26.9 C
Dzaoudzi
samedi 4 décembre 2021
AccueilorangeLe petit Comorien de 8 ans retenu au CRA de Roissy restera...

Le petit Comorien de 8 ans retenu au CRA de Roissy restera en métropole

Panneau départ aeroportHeureusement, la presse métropolitaine ne sait pas réellement ce qui se passe dans le centre de rétention administrative (CRA) de Mayotte! Car si elle s’est très logiquement émue de la situation d’un petit garçon de 8 ans bloqué dans la zone d’attente de Roissy, elle aurait de quoi proposer très régulièrement des Unes bien plus émouvantes, avec des mineurs confrontés à des situations très injustes et très critiquables au regard du droit à Mayotte.

Quoi qu’il en soit, les médias nationaux ont suivi de près l’affaire de Roissy, et ont relaté la décision de justice rendue hier vendredi. L’enfant comorien âgé de 8 ans, retenu depuis 12 jours en zone d’attente à l’aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle, est autorisé à rester en France.

Le juge des libertés et de la détention (JLD) du tribunal de Bobigny, qui a entendu l’enfant vendredi matin, «a reconnu qu’il n’y avait aucune garantie sérieuse de prise en charge aux Comores», sa mère ne pouvant subvenir à ses besoins, a expliqué en substance une responsable de l’association Anafé (Assistance nationale aux étrangers aux frontières) à la presse métropolitaine.

Le parquet devait ensuite trancher une autre question: décider de confier l’enfant aux services sociaux ou à sa famille qui vit en métropole. Hier après-midi, le procureur a finalement décidé de le placer auprès de sa tante en attendant que le «juge des enfants s’assure notamment des conditions d’éducation et de sa scolarisation», selon l’avocate du garçon, Me Catherine Daoud.

Une affaire de «Look-like»

L’histoire a débuté le 21 mars dernier avec l’arrivée de cet enfant, seul à Roissy à bord d’un vol Air France. Problème, il s’agit d’un cas de «look-like», il ne voyage pas avec son passeport mais avec celui d’un autre, lui ressemblant. En l’occurrence, il s’agit du passeport de son cousin. Le petit devait rejoindre sa tante qui a été brièvement placée en garde à vue après avoir tenté de se faire passer pour sa mère.

PAFLa manœuvre déjouée par la police aux frontières (PAF), l’enfant est alors placé en «zone d’attente» à l’aéroport, le temps que les policiers effectuent les vérifications nécessaires. Mais la situation va s’enliser.

L’ambassade de France aux Comores va bien retrouver la mère du garçon qui accepte de reprendre son fils. Logiquement, la justice française demande alors le maintien en zone d’attente de l’enfant, le temps d’organiser son retour.
Hier vendredi, il est effectivement monté dans un avion accompagné d’une escorte policière. Mais le commandant de bord aurait refusé de décoller face aux pleurs et aux cris du petit garçon qui a finalement été débarqué. Son maintien sur le sol français «s’est vraiment joué à rien», a indiqué l’association Anafé.

Incitation aux trafics?

Le Défenseur des droits Jacques Toubon «se réjouit» dans un communiqué du maintien du petit garçon en métropole et il «s’interroge également sur la décision qui aurait été prise de tenter de le réacheminer (le) matin-même vers les Comores». Saisi de la situation depuis plusieurs jours, il explique avoir «alerté les autorités compétentes» et s’être «indigné de l’enfermement de ce si jeune enfant, en violation de la Convention relative aux droits de l’enfant».

Le préfet de Seine-Saint-Denis, Philippe Galli, tient, lui, un tout autre discours affirmant «regretter cette situation». Il estime dans un communiqué qu’«il a été fait obstacle à l’application de la loi républicaine» et qu’«un enfant est désormais durablement séparé de ses parents biologiques».
Pour lui, «cette situation constitue un signe d’encouragement au développement de filières et de trafics préjudiciables aux droits des enfants».
Entre les Comores et la France, il existe malheureusement déjà tant d’autres facteurs qui sont «préjudiciables aux droits des enfants»…

RR
www.jdm2021.alter6.com

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Pôle emploi, Mayotte

Pôle emploi : modalités d’accueil en raison de fermeture exceptionnelle des...

0
Régulièrement inondée lors des épisodes de fortes pluies, l’agence Pôle emploi réorganise provisoirement son accueil. "En raison des intempéries, qui rendent difficile l’accueil des...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.