29.9 C
Dzaoudzi
dimanche 29 mai 2022
AccueilEducation« A nous tous nous pouvons lutter contre le harcèlement scolaire »

« A nous tous nous pouvons lutter contre le harcèlement scolaire »

Ce vendredi s’est tenue à l’Esplanade du rectorat la remise des prix du concours « Non au harcèlement ». Son objectif consistait à donner la parole aux jeunes de différents établissements scolaires afin qu’ils puissent s’exprimer sur la problématique du harcèlement scolaire. Un fléau malheureusement bien présent sur l’île.

« C’est un sujet que nous avons pris vraiment à cœur car nous avons vécu cet enfer personnellement ». La jeune étudiante encadrée de son groupe de travail parle avec émotion. Élèves au collège K2 de Mamoudzou, les jeunes filles ont été lauréates du prix affiche collège, ex æquo avec leur camarade du Collège Zakia Madi de Dembeni.

Trois autres groupes de travail de trois autres établissements vont également recevoir un prix qu’il s’agisse du Collège Ouvoimoja de Passamainty (prix vidéo collège), du Collège Mariama Salim de Sada (prix affiche Non au harcèlement sexiste et sexuel), ou encore le lycée polyvalent de Dembeni (prix affiche lycée). Les élèves qui se succèdent au micro ont pour la plupart été victime de pratiques d’harcèlement. Une jeune fille déclare « la peinture me permet d’aller de l’avant » et sa camarade de conclure, « à nous tous nous pouvons lutter contre le harcèlement ».

La lutte contre le harcèlement scolaire, une priorité nationale

Le harcèlement scolaire est une priorité au niveau national

Depuis quelques années, la lutte contre le harcèlement scolaire fait partie des priorités de l’Education nationale au niveau de la France entière. Dans ce cadre, le Plan de lutte contre le harcèlement à l’école, le programme pHARe a été mis en place. Dans sa prise de parole, M. Gilles Halbout, recteur de l’académie de Mayotte, a tenu à filer la métaphore maritime pour capter l’attention des jeunes élèves. « Un phare c’est fait pour éclairer. Éclairer un phénomène qui existe partout mais qui ne le devrait pas. Il faut dénoncer ces agissements. Le phare est également là pour prévenir du danger. Les navires ici se sont vos camarades de classes qui ne doivent pas s’échouer ou pire se suicider ». Ne pas laisser sombrer les élèves face aux écueils liés au harcèlement moral, sexuel et numérique, voilà l’enjeu du dispositif.

Selon M. Halbout, « les retours d’élèves harcelés sont encore trop peu nombreux, il faut libérer davantage la parole. Nous avons eu un certain nombre de signalements, de l’ordre d’une dizaine. C’est l’ordre de grandeur que nous avons actuellement mais cela ne traduit pas la réalité. Il faut en parler, les élèves ont désormais des relais, c’est l’objectif du dispositif pHARe, avoir des camarades qui servent de repères vers qui se tourner en cas d’harcèlement ». Ainsi, en plus du personnel de vie scolaire, médico-sociaux et l’équipe enseignante, les victimes de harcèlement peuvent se tourner vers leurs camarades de classe.

L’intégration des parents dans les dispositifs de prévention est capitale

Au collège de Sada, « au moment des élections des délégués de classe, un élève a été élu

Une partie des productions récompensées vendredi

référent harcèlement dans chaque classe. On a formé ces ambassadeurs qui récoltent la parole des élèves dans leur classe. L’équipe ressource gère les problématiques liées au harcèlement, prend en charge les cas avérés », indique l’infirmière scolaire pilote du projet pHARe au sein de l’établissement. Néanmoins, comme a tenu à préciser le recteur, « le travail de sensibilisation et de prévention ne pourra pas aller jusqu’au bout si on n’a pas le soutien et l’engagement de l’ensemble des parents ».

Pierre MOUYSSET

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Colloque sur “La place de la coutume à Mayotte” au CUFR

139533
Le Centre Universitaire de Recherche et de Formation (CUFR) organise la restitution publique du projet de recherche intitulé "La place de la coutume à Mayotte" porté notamment par Aurélien Siri, directeur du CUFR et maître de conférences en Droit privé, qui se déroulera le mercredi 1er juin 2022 à l'amphithéâtre du CUFR de Dembéni
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Yael Braun Pivet, Mayotte, OUtre-mer

Yaël Braun-Pivet, nouvelle ministre des outre-mer, avait pointé la responsabilité de l’Etat dans la...

139533
Au terme d'un suspens sans fin, le nouveau gouvernement choisi par la nouvelle première ministre a été constitué. Plusieurs ministres restent au gouvernement, et c'est Yaël Braun-Pivet qui est nommée à l'Outre-mer. Elle était venue en immersion dans les quartiers de cases en tôles sur les hauteurs de Doujani en 2018
Sénat, déchets, outre-mer, Mayotte

Le Sénat étudie la gestion des déchets dans les territoires ultramarins: “Comment éviter le...

139533
La Délégation sénatoriale aux outre-mer va consacrer son prochain rapport d’information à la gestion des déchets dans les territoires ultramarins. En partant d'une "situation préoccupante", il faut arriver à un objectif "zéro déchets". Un déplacement des sénateurs est prévu en juin à Mayotte
Législatives, LREM, Ensemble!, Mayotte

Législatives – Boinamani Madi Mari investi par le parti de la majorité présidentielle dans...

139533
Deux nouveaux candidats sont investis en outre-mer par "Ensemble ! - Majorité présidentielle", l'émanation de LREM en associations avec les autres partis au pouvoir. Nous en sommes à la 3ème vague ultramarine d'investiture de candidats...
Fort-de-France, RUP, Mayotte

L’appel de Fort-de-France pour une politique collant aux réalités des territoires ultramarins

139533
Au lendemain de la présidentielle, alors que l'Europe est sous les feux de l'actualité internationale, les représentants des 6 RUP français ont alerté sur l'urgence de modifier les politiques Outre-mer des Etats.
Chirongui, Mayotte

Bihaki Daouda, nouveau maire de Chirongui

139533
Le conseil municipal a élu un successeur à l'éphémère et condamné Andhanouni Saïd qui aura dirigé la commune pendant moins de deux ans. Bihaki Daouda devra mener les nombreux projets de la commune, qui ont été poursuivis pendant l'interim
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com