29.9 C
Dzaoudzi
dimanche 29 mai 2022
AccueilorangeLe projet de loi organique a-t-il une nouvelle fois tué celui sur...

Le projet de loi organique a-t-il une nouvelle fois tué celui sur le développement de Mayotte ?

Deux projets de loi, l’un plombant l’autre, et un mail tardif sur 85 propositions pour développer Mayotte qui tombe la veille des débats du conseil départemental, ont jeté le trouble sur une loi pensée pour développer Mayotte. Les trois-quarts des mesures sont malgré tout applicables en cas d'ajournement du texte par le gouvernement.

« Mais qu’y a-t-il dans ce projet de loi qui a incité à porter un avis défavorable ? » La question de notre présentatrice vedette de Mayotte la 1ère Géniale Attoumani au Journal télévisé est évocatrice du peu de clarté qui entoure le projet de loi « pour le développement accéléré de Mayotte ». Et peu parmi les élus sont capables de sortir un argumentaire fourni. Tous l’ont-ils lu ?

Après l’avis défavorable des élus départementaux ce jeudi sur le projet de loi pour le développement de Mayotte, nous nous sommes penchés sur les 85 propositions envoyées par le ministère des outre-mer la veille de leur avis. Pourquoi n’ont elles pas été envoyées avant ? Elles listent en détail les points abordés dans chacune des 4 parties du projet de loi, Immigration/insécurité, Convergence des droits sociaux, Développement structurel du territoire, et Insertion des jeunes, ainsi que ceux liés au projet de loi organique portant sur l’évolution des institutions.

Elles sont scindées en deux, comme l’avait demandé le Conseil économique et social il y a quelques mois. Une petite partie sera traitée dans la loi, alors qu’une grande majorité dépend de décisions politiques. Beaucoup ont été déjà initiées, et c’est à saluer, comme l’extension de certaines prestations familiales, la prorogation de la Commission d’Urgence Foncière (CUF) sous sa forme actuelle jusqu’au 1er janvier 2023, le déploiement des actions cœur de Ville, l’augmentation du financement des collectivités locales par actualisation de leur population malgré le loupé du décret, etc.

Et les autres sont juste dépendantes des moyens octroyés sur des politiques déjà mises en œuvre : la montée en puissance de la police et de la gendarmerie, l’amélioration du maillage des forces de sécurité intérieure, le contrôle des flux financiers par Tracfin entre Mayotte et les Comores, etc.

Abdou Dahalani aux Assises de la sécurité

Des mesures relevant d’un contrat de projets

D’autres mesures sont nouvelles. Le président du Département s’étonnait de n’avoir reçu cette sorte d’annexe explicative au projet de loi que la veille de l’avis attendu, alors qu’il permet de mieux en appréhender le contenu. Cela aurait permis de clarifier le débat.

Le Conseil économique, social et environnemental de Mayotte (CESEM), ayant rendu sur le projet de loi un avis circonstancié, nous nous sommes adressés à son président, Abdou Dahalani, pour avoir son opinion sur cette série de 85 mesures. Nous l’avons également interrogé sur la nécessité de coupler au projet de loi de développement un projet de loi organique sur l’évolution des institutions, qui continue à polluer le débat pour être mal compris.

« J’ai lu les 85 propositions que vous m’avez transférées, et je considère que l’essentiel est mis en œuvre ou en voie de l’être, 10% d’entre elles sont nouvelles », résume Abdou Dahalani : « Il s’agit de la nomination d’un expert de haut niveau pour amplifier la politique de lutte contre l’habitat illégal au 1er trimestre 2022, mesure 21, de la conduite d’une mission d’inspection sur le RSA et autres allocations menée à l’été 2021, mesure 34, de mener à terme la construction du 2ème hôpital, mesure 35, de la mobilisation des 65 millions d’euros dans le cadre du Ségur de la santé, mesure 36, du travail avec le conseil départemental sur la protection de l’enfance dans le cadre du renouvellement de la convention de 9,6 millions d’euros, mesure 37, de l’état des lieux des finances du conseil départemental, mesure 80 et l’accompagnement de Mayotte dans l’organisation des Jeux des Iles de 2027 ».

Une liste aussitôt coiffée d’un bémol, « si les objectifs ont été définis, puisque l’exposé des motifs a été envoyé, nous n’avons ni calendrier, ni schéma de financement. Or, par le passé, une méthode a réussi, la Convention Etat-Mayotte de 1986. Tous les investissements à réaliser étaient listés, répartis sur un calendrier précis et les financements pointés. » Une sorte de contrat de projet Etat-région qui a débouché sur les routes que nous connaissons actuellement, « mais aussi les dispensaires, les adductions d’eau, les écoles, etc. Si on avait travaillé sous ce format, ça aurait réglé beaucoup de choses. Or, là, nous ne savons pas quand et combien de salles de classes supplémentaires seront construites, quand la piste longue, etc. »

Le projet de loi organique à traiter à part

Prime de Noël, CSSM, Mayotte
La convergence de nombreuses prestations sociales ne relèvent pas de la loi Mayotte

Dans le prolongement de « l’avis réservé » livré par l’institution qu’il préside, il commente, « dans ce projet de loi, il y a beaucoup de bonnes choses, mais sur les 700 mesures listées lors des ateliers, seules 85 ont été retenues, c’est trop peu. Et sur les Assises de la sécurité de Mamoudzou, seules 5 sont inscrites au projet de loi. »

Enfin, le président du CESEM appelle à mettre en place le droit commun, rien que le droit commun, « on ne peut pas continuer à traiter des thématiques comme si Mayotte était à part dans la République, sur l’immigration ou la délinquance. »

Le second projet de loi, celui qui transforme Mayotte en un Département-Région, cristallise tous les fantômes ici, et a fait plonger les deux textes à lui tout seul. On désespère que ce que le président Soibahadine avait rebaptisé toilettage institutionnel pour modérer l’émotion qu’il suscitait, et qui avait déjà bloqué sa présentation au Parlement, soit un jour compris à la hauteur du défi qu’il nécessite. « Là encore, c’est qu’il n’est pas suffisamment expliqué, car cela touche au statut de Mayotte, juge Abdou Dahalani, d’ailleurs cette évolution nécessaire du mode de scrutin et du nombre de conseillers pour passer aux compétences d’une région aurait pu être intégrée à la loi 3DS*, on n’en parlerait plus. » L’évolution en scrutin de listes comme toute les régions de France ne pourrait-il pas relever d’une simple décision ? En tout cas, donner aux deux projets de loi des timings différenciés aurait sans doute permis d’éviter cet échec.

De la même manière, les élus du département auraient pu émettre un avis réservé, ce qui aurait permis au projet de loi sur le développement de Mayotte de poursuivre son chemin, avec modifications.

Si nous savons compter, sur 85 propositions, 20 sont inhérentes aux projets de loi, en suspens après l’avis défavorable du CD, donc 65 sont applicables immédiatement en cas d’ajournement du texte par le gouvernement. Dont “la convergence de nombreuses prestations sociales qui fera l’objet de décrets dans les prochains mois”, mesure 25.

Anne Perzo-Lafond

* Pour différenciation, décentralisation, déconcentration et simplification, adoptée par les députés le 4 janvier 2022, mais soumise à une commission mixte paritaire, Sénat et Assemblée

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Colloque sur “La place de la coutume à Mayotte” au CUFR

139533
Le Centre Universitaire de Recherche et de Formation (CUFR) organise la restitution publique du projet de recherche intitulé "La place de la coutume à Mayotte" porté notamment par Aurélien Siri, directeur du CUFR et maître de conférences en Droit privé, qui se déroulera le mercredi 1er juin 2022 à l'amphithéâtre du CUFR de Dembéni
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Yael Braun Pivet, Mayotte, OUtre-mer

Yaël Braun-Pivet, nouvelle ministre des outre-mer, avait pointé la responsabilité de l’Etat dans la...

139533
Au terme d'un suspens sans fin, le nouveau gouvernement choisi par la nouvelle première ministre a été constitué. Plusieurs ministres restent au gouvernement, et c'est Yaël Braun-Pivet qui est nommée à l'Outre-mer. Elle était venue en immersion dans les quartiers de cases en tôles sur les hauteurs de Doujani en 2018
Sénat, déchets, outre-mer, Mayotte

Le Sénat étudie la gestion des déchets dans les territoires ultramarins: “Comment éviter le...

139533
La Délégation sénatoriale aux outre-mer va consacrer son prochain rapport d’information à la gestion des déchets dans les territoires ultramarins. En partant d'une "situation préoccupante", il faut arriver à un objectif "zéro déchets". Un déplacement des sénateurs est prévu en juin à Mayotte
Législatives, LREM, Ensemble!, Mayotte

Législatives – Boinamani Madi Mari investi par le parti de la majorité présidentielle dans...

139533
Deux nouveaux candidats sont investis en outre-mer par "Ensemble ! - Majorité présidentielle", l'émanation de LREM en associations avec les autres partis au pouvoir. Nous en sommes à la 3ème vague ultramarine d'investiture de candidats...
Fort-de-France, RUP, Mayotte

L’appel de Fort-de-France pour une politique collant aux réalités des territoires ultramarins

139533
Au lendemain de la présidentielle, alors que l'Europe est sous les feux de l'actualité internationale, les représentants des 6 RUP français ont alerté sur l'urgence de modifier les politiques Outre-mer des Etats.
Chirongui, Mayotte

Bihaki Daouda, nouveau maire de Chirongui

139533
Le conseil municipal a élu un successeur à l'éphémère et condamné Andhanouni Saïd qui aura dirigé la commune pendant moins de deux ans. Bihaki Daouda devra mener les nombreux projets de la commune, qui ont été poursuivis pendant l'interim
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com