29.8 C
Mamoudzou
mercredi 30 novembre 2022
AccueilEconomieCoopération - L’économie sociale et solidaire, « un outil de diplomatie économique »

Coopération – L’économie sociale et solidaire, « un outil de diplomatie économique »

Enfin une fenêtre s’ouvre sur la région qui va nous permettre de nous projeter depuis nos 374 km2. C’est l’économie sociale et solidaire qui donne le "la", et Mayotte y fait figure de chef de file des Outre-mer.

A force d’inefficacité, la coopération régionale est un sujet qui s’atrophie. On lui associe le plus souvent le mot de « saupoudrage », dans un esprit dévoyé qui attend d’elle un relais de développement économique de nos voisins immédiats, les Comores et Madagascar. La Chambre Régionale de l’Economie sociale et solidaire (CRESS) vient de lui redonner un coup de jeune.

Les coopératives, les mutuelles, les associations, les fondations, c’est tout cela l’économie sociale et solidaire, et plus encore à Mayotte du moment que les activités sont fondées sur un principe de solidarité et d’utilité sociale.

Sans le savoir, Mayotte avait une longueur d’avance sur les autres territoires en la matière, et l’a conservé. Le chicoa, la tontine, est souvent cité en exemple, où un groupe va mettre ses finances en commun pour la création d’un commerce, charge à son propriétaire de rembourser ensuite régulièrement, et de cofinancer le projet d’un autre participant.

En 2016, le sénateur Thani Mohamed Soilihi, Philippe Duret et Ben Amar Zeghadi formalisent donc ce qui existe en déclinant la toute nouvelle loi du 31 décembre 2014 qui sécurise le cadre juridique. A ce moment là, l’ESS France souhaite appliquer le concept à l’ensemble des Outre-mer, mais ne sait pas trop comment s’y prendre, comme nous le confie Kamal Youssouf, directeur de la CRESS Mayotte : « Ils ont donc confié à la CRESS Mayotte la mise en place des missions pour l’ensemble des Outre-mer. Nous avons notamment accompagné la CRESS Réunion dans la consommation des fonds européens, car ils n’avaient pas d’observatoire ». A savourer sans modération, c’est rare que cela se fasse dans ce sens.

Lamia, directrice de Maeecha, est déjà un partenaire d’associations à Mayotte

Seule la France a un cadre ESS légal

Partie d’un contexte facilitateur à Mayotte, car fortement imprégné d’économie sociale et solidaire, il fallait trouver un second souffle. C’est le cas et pas seulement parce que la loi l’impose, assure le directeur : « Nous appuyons la création et le maintien des entreprises sociales et solidaires, la formation des salariés. C’est plus compliqué sur la production de données car nous sommes sur un territoire qui en manque de manière globale. » Quant au 6ème volet de la loi, celui du développement de la coopération internationale, il a été mené sur plusieurs pays de la zone avec succès. Pendant notre interview, des bribes de restitution de mission en anglais et en portugais étaient la preuve.

« Avant de nous lancer dans la coopération régionale, nous nous sommes demandé quel était le cadre légal dans les pays concernés, le Mozambique, le Kenya, Grande Comore et la Tanzanie, et ce que signifiait l’économie sociale et solidaire pour ces pays ». Madagascar n’était pas inclus dans le périmètre de l’appel à projet, car c’est le fonds européen INTERREG V Océan Indien 2014-2020 de La Réunion et non de Mayotte qui a été sollicité, pour élargir au-delà des seuls pays des Comores et de Madagascar.

Parmi les cases à cocher, il fallait animer un premier réseau océan Indien, « nous avons créé le dispositif BusinESS OI et contacté les acteurs identifiés dans chaque pays. SESOK* qui représentent les entreprises sociales et solidaires au Kenya, E4Impact dans ce même pays, LVRLAC en Tanzanie, AMPCM au Mozambique et MAEECHA aux Comores. Il n’y avait aucune démarche politique, seulement des relations entre acteurs de terrain ». Et quand la politique ne s’en mêle pas, ça a l’air de mieux fonctionner.

Les acteurs se sont déplacés d’un territoire à l’autre et ont pu constater une première différence de taille : « L’économie sociale et solidaire n’existe pas sous cette appellation dans ces pays où l’on parle ‘d’entreprises à impact’, car il n’y a pas de cadre légal. Seule la France l’a mis en place par la loi de 2014. » La solution passera par l’Europe, « la commission européenne a comme projet de mettre en place une norme ESS commune à tous. On aura ainsi un cadre légal pour travailler avec les autres pays. Et au 1er semestre 2023, Marlène Schiappa, Secrétaire d’État chargée de l’Économie sociale et solidaire, va porter à l’ONU une reconnaissance mondiale de l’ESS.

Transformation du manioc tanzanien et comorien

E4Impact au Kenya travaille avec 4.000 entrepreneurs

Pour conclure ce projet BusinESS de première prise de contact, les représentants ESS de chacun des pays étaient à Mayotte et ont rapporté le bilan de leur mission à la Croisette ce jeudi. Lamia, directrice de l’association MAEECHA à Grande Comore ouvrait le bal en expliquant travailler sur l’éducation des enfants vulnérables, non scolarisés, « Ils sont 13.000 à avoir pu en bénéficier sur 35 écoles, principalement à Anjouan », mais également sur l’assainissement, « dans le cadre de la prévention des maladies hydriques ». Cette passerelle avec les autres pays « doit permettre à l’éducation de grandir au travers des territoires », selon la jeune femme.

En Tanzanie, la problématique de LVRLAC qui représente 42 autorités locales, est la formalisation des petites entreprises, quand le Kenya avec E4Impact (prix Ashoka Innovation Award) accompagne 4.000 entrepreneurs, soit 24.000 emplois, « 65% ont intégré de nouveaux marchés au Kenya »

Ce réseau une fois créé, il va falloir passer à la 2ème étape. On passe du BusinESS au projet Milango, « porte », en shimaore, qui sous-entend un esprit d’ouverture régionale. « Maintenant, des projets vont pouvoir se mettre en place, avec la création d’un réseau d’incubateurs au 1er semestre 2023 », rapporte Kamal Youssouf. Qui nous donne plusieurs exemples : « Je suis porteur de projet à Mayotte, je veux pénétrer le Mozambique, j’ai besoin d’être accompagné pour lever les freins. Ce sera notre rôle, ainsi que de conseiller sur les financements qui existent, notamment AFD ».

Clôture de l’action BusinESS OI

Avec un première concrétisation pour la Régie de Territoire Maecha Espoir à Acoua, notamment spécialisé dans la transformation de manioc en farine : « Ils n’avaient pas assez de matière première pour satisfaire la demande locale, des coopérations ont été nouées avec les Comores et la Tanzanie. »

Et cela va même au-delà de l’ESS puisque, au gré des discussions, la ville de Maputo au Mozambique a lancé l’idée d’un jumelage avec une commune mahoraise qui pourrait notamment déboucher sur des échanges culturels et sportifs. « Nous avons utilisé l’ESS comme un outil de diplomatie économique », sourit avec malice Kamal Youssouf.

Anne Perzo-Lafond

* SESOK : Social Enterprise Society of Kenya
LVRLAC : Lake Victoria Region Local Authorities
AMPCM : Associaçào Moçambicana de Promoçào do Cooperativismo MOderno
MAEECHA Mouvement Associatif pour l’Education et l’Egalité des Chances

 

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
François Braun, Santé, Mayotte, ARS, CHM, PRS, CNR

Contre la désertification médicale de l’île, le ministre Braun inaugure l’agence de recrutement

0
Le mot de catastrophe n’est pas vain pour qualifier la désertion des professions médicales, accentuée depuis les agressions de ces dernières semaines, et que ne peut que constater le ministre de la Santé. Mayotte s’en sortira grâce à l’imagination des acteurs sur place, notamment ceux qui ont monté une machine à recruter particulièrement innovante
Longoni, port, Mayotte, MCG, arrêté, parquet national financier

Report du procès en diffamation envers MCG, suspendu à « l’avenir incertain » des plaintes pour...

0
L’accusation de diffamation porte un arrêté que nous avions qualifié de "fantôme", produit par Ida Nel fixant les tarifs d’outillages portuaires. L’original n’ayant été retrouvé ni au conseil départemental, ni en préfecture, et l’expertise graphologique allant dans le même sens, le président de l’Union Maritime l’affirmait, « l’arrêté est un faux ». L’audience révélait l’insuffisance des moyens judiciaires au regard de la gravité des faits présumés
Sénat, haut-débit, Mayotte

Très haut débit à Mayotte : les sénateurs votent en faveur de 22,5 millions...

0
À l’occasion du vote du Projet de Loi de Finances 2023 en cours d’examen, c'est le sénateur LR Patrick Chaize qui a porté un amendement visant à permettre au 101ème département de rattraper son...
François Braun, Mayotte, CHM, ARS

Arrivée du ministre François Braun au Centre hospitalier de Mayotte

0
C'est accueilli par les élus et les directions des instances de Santé, CHM et ARS notamment, que le ministre de la Santé a fait ses premiers pas à Mayotte. François Braun est très attendu sur...
MDSI, Expertnet, informatique, Mayotte

Inauguration de la 1ère école d’informatique à Mayotte

0
Pour ce jour de rentrée, la formatrice n’a pas lancé « prenez vos crayons », « mais tous à vos claviers ». Ils sont 18 titulaires d’un BTS dans la salle à inaugurer la 1ère école d’informatique de l’île qui fonctionne en Centre de Formation d’Apprentis. En alternance en entreprise, c’est un diplôme d’Etat qu’ils vont décrocher au bout du parcours de deux ans

Recent Comments