25.8 C
Mamoudzou
samedi 4 février 2023
AccueilEconomie5è Forum économique : lever les freins pour « penser Mayotte dans sa région »

5è Forum économique : lever les freins pour « penser Mayotte dans sa région »

Le 5ème forum économique de Mayotte accueille plusieurs délégations des pays de la région, mauricienne, malgache, comorienne, et de beaucoup plus loin en ce qui concerne celle des Canaries, une des 9 Régions ultrapériphériques de l’Europe. Le thème cette année est « Mayotte futur hub régional ». On en rêve, mais les participants d’une salle de cinéma bondée, en ont rappelé les freins.

C’est sur le parking du cinéma Alpa Joe que se tient pendant deux jours le 5ème Forum économique de Mayotte organisé par l’ADIM, l’Agence de Développement et d’Innovation de Mayotte, lancée par Ben Issa Ousseni, avant même qu’il ne devienne président du CD.

Mayotte est capable a elle seule de tirer une conjoncture défavorable vers le haut, comme le soulignait Bibi Chanfi, vice-présidente du Département chargée du développement économique et de la coopération décentralisée, « alors que nous vivons une crise économique post-Covid, les conséquences du bouleversement des routes maritimes et celles du contexte en Ukraine, Mayotte la résiliente se relève toujours ». Propos illustrés par Marjorie Paquet, SGAR adjointe à la préfecture, « la croissance économique portée par un financement public est de 7% par an. Très peu de territoires font preuve d’autant d’adaptabilité aux évolutions conséquentes comme Mayotte les a traversées ». Elle revenait sur les récents équipements structurants et ceux à venir, « le Datacenter, soutenu par les fonds européen, le Pôle d’excellence rural, et bientôt, la Technopôle et le Multilab ».

Mohamed Ali Hamid: « Notre co-développement est la clef de notre avenir et de celui de nos enfants »

Le discours politique contextualisé était porté par Mohamed Ali Hamid, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Mayotte (CCIM) : « Nous faisons tous partie d’une même grande famille, celle du canal du Mozambique. Notre co-développement est la clef de notre avenir et de celui de nos enfants. C’est par l’économie que nous règlerons nos problèmes, que nous réussirons l’intégration malgré les problématiques issues de l’Histoire mais qui n’ont plus de raison d’être. » Pour aller dans son sens, c’est exactement ce qu’a démontré le dispositif BusinESS OI des acteurs de économie sociale et solidaire qui coopèrent au-delà des tensions diplomatiques.

A quand un visa pour le développement ?

Pour le président de la CCI, la vision est partagée, « au moins avec Madagascar et les Comores », avec « cette soif d’y arriver ». Parmi les éléments qui vont se concrétiser, une compagnie maritime « dont l’agenda s’accélère sous condition d’une connectivité accrue », annonçait-il. Un projet qui revient comme un marronnier, mais dont il assure que la loi 3DS va en permettre le portage. A peine 10 minutes plus tard, une voix s’élevait dans l’assistance, celle de Guito Narayanin, directeur d’IBS, pour revendiquer haut et fort la paternité d’une compagnie maritime, mais quand même pas mal tournée vers son activité, « nous transportons 700 containers par an, nous sommes le plus gros producteur d’acier, mais nous mettons 6 mois à les faire entrer à Madagascar ». Il expliquait avoir obtenu les fonds européens, et avance donc un pavillon français pour sa flotte, « ça va créer de emplois ».

La délégation malgache emmenée par le ministre des Transports

La liaison entre les îles de la région, un sujet qui reste crucial, indiquait un fin connaisseur du problème, Xavier Desplanques, à la tête du Carrefour des entrepreneurs, énervé de devoir soulever encore et encore une difficulté dont il nous fait part depuis plus de dix ans : « Cela fait la 5ème édition, et nous vieillissons sans que soient levés les freins aux échanges régionaux. Je veux parler du problème des visas, plusieurs opérateurs malgaches n’ont pas pu venir à ce Forum économique, de celui des fréquences de transport, ou des escales qui font qu’il en coûte 1.040 euros pour venir de Maurice à Mayotte. Pourquoi ne pas réunir toutes les compagnies aériennes pour faire partir un avion et un navire par jour depuis chacune des îles ? Et inviter tous les décideurs en matière de normes. » Une autre voix s’élevait pour interroger sur les raisons de la légalité de transport d’un sac de litchis de La Réunion vers la métropole, mais pas vers Mayotte ou Madagascar.

Sur le problème des visas, Théophane Narayanin renchérissait : « J’avais besoin de faire venir 360 personnes pour mon entreprise, aucun n’a eu de visas depuis Madagascar. »

Il semble que seule la délivrance des visas d’affaires ait pu évoluer favorablement depuis quelques temps.

Alors pour que les propos d’Ali Hamid, « Mayotte la frileuse, c’est du passé, Mayotte l’hésitante, c’est du passé, nous devons être une locomotive d’innovation dans la sous-région », se concrétise, la facilitation des échanges commerciaux et humains reste toujours incontournable.

Anne Perzo-Lafond

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Six nouveaux magistrats sont arrivés à Mayotte

0
Le ministre de la justice, Éric Dupont-Moretti, avait annoncé il y a quelques mois de cela l’envoi de renforts pour le tribunal judiciaire de Mamoudzou. C’est chose faite puisque six nouveaux magistrats sont arrivés...
Pictogramme lutte contre les piqures de moustiques à Mayotte

Les 3 ’’moustiquaires’’, le nouveau roman mahorais de Santé publique France

0
Ainsi l’écrivait Michel Audiard dans son adaptation du célèbre livre d’Alexandre Dumas, les trois mousquetaires : «  Une amitié pour être bien trempée doit l’être dans le sang des autres » … Et le moins...

Un recensement de la population mahoraise sous le signe de la transparence

0
Le recensement de la population mahoraise a débuté ce jeudi et se terminera le 3 mars. Nous avons suivi un agent recenseur sur le terrain afin de voir comment il procède pour effectuer cette mission dans un département où l’habitat et les pratiques culturelles diffèrent grandement par rapport à l’Hexagone ainsi que dans les autres départements d’Outre-mer. État des lieux...
Catherine Vautrin, ANRU, DEAL, Jean-Louis Borloo, Emmanuel Macron, Mlézi, CUF

Catherine Vautrin : « Il faut engager les actions de destructions-reconstructions dans les temps impartis »

0
C’est par l’escarpé quartier du Talus que la présidente nationale de l’ANRU et femme politique avertie, a découvert les spécificités de Mayotte. L’opération menée à Koungou est à la fois traditionnelle pour l’Agence nationale de la Rénovation Urbaine à la fois exceptionnelle ici au regard de l’ampleur du phénomène de l’habitat insalubre et des moyens naissants. Il faut donc faire preuve d’ingéniosité, ce que lui auront prouvé les acteurs

Mutualité Française : une visite de son président décisive pour Mayotte

0
Ce jeudi, Éric Chenut, président de la Fédération Nationale de la Mutualité Française (FNMF), a déposé ses valises dans le département. Il aura jusqu'au 4 février pour échanger avec divers acteurs. Des discussions qui auront pour ordre du jour, le développement du domaine de la mutualité, et plus précisément de la complémentaire santé, à Mayotte, qui compte un retard considérable là dessus.

Recent Comments