26.9 C
Dzaoudzi
samedi 4 décembre 2021
AccueilFaits diversL’affaire du poignardé du lycée reporté

L’affaire du poignardé du lycée reporté

Deux mineurs devaient comparaître ce matin devant le tribunal correctionnel pour les violences qui ont précédé le meurtre de Charifoudine le 27 février 2012.

C’était en février 2012. Poursuivi par plusieurs assaillants dans les rues de Mamoudzou, Charifoudine âgé de 16 ans, mourrait poignardé dans la cour du lycée Younoussa Bamana. Ce matin, l’audience du tribunal correctionnel pour enfant devait juger, à huis clos, deux des agresseurs présumés pour violences en réunion avec armes. Le procès a été renvoyé au 13 février 2014, pour cause de mouvement des fonctionnaires au tribunal de grande instance de Mamoudzou.

«L’affaire n’a pas pu être jugé aujourd’hui, mes clients devront encore, encore patienter. C’est un coup dur car c’est une affaire extrêmement sensible», témoigne Saïd Larifou l’avocat de la famille de la victime. Nadhuirati et Hamidou Mouhamed, la mère et l’oncle de Charifoudine ont, eux, fait le déplacement.

«La moindre des choses c’est de nous avertir, le tribunal sait très bien où nous sommes il pouvait nous envoyer un courrier», tempête l’oncle de la victime.

Un des deux agresseurs placé dans un foyer en métropole a été prévenu, avant l’audience, du renvoi par les services de justice, “contrairement à la famille», reconnaît le procureur Véronique Compan.

L’auteur du coup mortel est lui toujours incarcéré à la maison d’arrêt de Majicavo. Il devrait être jugé par la Cour d’Assises en mars prochain.

A.L.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Pôle emploi, Mayotte

Pôle emploi : modalités d’accueil en raison de fermeture exceptionnelle des...

0
Régulièrement inondée lors des épisodes de fortes pluies, l’agence Pôle emploi réorganise provisoirement son accueil. "En raison des intempéries, qui rendent difficile l’accueil des...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.