Maoulida Momed et Nathalie Costantini lancent le Jardin pédagogique
Maoulida Momed et Nathalie Costantini lancent le Jardin pédagogique

C’est un peu une école modèle que celle de Maoulida Momed, qui a participé l’année dernière au Carnaval, et avait été choisie pour être école pilote du projet Narramus, qui permet aux élèves d’apprendre à comprendre une histoire pour bien la raconter. Cette année, dans le cadre du réseau REP+, le directeur a adhéré au projet de Jardin pédagogique : « Il s’agit de sensibiliser les jeunes élèves au développement durable, à la biodiversité et au respect de l’environnement ».

A ses côtés, pas encore à l’ombre, Nathalie Costantini, la vice-recteur, remerciait la municipalité de Mamoudzou qui a offert les 150 arbres et plantes, et incitait à impliquer totalement les plus jeunes, « en confiant à chaque classe l’arrosage d’un arbre, pour qu’ils en aient la responsabilité ». La principale adjointe du collège de Doujani était présente, » certains élèves pourront venir et mettre à profit leurs cours de SVT pour expliquer aux plus jeunes le cycle d’évolution de la plante ».

Des collégiens sont d’ailleurs en pleine action de plantation, « ce sont des élèves du collège, actuellement en stage à la mairie, dans une logique de parcours professionnel ».

Volonté de basculer en rythmes scolaires

Plantation d'un ficus par Nathalie Costantini et le petit Al-Dine
Plantation d’un ficus par Nathalie Costantini et le petit Al-Dine

C’est accompagnée des petites mains de Al-Dine, 3 ans, que la représentante de l’Education Nationale mettait en terre un ficus, suivie dans une autre partie de la cour par des parents d’élèves qui s’attaquaient à plus gros.

Les rythmes scolaires s’invitaient au débat, puisque Maoulida Momed, également président du syndicat SEAM à Mayotte, expliquait que seulement la moitié des élèves était présent ce mercredi matin : « Hé oui, nous sommes en rotation, avec 18 divisions pour 9 classes. Mais nous aimerions mettre en place les rythmes de l’enfant, je préfère ce terme à celui de rythmes scolaires, et ceci, dès qu’un investissement sur le terrain de l’école voisine de Doujani 1 se concrétisera pour nous permettre d’avoir nos 18 salles de classe. Et je dis ça, sans être instrumentalisé », glisse-t-il dans un sourire à l’intention des détracteurs de la réforme à Mayotte.

Jardins pédagogique et botanique

En effet, nous avons pu visiter une salle recouverte de tapis de gymnastiques disposés pour la sieste, et sa desserte remplie de jeux d’enfants.

Les 7 écoles du réseau REP+ se dotent les unes après les autres d’un jardin pédagogique, « qui sera un potager pédagogique dans mon école, impliquant les parents », nous explique Ali Madi, directeur de l’école Doujani 1.

Le matériel est prêt
Le matériel est prêt

Maoulida Momed invitait l’ensemble des témoins de l’action, à « revenir pour voir comment se porte notre jardin », et à assister à la deuxième phase de l’opération : « Nous allons faire un saut entre les jardins, pour visiter à Coconi le Jardin botanique, et découvrir la traite des vaches, la basse-cour, et les différentes espèces de plantes ».

Anne Perzo-Lafond
Lejournaldemayotte.com

image_pdfFaites un PDF avec l'article

Comments are closed.