27.8 C
Mamoudzou
samedi 28 janvier 2023
AccueilorangeDélinquance : trois associations demandent des moyens « financiers et humains » pour gérer les...

Délinquance : trois associations demandent des moyens « financiers et humains » pour gérer les jeunes

« Le département de Mayotte connaît, depuis plusieurs jours, une explosion de violences d’une rare intensité qui insécurise la population mahoraise », un constat lié à l’extrême pauvreté d’une grande partie de la population, dénoncent trois associations. En résulte, des jeunes dépourvus de graduation dans la violence.

A Mayotte, l’image que l’on a du jeune est manichéenne. Bourreau ou victime, mais il est parfois les deux. A la fois passager d’un bus potentielle cible d’un caillassage et de coups de chombo, il est aussi celui qui peut avoir contacté ses potes pour venir trancher la gorge d’un gamin de l’autre village passager du même bus. Et les ennemis jurés peuvent s’entretuer et quelques heures après, unir leurs forces contre des automobilistes, contre les gendarmes ou les policiers, dans un déchainement de violences à l’opposé de ce qu’on peut attendre d’une civilisation. L’auteur du meurtre du Miki en avril 2021 n’a-t-il pas glissé quelques minutes après son acte, « mais que va devenir mon inscription sur Parcoursup ? » Une absence de prise de conscience de la gravité de l’acte qui doit interroger.

Trois structures porteuses d’associations qui œuvrent dans le champ de l’enfance, ont adressé un communiqué aux médias pour trouver la juste réponse à ce phénomène hors norme. En appelant les autorités à doter à sa juste mesure la prise en charge de cette jeunesse.

Jeunes en grand nombre en 2016 descendus des hauteurs de Kawéni. Depuis, les associations aidant, le quartier s’était apaisé

Dans cette « explosion de violences d’une rare intensité qui insécurise la population mahoraise », la CNAPE, le Groupe SOS Jeunesse et l’UNIOPSS rappellent que « les jeunes sont le plus souvent les victimes collatérales de règlements de compte brutaux commis par d’autres jeunes sans repères autres que ceux qu’ils se sont donnés ».

Le diagnostic est partagé par tous : si « la réponse sécuritaire, nécessaire pour rétablir le calme à très court terme, ne constitue qu’un fragile couvercle sur des problèmes sociaux qui demeurent incandescents », c’est que cette insécurité « est la conséquence d’une faiblesse chronique de la réponse publique aux grandes difficultés que connait le département. »

Pauvreté et isolement des mineurs comme cocktail explosif

Puisqu’on sait que les trois-quarts de la population vivent en dessous du seuil de pauvreté, et que la moitié vit avec moins de 260 euros par mois, c’est qu’on a intégré, et les pouvoirs publics avec nous, qu’il y a sur le territoire de très nombreux mineurs non accompagnés, c’est à dire qu’en dehors de ceux pris en charge par les associations, ils se forgent à la loi de la rue pour survivre, et nous imposent donc la même chose, que plusieurs ne sont pas scolarisés, et que les familles sont confrontées à des besoins, se nourrir, se laver, s’éduquer, auxquels les associations ne peuvent répondre. « L’absence de réaction à la hauteur de ces besoins ne fait qu’alimenter le découragement, la désaffiliation sociale et les transgressions de plus en plus spectaculaires. Nos associations représentent souvent la dernière chance des enfants et des jeunes qu’ils accompagnent. »

Certains vivent dans la pauvreté mais entourés, ce qui n’est pas le cas d’un grand nombre de mineurs

Ces trois associations sont heureusement d’accord pour que soient « contrôlés les flux de populations inhérents à l’extrême pauvreté de l’archipel des Comores », mais appellent d’un autre côté les pouvoirs publics à « déclencher en urgence des moyens financiers et humains absolument nécessaires pour apaiser durablement les tensions sur le territoire. » Qui passeraient par un renforcement de leurs actions « en relais des pouvoirs publics ».

En apaisant le climat, ces moyens « financiers et humains » permettraient selon eux que « les profiteurs de haine » ne l’emportent.
Rajoutons que percevoir les effets directs du financement de ces associations réconcilierait les habitants les plus dubitatifs, comme c’est le cas avec l’accompagnement par un privé de TSEA à Trévani, au grand bénéfice du quotidien des habitants.

A.P-L.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Sanaa, mamoudzou

Recherche de sponsors pour la prochaine édition du festival SANAA du 31 août...

0
L’édition 2022 du festival des arts de Mamoudzou avait rassemblé près de 64.000 spectateurs sur trois jours. Fort de ce succès la Ville de Mamoudzou a décidé de renouveler cette expérience avec une deuxième édition qui rassemblera artistes locaux, nationaux et internationaux. Et recherche des partenaires
STM, Mayotte

Droit de retrait du personnel du STM

0
Pas de rotations de barges depuis ce vendredi matin 7h. Le personnel a décidé d'exercer son droit de retrait en raison de l'état du service et des responsabilités endossées
CHM, agression , Mayotte, CME,

Rassemblement des soignants : l’hôpital, entre sanctuaire et portes-ouvertes aux malades

0
Les langues se sont déliées lors du rassemblement de soignants en soutien au chirurgien agressé dans l’enceinte du CHM. Les déficiences sont nombreuses, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Après cette agression, l'impact sur l’attractivité de l’île va encore s’en ressentir
Sénat, LADOM, continuité territoriale, La Réunion, Mayotte

Sénat – Continuité territoriale, la parole est donnée aux représentants de l’océan Indien.

0
C’est depuis le Sénat, par retransmission directe et visioconférence que se déroulait ce jeudi 26 janvier 2023, une table ronde organisée par la délégation sénatoriale aux outre-mer, dédiée à l’étude des problématiques et aides à la mobilité, entre l’Hexagone et les départements ultramarins de la Réunion et Mayotte
SMEAM, Assainissement, eau, Mayotte, Chambre régionale des Comptes

La CADEMA va reprendre la compétence en matière d’assainissement

0
La CADEMA a organisé une réunion hier en fin d’après-midi afin de délibérer pour sortir du syndicat des eaux, SMAE. En effet, le torchon brûle depuis pas mal de temps entre la Communauté d’agglomération et le syndicat. L’objet du conflit est que SMAE ne ferait pas les travaux nécessaires et urgents concernant le réseau d’assainissement.

Recent Comments