Un concept commercial et philanthrope se répand peu à peu sur le net : celui d’associer un moteur de recherche à la défense d’une bonne cause. C’est le cas de Lilo qui invite à capitaliser les gouttes d’eau qui vont vous permettre de financer des projets environnementaux, notamment à Mayotte.

Lilo est un moteur de recherche solidaire français, qui signifie « généreux » en hawaïen. Lancé en 2015 dans la volonté téméraire de concurrencer Google, il affiche 676.000 utilisateurs par mois, 4.000 de plus chaque jour, et 30 millions de recherches mensuelles.

« Lorsque vous faites des recherches, vous cumulez des gouttes d’eau, comme un système de points, qui représente de l’argent. Ensuite, Lilo le reverse au projet que vous aurez choisi », explique Houlame Chamssidine, le président de Mayotte Nature environnement, dont le projet a été retenu par Lilo. C’est l’affichage des liens commerciaux qui génère des financements, dont la moitié est reversé à des projets sociaux et environnementaux. Ce 16 avril, 737.000 euros étaient totalisés au compteur, et selon le site, 1.000 gouttes valent de 2 à 4 euros.

Houlam Chamssidine pt de Mayotte Nature environnement

Les projets sont divers : cela va des « Petits princes », pour les enfants malades, à Terres et Humanisme, pour les fermes-écoles agro-écologiques, à Sea Shepherd, de protection contre le braconnage marin. A Mayotte, « Renforcer le réseau EEDD 976 » a été retenu, la plateforme de l’Education à l’environnement et au développement durable, portée par Mayotte Nature environnement. Leurs actions sur la Journée internationale des forêts, celle des zones humides, et le suivi des mangroves, ne sont plus à présenter. Ils s’étaient particulièrement battus l’année dernière, au cœur de la pénurie d’eau, pour la protection du couvert végétal aux abords des rivières.

« Lilo a été créé à l’origine pour végétaliser le territoire national et lutter contre la désertification », rapporte Houlame Chamssidine, qui invite à se rendre sur la page du serveur pour utiliser le moteur de recherche Lilo. Puis à cumuler au minimum 50 gouttes d’eau, et aller sur la fiche projet de EEDD 976 : « Il faut verser au minimum 50 gouttes d’eau la première fois, ensuite, c’est à son propre arbitre ». Si vous passez par Lilo au quotidien, vous allez cumuler des gouttes d’eau qui pourront se transformer en océan de financement pour ces projets.

Anne Perzo-Lafond
Lejournaldemayotte.com

image_pdfFaites un PDF avec l'article

Comments are closed.