L'application mobile du Journal De Mayotte

28.9 C
Dzaoudzi
dimanche 28 novembre 2021

L’ancienne maire de Chirongui condamnée pour diffamation

Dans un discours de campagne en juin dernier, Roukia Lahadji avait accusé le chef de la police municipale de Chirongui de violences ayant pour but d'intimider les électeurs. Ces propos ont été reconnus diffamatoires, mais la justice l'a blanchie du caractère racial de ces accusations, conduisant à une peine tout à fait symbolique à l'issue d'un procès teinté de politique.

On se souvient de l’élection départementale tendue à Chirongui, où des électeurs avaient saisi la justice, se plaignant d’être empêchés de voter. La tension était alors à son comble à la mairie où des électeurs se massaient pour obtenir le droit de déposer leur bulletin dans l’urne. Des violences auraient alors eu lieu, et la sœur de la candidate  Mariame Saïd Kalame, a été interpellée par le chef de la police municipale. Deux versions s’affrontent dans ce volet de l’affaire qui doit être jugé le 25 janvier : d’un côté la dame accuse le policier de l’avoir giflée, faits pour lesquels il n’y a pas de plainte à ce jour [EDIT une plainte a bien été déposée indique Me Tessoka] . De l’autre, le fonctionnaire accuse cette dernière de violences sur personnes dépositaire de l’autorité publique : c’est ce qui doit être jugé en janvier.

C’est dans ce contexte tendu que l’ancienne maire de Chirongui, désormais conseillère municipale d’opposition, a tenu un meeting de campagne le lendemain de cette interpellation mouvementée. Dans son discours en shimaore, elle prenait le parti de la sœur de son alliée politique, relayant sa version sans trop de prudence dans les propos. “Ce n’est pas à Cédric qui vient de métropole de venir battre la population juste parce qu’on lui a dit qu’il est policier municipal” aurait-elle prononcé, selon une traduction validée par huissier, et qui faisait foi au tribunal. Elle y décrivait également le policier comme “mzungu” affirmant être “chez moi” par opposition au “blanc ne dira pas qu’il a une maison ici”. Ce qu’il a interprété comme une approche raciste des accusations de violences. Une traduction sujette à débat. “C’était juste pour dire à la population d’aller voter massivement et de ne pas se laisser intimider par ces personnes-là et de ne pas avoir peur” tempère Roukia Lahadji à la barre, estimant que le fonctionnaire qu’elle avait recruté trois ans plus tôt s’est bien immiscé dans l’élection. “C’est ce qui se passait, moi même j’ai du mal à comprendre, j’ai été maire pendant 12 ans et je n’ai jamais vu cela” maintient-elle.

“Je ne suis pas raciste”

L’ancienne maire de Chirongui, coupable de diffamation, mais pas de racisme selon les juges

Cédric Maleysson lui, balaye toute accusation en bloc. “La politique c’est une chose, en tant que fonctionnaire je suis à part. On m’a demandé d’organiser les meetings, je l’ai fait dans la plus grande équité” assure-t-il. Pour lui, ce discours, filmé et relayé sur Internet, lui a porté préjudice. “Le lendemain dans la rue des gens m’ont dit ‘toi le blanc tu es là pour nous taper ? Rentre chez toi’ et ça a duré plusieurs mois. Moi qui suis venu à Mayotte pour faire avancer le département, je me suis senti blessé, on est tous ici chez nous sur le territoire français. Je me suis senti attaqué sur ma fonction et sur ma propre personne” déplore le policier, soutenu au tribunal par ses collègues. Il réclamait 15 000€ d’indemnisation, tout en assurant n’être “pas là pour l’argent” et promettant s’il était indemnisé, de remettre les sommes perçues “à une association, comme le CCAS, ou même Nayma” [l’association présidée par Roukia Lahadji et qui œuvre à l’insertion par l’emploi NDLR].

Pour Me Tessoka, avocat de Roukia Lahadj, le tribunal était surtout “instrumentalisé à des fins politiques”, le policier ayant selon lui appelé à voter Mansour Kamardine, par ailleurs son avocat au début de la procédure. Sa cliente s’est elle aussi dite blessée par cette procédure. “Je ne suis pas raciste, c’est à l’opposé de mes valeurs,  la xénophobie, c’est ce qui est en train de nous tuer à Mayotte” a-t-elle conclu en fin d’audience.

Du racisme, le tribunal n’en a finalement pas vu dans ses propos, et l’a blanchie sur ce point. Mais en parlant de violences que la justice n’a pas établies, elle s’est rendue coupable de diffamation ont estimé les juges. “le tribunal a estimé que les propos, d’avoir déclaré qu’il avait battu, comme ça n’a pas encore été jugé, vous ne pouviez pas le prononcer et ça portait atteinte à son honneur.” a expliqué le président, prononçant une peine symbolique de 100€ d’amende avec sursis, 50€ de dommages et intérêts et 500€ de frais d’avocat à rembourser au plaignant.

Un appel reste possible sous 10 jours, mais chacun semblait, à l’extérieur du tribunal, trouver une forme de juste milieu dans cette décision.

Y.D.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Vanille, Mayotte

Filière en structuration, la vanille se fête le 11 décembre

0
Le territoire va fêter un des produits qui fit l'excellence de la filière agricole en ayant par le passé été couronné au niveau national: la vanille de Mayotte doit retrouver son statut, c'est ce qu'impulse l'association Saveurs et Senteurs de Mayotte. Une semaine de festivité autour de l'or noir des pâtissiers
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.

L’ancienne maire de Chirongui condamnée pour diffamation

0
Dans un discours de campagne en juin dernier, Roukia Lahadji avait accusé le chef de la police municipale de Chirongui de violences ayant pour but d'intimider les électeurs. Ces propos ont été reconnus diffamatoires, mais la justice l'a blanchie du caractère racial de ces accusations, conduisant à une peine tout à fait symbolique à l'issue d'un procès teinté de politique.
Frédérique Vidal, Mayotte

Arrivée ce jeudi de la ministre de l’Enseignement supérieur à Mayotte

0
Frédérique Vidal sera à Mayotte ces jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021. Professeur des universités, la ministre nommée en mai 2017 sera accueillie par le recteur et chancelier des universités Gilles Halbout. Sa visite tournera autour du CUFR et des thèses de recherches sur les milieux marins et du volcan