27.9 C
Dzaoudzi
dimanche 23 janvier 2022
AccueiljusticeMilitaires du GIGN lynchés : 18 à 20 ans de réclusion pour...

Militaires du GIGN lynchés : 18 à 20 ans de réclusion pour leurs agresseurs

Violemment agressés lors d'une tentative d'interpellation en juin 2018, les deux gendarmes n'ont toujours pas pu retrouver leur poste. L'un d'eux avait subi de graves lésions au cerveau, occasionnant plusieurs opérations. Leurs agresseurs ont écopé aux Assises de 18 à 20 ans de prison à l'issue de trois jours de procès .

Les faits remontent au 24 juin 2018 et avaient alors défrayé la chronique jusque dans les médias nationaux. Une opération de l’antenne GIGN de Mayotte s’était soldée par un terrible bilan pour la gendarmerie, avec deux militaires grièvement blessés.

Ces derniers intervenaient dans le village de Mnambani, sur la commune de Bandrélé, dans le cadre d’un mandat d’amener visant Abdou Mirhane, alias M’Combé, recherché par le juge d’instruction pour des faits de vol à main armée. Les militaires ont alors monté deux équipes pour surprendre et embarquer le braqueur présumé. Mais l’opération s’est mal passée.

Lorsque la première équipe, composée de deux gendarmes, a repéré leur cible, les communications téléphoniques étaient mauvaises, et la deuxième équipe a pris du retard pour les rejoindre. Le suspect, malgré un tir de taser, s’est violemment débattu, et a sorti un couteau alors que les deux gendarmes tentaient de le maîtriser. Alors qu’il les menaçait, deux autres individus sont arrivés pour le libérer : Soihan Soibouran, dit Pano, et Assani Mirhane, le frère d’Abdou Mirhane. Dans la cohue, les deux gendarmes roulent au sol et sont tabassés par les trois agresseurs, qui usent de toutes les armes à leur portée, notamment des pierres et une branche de baobab. L’un des militaires perd connaissance, l’autre saigne abondamment de la tête, et tente de s’éloigner en rampant, mais les coups continuent à pleuvoir, jusqu’à l’arrivée de leurs collègues qui leur sauvent la vie malgré de nouveaux jets de pierres. Le gendarme le plus gravement atteint est admis au dispensaire de Chirongui, puis évasané à Saint-Denis où il est pris en charge en neurochirurgie. Deux mois plus tard, il y retournera pour une nouvelle opération suite à des complications.

Trois ans après les faits, leur état de santé n’est “toujours pas stabilisé” a pointé l’avocate générale Denise Lacroix, qui a requis 20 ans de réclusion à l’encontre des trois accusés.

Interdiction définitive du territoire français

Un gendarme de l’antenne GIGN lors d’une démonstration en 2017

Les faits étaient globalement reconnus. Lors de l’enquête, les trois accusés ont reconnus qu’ils étaient ivres et qu’ils avaient fumé du bangué le jour de l’opération de gendarmerie, et Pano s’est dit “prêt à tout” pour défendre son ami M’Combé. Ces derniers niaient cependant avoir eu connaissance de la qualité de gendarmes des deux militaires qui intervenaient en civil mais qui s’étaient dûment identifiés. C’est d’ailleurs parce qu’ils étaient “incognito”, leur arme de service dissimulée dans leurs sacs à dos, qu’ils n’ont pu se défendre une fois le taser utilisé et dépassés par le nombre d’assaillants. En effet, l’usage du taser avait amené la plupart des personnes attroupées à s’éloigner de la scène, ayant pris conscience qu’il s’agissait bien de la gendarmerie, mais quatre ou cinq individus ont continuer le lynchage, dont les trois accusés.

D’abord poursuivis pour violences aggravées, ils ont rapidement été mis en cause pour tentative d’homicide, des témoins ayant entendu Assani et Pano crier en shimaore ” Si vous ne relâchez pas Mcombé, on va vous tuer avec les pierres”

Reconnus tous les trois coupables de tentative de meurtre, ils encouraient la perpétuité. La Cour d’Assises les a condamnés à respectivement 18 ans de réclusion pour Assani Bourhane et 20 ans de réclusion pour les deux autres, aux antécédents plus lourds. Tous ont en outre une interdiction définitive du territoire français, qui s’appliquera dès leur sortie de détention.

YD

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

La chanteuse mahoraise Kueena remporte le concours de chant Nyora

139533
Diffusé à la télévision comorienne ainsi que sur les réseaux, le concours Nyora mettaient en concurrence de nombreux chanteurs de l’archipel des Comores. Et...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
RUP, Sébastien Lecornu, Mayotte, Schengen

Révision de Schengen et de la politique des RUP : « Mayotte a une carte à...

139533
Une nouvelle stratégie à l’égard des Régions Ultrapériphérique de L’Europe, dont Mayotte, est en cours d’élaboration par la Commission européenne qui la finalisera en mai 2022. Chacun était prié de défendre sa position au sein d’une stratégie commune
Projet de loi Mayotte, Sébastien Lecornu, Mayotte

Projet de loi Mayotte : le sujet se politise de plus en plus

139533
Le timing aidant avec des élections présidentielles qui se rapprochent, réduisant peu à peu le nombre de conseils des ministres susceptibles de l’examiner, le projet de loi Mayotte entame sa 2ème semaine de feuilleton du « je t’aime, moi non plus »
Mayotte, LR

Législatives : Issihaka Abdillah confirmé comme candidat LR

139533
Les candidats commencent à se mettre en ordre de marche pour les prochaines législatives qui se tiendront les dimanches 12 et 19 juin 2022. Les LR ont investi au niveau national deux candidats sur...
Mayotte, projet de loi

Projet de loi Mayotte : les maires et trois parlementaires cherchent un consensus

139533
Ils essaient de sauver les meubles. Les élus locaux et trois parlementaires appellent d’un côté le gouvernement à s’engager sur un calendrier, et de l’autre, les élus départementaux à réexaminer le projet de loi à la lumière des 85 propositions envoyées par le gouvernement. « C’est une opportunité unique pour Mayotte », clament-ils
Projet de loi, CESEM, Sébastien Lecornu, Mayotte

Le projet de loi organique a-t-il une nouvelle fois tué celui sur le développement...

139533
Deux projets de loi, l’un plombant l’autre, et un mail tardif sur 85 propositions pour développer Mayotte qui tombe la veille des débats du conseil départemental, ont jeté le trouble sur une loi pensée pour développer Mayotte. Les trois-quarts des mesures sont malgré tout applicables en cas d'ajournement du texte par le gouvernement
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com