lundi 8 août 2022
AccueilEconomieAnly Abdallah : l'activité touristique qui tombe du ciel

Anly Abdallah : l’activité touristique qui tombe du ciel

Anly Abdallah a "redécouvert Mayotte" en y sautant en parachute.
Anly Abdallah a “redécouvert Mayotte” en y sautant en parachute.

“Hé Anly, toujours dans l’armée ?
– Non j’ai arrêté il y a un an.”
Sur la terrasse du 5/5 où nous le rencontrons, Ali Abdallah, 39 ans, vient d’être reconnu par une vieille connaissance. L’enfant du pays, qui a grandi à Passamainty, revient à Mayotte pour une nouvelle page de son histoire. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que depuis son départ quand il avait 17 ans, le grand Mahorais costaud au crâne rasé et aux yeux pétillants, a pris de la hauteur.
Il a donc 17 ans quand il quitte Passamainty, et Mayotte, pour la métropole où il tente un bac pro électricité. “Ca ne me branchait pas du tout” balaye l’intéressait d’un jeu de mot involontaire. La suite sera pour lui plus épanouissante. A 19 ans, il s’engage sous les drapeaux et rejoint le corps des parachutistes. “J’y ai pris goût et j’y suis resté 17 ans et demi, dont 11 en tant que Para et 6 dans l’infanterie.”
Avec l’uniforme, le jeune homme découvre alors une facette de l’armée, la cohésion et le rapprochement. “J’ai appris beaucoup durant cette période sur les rapports humains” sourit-il.

Kosovo, Gabon, Tchad, Macédoine, Liban et deux fois l’Afghanistan, ses missions le mènent aux quatre coins du monde. Arrivé à la trentaine, le militaire commence à réfléchir à l’avenir, et son désir de retrouver Mayotte le taraude. En revanche, pas question d’arrêter de sauter en parachute. Plus qu’un métier, sauter était devenu une passion. “Le parachutisme, je l’ai découvert à l’armée, mais très vite, j’en ai aussi fait dans le civil. Tant que physiquement je pourrai le faire, je continuerai à sauter sans hésitation. J’avais toujours eu l’idée de quitter l’armée avant mes 40 ans, ça fait 7 ans que je réfléchissais à la faisabilité d’une activité de parachutisme à Mayotte. Aujourd’hui, tous les voyants sont au vert.”

Retour aux sources

CHute libre au dessus de l'îlot Choazil, une expérience unique
Chute libre au dessus de l’îlot Choazil, une expérience unique.

En octobre 2016 donc, à 38 ans, il quitte l’armée avec le grade d’adjudant et “l’envie de passer à autre chose”. Il rentre aussitôt à Mayotte où il est frappé par les changements survenus en 20 ans. Histoire de “garder la main sur mes compétences”, il fait quelques contrats d’instructeur de parachutisme dans le civil, en métropole pendant quelques mois, et à la Réunion, tout en peaufinant son projet. Louer un avion, budgéter l’achat d’un appareil, trouver un pilote et, d’ici quelques mois, définir ses tarifs. “Ca dépendra de l’appareil utilisé et du coût de revient” explique-t-il. Mais si tout va bien dès le mois de mai 2018, il sera enfin possible de sauter en parachute au dessus de Mayotte, en tandem avec Anly Abdallah, qui ne s’inquiète pas trop de trouver une clientèle. Il y aura sans doute les croisiéristes et touristes de passage, mais aussi les résidants. “A Mayotte on a vite fait le tour, il y a une forte demande, les gens sont en quête de choses nouvelles, et là, c’est un peu des sensations fortes.”
En multipliant les sauts et les repérages, Anly est de plus en plus convaincu par son propre projet. “Je redécouvre Mayotte complètement, vu d’en haut c’est magnifique. Quand j’ai sauté au dessus de l’ilot Choazil (voir photo), j’avais envie de me mettre sur pause et de ne plus bouger”.

En parallèle de ce projet d’entreprise qui se dessine, le parachutiste a fait venir pendant deux semaines un double champion du monde de saut en parachute : Sébastien Chambet, qui a réalisé l’année dernière un film sur ses sauts en Nouvelle Calédonie. Une manière de mettre en valeur ce territoire. Tous deux ont programmé pour le mois d’août 2018 le tournage d’une réalisation similaire sur le sol (ou plutôt dans les airs) de Mayotte. Une grande marque de matériel de parachutisme a d’ailleurs partagé la vue de l’îlot Choazil prise lors des repérage des deux passionnés. “J’ai envie de participer à l’évolution économique de Mayotte et au niveau des comportements. J’espère avoir ma petite pierre à apporter à l’édifice.”
Preuve s’il en est que parfois pour décoller, il faut accepter de tomber de haut.

Y.D.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139524
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139524
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.

Koungou : un comité de sécurité créé pour faire face à la délinquance

139524
Jeudi dernier, la ville de Koungou communiquait sur les réseaux sociaux à propos de la constitution d’un comité de sécurité. Son objectif ? Mutualiser les moyens des comités déjà existants pour mieux mailler les quartiers et améliorer la collecte d’information en cas de troubles. Malgré les actes de médiation, les événements de ces derniers temps font naître un ras-le-bol perceptible.

Les outre-mer dans la Constitution : « changer de paradigme ultramarin est une nécessité...

139524
Pour nourrir le débat sur la place des outre-mer dans la Constitution, la délégation sénatoriale aux outre-mer a organisé en juin dernier une réunion conjointe avec l’Association des juristes en droit des outre-mer. L’objectif, esquisser des pistes de réflexion pour refonder les articles 73 et 74 de la Constitution au regard des réalités des territoires ultra-marins.

Les députés de l’île en première ligne pour défendre Mayotte et les outre-mer

139524
Estelle Youssouffa et Mansour Kamardine semblent ne pas avoir démérité depuis ce début de semaine dans l’hémicycle. Si la première a été élue en début de semaine vice-présidente de la délégation aux outre-mer de l’Assemblée nationale, le second a eu un amendement voté en son nom prévoyant une enveloppe de 15 millions d’euros pour « renforcer les aides alimentaires en Outre-mer ».
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com