Bouéni : une tortue euthanasiée après une tentative de braconnage

Suite à l’alerte d’une association, le REMMAT (Réseau Echouage Mahorais des MAmmifères marins et Tortues marin) est intervenu sur la plage de Bouéni Village pour prendre en charge une tortue verte femelle. L’animal a été retrouvé blessé sur la plage suite à une tentative de braconnage et a dû être euthanasié déplore le Remmat dans un communiqué.

8
359
La tortue était trop gravement blessée pour être sauvée

« Dans la nuit du 29 avril 2021, un membre de l’association World Ocean Protection a contacté le REMMAT afin de signaler au réseau la présence de plusieurs hommes suspects sur la plage de Bouéni Village. La personne a expliqué au REMMAT que vers 2h30 du matin, plusieurs individus ont tenté de braconner une tortue verte (Chelonia midas) en pleine activité de ponte. La femelle, blessée à la tête par les braconniers, a tenté de s’enfuir en vain. Seule la présence du bénévole de l’association World Ocean Protection et l’arrivée sur plage de quelques villageois ont permis de mettre en fuite les malfrats. Après avoir tenté d’agresser le jeune bénévole, ils ont disparu rapidement dans la nuit à l’arrivée des habitants.

Suite à ce signalement, l’agent du Parc naturel marin qui anime et coordonne le REMMAT a rapidement contacté un membre du réseau afin qu’il se rende sur le site pour constater l’état de santé de l’animal. L’arrivée sur la plage de la directrice de l’association Oulanga Na Nyamba, formée à la gestion des échouages par le REMMAT, a permis de dresser un premier constat. L’animal semblait désorienté et ses lésions à la tête nécessitaient l’expertise d’un vétérinaire. Afin de garantir la sécurité de l’animal, la directrice de l’association Oulanga Na Nyamba est restée sur place durant toute la matinée, soutenue par une partie de l’équipe de la Police de l’environnement de la Communauté de Commune du Sud et des agents de la police municipale.

Rapidement, une vétérinaire de la clinique Domeon & Schuler, accompagnée de l’animatrice du REMMAT et d’un agent du Parc naturel marin de Mayotte et membres du REMMAT, est arrivée sur la plage afin de réaliser un diagnostic de l’animal.

Le constat était sans appel, les blessures étant trop importantes pour pouvoir relâcher l’individu dans son milieu. Seule une prise en charge par un centre de soin habilité pouvait donner une chance de survie à l’animal, mais l’île ne possède pas encore les infrastructures adéquates. Face à la douleur de l’animal, la vétérinaire a pris la décision de l’euthanasier afin d’abréger ses souffrances.

Les bénévoles ont sécurisé l’animal en attendant un vétérinaire

Dès 2022, le futur centre de soin de l’association Oulanga na Nyamba, permettra de prendre en charge les tortues marines présentant des blessures importantes. Face à cette tentative de braconnage sur cette femelle tortue verte venue pondre sur la plage, l’association Oulanga Na Nyamba (agréée au titre de la Protection de l’Environnement) a porté plainte auprès de la Gendarmerie de Mzouazia pour capture et mutilation d’espèce protégée.

Une tortue pour la science

Grace à l’aide des agents sur place et des villageois, les membres du REMMAT ont chargé le cadavre, pesant près de 150kg, dans un véhicule afin de permettre son transfert vers la chambre froide de l’université de Dembéni en vue d’une nécropsie. Cet examen médical du cadavre de la tortue, coordonné par le REMMAT, permettra de développer les connaissances biologiques sur cette espèce. Des prélèvements seront également réalisés afin d’alimenter l’étude génétique de la population de tortues vertes de Mayotte d’une part, et de participer au suivi de l’impact de la pollution plastique sur les tortues marines, d’autre part.

Tortue verte, espèce protégée !

Comme toutes les tortues marines, la tortue verte est une espèce menacée : elle est en danger d’extinction. Il s’agit donc d’une espèce protégée afin de garantir sa survie. Les tortues vertes sont très vulnérables sur les plages durant la ponte, autrement dit dans les zones de reproduction. Les herbiers ou les récifs, qui sont leurs zones d’alimentation ou de repos, sont également des secteurs sensibles. Les plages de ponte réparties sur l’ensemble du territoire mahorais représentent un patrimoine naturel exceptionnel a fort atout touristique pour le développement durable du l’ile.

La police municipale a apporté son concours

Le REMMAT Grâce à la mobilisation des habitants et des forces de l’ordre, le REMMAT a pu rapidement intervenir sur site, abréger les souffrances de la tortue et recenser un maximum de données concernant ce cas. Par la participation du grand public et des acteurs membres du REMMAT qui transmettent leurs diverses observations, le REMMAT met en évidence les différentes pressions pouvant peser sur les populations de tortues marines se trouvant à Mayotte (braconnage, pollutions, collision…). La mise en évidence de ces pressions a pour objectif de déterminer les mesures devant être prises afin d’atténuer leur impact. Le REMMAT porte également secours aux animaux blessés ou en difficulté. »

Si vous découvrez un animal mort ou en détresse, restez à bonne distance et contactez le REMMAT par téléphone au 0639 69 41 41 ou par mail : remmat976@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here