28.9 C
Dzaoudzi
samedi 28 mai 2022
AccueilEnvironnementLes plages de Mayotte observées par l’Europe

Les plages de Mayotte observées par l’Europe

Les plages non entretenues, sans équipements ni poubelles et avec une qualité des eaux laissée à l’appréciation des baigneurs : c’est bientôt fini. Avec l’entrée de Mayotte dans le club des RUP, plus question de faire ou laisser faire n’importe quoi.

PLAGE SUD MAYOTTEC’est une des nombreuses conséquences inattendues de la RUPéïsation de Mayotte. En devenant au 1er janvier une région européenne ultrapériphérique, notre département va devoir apprendre à gérer ses plages. Pour nos communes, il est donc temps de commencer à traiter le dossier : au 30 juin 2014, dans moins de huit mois, elles devront avoir établi un recensement exhaustif des sites de baignades et l’avoir envoyé à Bruxelles.

La démarche est loin d’être anodine car cela implique, d’abord, de permettre un contrôle très régulier de la qualité de l’eau et d’en assurer l’affichage.
Les contrôles sont déjà effectués par les services de l’ARS (Agence régionale de Santé) mais ces résultats, censés être rendus publics devant les mairies et sur les plages elles-mêmes, sont toujours parfaitement invisibles.

Déclarer un site de baignade, cela signifie aussi l’aménager. Contrairement à ce que pensent de nombreuses municipalités mahoraises, une plage ce n’est pas seulement une étendue de sable plus ou moins accessible par un petit chemin. Le lieu doit être aménagé avec par exemple des poubelles et même des douches et il doit être entretenu.
En métropole, les villes balnéaires se plient à l’exercice depuis 2009. Mais à Mayotte, le recensement engagé par l’ARS en 2011 est encore loin d’être achevé : seulement cinq communes ont répondu sur les 17. Les agents de l’agence vont donc repartir à la chasse aux informations.

Déclarer ou ne pas déclarer ?

Pour les communes, le dossier est sensible : déclarer tous les lieux de baignades permettrait de valoriser les attraits touristiques de la commune mais cela impliquerait aussi d’importants investissements pour les mettre aux normes. A l’inverse, ne pas les déclarer pourrait amener les villes à afficher une interdiction de baignade. Un véritable dilemme.

Et ce recensement n’est qu’une première étape. Les communes mahoraises auront ensuite un délai supplémentaire d’un an, jusqu’au 30 juin 2015, pour réaliser un «profil de vulnérabilité» de toutes les plages. Il s’agit d’un inventaire très précis de tous les facteurs de risques qui pourraient amener à fermer la baignade : les pollutions par des rejets d’eaux usées non traitées ou issues des activités d’élevage par exemple… Une liste qui doit conduire les maires à mettre en place des mesures de gestion pour contrecarrer ces éventuelles pollutions.

De lourdes dépenses pour les communes

Là encore, le problème est financier. Pour réaliser de telles études, il faut faire appel à des cabinets spécialisés et ce sont les communes qui doivent mettre la main à la poche. L’ARS suit le dossier de près, elle pourrait épauler les villes en coordonnant, par exemple, les appels d’offre auprès des cabinets d’études.

«Ce sont des dossiers assez lourds à réaliser, mais l’entrée dans l’Union européenne a déclenché le processus et on ne peut pas faire semblant de ne pas le voir» explique Thomas Margueron, ingénieur sanitaire au Service santé-environnement de l’ARS Mayotte.
Car, au terme de ces procédures, si les eaux de baignades se révèlent de mauvaises qualités, l’Europe peut enclencher des contentieux. Et les amendes sont parfois très lourdes, comme c’est le cas en métropole, pour la mauvaise qualité des eaux en Bretagne. Peut-être serait-il préférable de sortir le chéquier pour investir plutôt que pour régler la contravention.
RR

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Théâtre, Baobab, Mayotte

Quand le théâtre permet aux jeunes d’être acteur de leur propre...

139137
Le festival Baobab suit son cours, avec des pièces jouées par les scolaires en journée, et par des comédiens plus confirmés en soirée. Et parfois les premiers rejoignent les seconds… des pépites émergent. En tout cas, ils en tirent tous bénéfice, comme le montrent leurs témoignages
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Yael Braun Pivet, Mayotte, OUtre-mer

Yaël Braun-Pivet, nouvelle ministre des outre-mer, avait pointé la responsabilité de l’Etat dans la...

139137
Au terme d'un suspens sans fin, le nouveau gouvernement choisi par la nouvelle première ministre a été constitué. Plusieurs ministres restent au gouvernement, et c'est Yaël Braun-Pivet qui est nommée à l'Outre-mer. Elle était venue en immersion dans les quartiers de cases en tôles sur les hauteurs de Doujani en 2018
Sénat, déchets, outre-mer, Mayotte

Le Sénat étudie la gestion des déchets dans les territoires ultramarins: “Comment éviter le...

139137
La Délégation sénatoriale aux outre-mer va consacrer son prochain rapport d’information à la gestion des déchets dans les territoires ultramarins. En partant d'une "situation préoccupante", il faut arriver à un objectif "zéro déchets". Un déplacement des sénateurs est prévu en juin à Mayotte
Législatives, LREM, Ensemble!, Mayotte

Législatives – Boinamani Madi Mari investi par le parti de la majorité présidentielle dans...

139137
Deux nouveaux candidats sont investis en outre-mer par "Ensemble ! - Majorité présidentielle", l'émanation de LREM en associations avec les autres partis au pouvoir. Nous en sommes à la 3ème vague ultramarine d'investiture de candidats...
Fort-de-France, RUP, Mayotte

L’appel de Fort-de-France pour une politique collant aux réalités des territoires ultramarins

139137
Au lendemain de la présidentielle, alors que l'Europe est sous les feux de l'actualité internationale, les représentants des 6 RUP français ont alerté sur l'urgence de modifier les politiques Outre-mer des Etats.
Chirongui, Mayotte

Bihaki Daouda, nouveau maire de Chirongui

139137
Le conseil municipal a élu un successeur à l'éphémère et condamné Andhanouni Saïd qui aura dirigé la commune pendant moins de deux ans. Bihaki Daouda devra mener les nombreux projets de la commune, qui ont été poursuivis pendant l'interim
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com