Tensions service des étrangers : le maire de Tsingoni dénonce l'usage de la force

0
882
Mohamed Bacar veut récupérer le produit du foncier non payé

Un peu comme un pendant aux dernières prises de parole d’élus réprouvant le blocage du Service des étrangers, dont celle du sénateur Thani Mohamed Soilihi dénonçant des « oppositions stériles », le maire de Tsingoni Mohamed Bacar défend dans un communiqué l’action menée au nom de « la population mahoraise à travers le collectif des citoyens de Mayotte ».

Sans légitimer explicitement le blocage, Mohamed Bacar rappelle la revendication principale, « la reprise des reconduites aux frontières des ressortissants comoriens en situation irrégulière vers leur propre pays », en complétant « sans cette reprise, pas de délivrance de titre de séjour pour les clandestins comoriens en majorité à Mayotte ». Nous sommes donc toujours dans la quête d’une parole officielle, quand le préfet répète que les reconduites à la frontière ont officieusement repris.

De la libéralisation de l’accès du Service en question ce lundi par les forces de l’ordre, l’élu voit une « situation non maîtrisée par l’Etat », voire « explosive » qui « peut basculer à tout moment dans l’ensemble de notre Territoire ». Faisant sans doute référence aux incidents de ce vendredi lors de la réouverture partielle du service. A travers l’usage de la force, il estime que « l’Etat reste insensible aux revendications des mahorais », et appelle le préfet « à rouvrir le dialogue avec le collectif des citoyens et les élus de Mayotte ». (Lire Communiqué Mohamed Bacar)

A.P-L.
Lejournaldemayotte.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here