26.9 C
Dzaoudzi
jeudi 11 août 2022
AccueilorangeLa CGT-ma s’insurge contre EDM, dénonçant une «  gestion catastrophique »

La CGT-ma s’insurge contre EDM, dénonçant une «  gestion catastrophique »

Dans un récent communiqué, la CGT-ma s’en prend à EDM et à sa gestion, dénonçant de mauvaises politiques de maintenance engendrées par l’arrivée du groupe Quaero dans le capital d’EDM. Une attaque qui fait suite à plusieurs coupures sur l’île dont celle, massive, de la ST Valentin.

« Une gestion catastrophique », c’est ce que dénonce le communiqué du syndicat qui n’en est pas à son premier coup d’éclat quant à la gestion du réseau électrique de l’île.
Surfant sur les derniers incidents techniques ( « Une semaine après le blackout de la St Valentin, ce lundi 21 février 2022, une partie de la population de Mayotte s’est vu retiré l’électricité suite à un incident à la centrale de Longoni »), la CGT-ma maintient que ses coupures auraient pu ne pas voir le jour : «  Cet évènement aurait pu ne pas avoir de conséquences pour la population si trois groupes de production d’électricité sur les huit, n’étaient pas déjà en panne ». En cause selon le syndicat l’arrivée du groupe Quaero, société de gestion de fonds dans le capital d’EDM. En janvier 2020 l’arrivée du nouvel actionnaire n’avait pas manqué de faire réagir sur l’île. Jusque alors, le capital d’EDM était constitué du conseil départemental à 50,01%, de EDEVE, filiale financière d’EDF à 24,99%, de la SAUR (Société d’Aménagement Urbain et Rural) à 24,99%, et de l’Etat à 0,01%. La SAUR avait alors souhaité se désengager, c’est le groupe français Quaero qui s’imposait en repreneur.

EDM, Mayotte
Un Pylône EDM

Alors, l’intersyndicale EDM avait rejeté en masse cette arrivée. Salim Nahouda, porte-parole, avait déclaré que « Nous ne voulons pas d’un fonds de pension privé ayant vécu une expérience douloureuse avec SAUR en matière de relations humaines, sur nos services de comptabilité et de gestion ».
Une relation de désamitié entre le nouvel actionnaire et les syndicats qui semble se prolonger encore aujourd’hui. Dans son communiqué, la CGT-ma explique que selon elle, « Ces pannes sont le fruit des nouvelles politiques de maintenance mises en place depuis l’arrivée du groupe Quaero dans le capital d’EDM, privilégiant le dépannage suite à avarie que celui préventif… La direction d’EDM suit les recommandations du groupe Quaero et travaille de plus en plus au bas coût ! ». Le syndicat s’appuie alors sur deux exemples. D’abord, il avance que « L’incident du 14 février 2022, entrainant le blackout était dû à un défaut de matériel sur la production solaire photovoltaïque du poste électrique de Jumbo Score. Bizarrement, celui-ci fait suite au transfert d’exploitation de ce site de Schneider à Totalénergie avec le remplacement de matériels ». Autre exemple mis en avant : «  il y a deux mois, la mise en service désastreuse du nouveau poste source électrique haute tension de Sada, qui, malgré les alertes de certains salariés, est passée en force amenant la détérioration d’une grosse partie du matériel installé… ». Autant de faits que la CGT résume par cette simple phrase : « Une nouvelle fois, la gestion à bas coût fait payer l’addition à la population ».
Ainsi, reprenant la revendication de 2020, le syndicat fait part de sa volonté de voir les parts de Quaero reprises par EDF.
Allant plus loin encore, la CGT remet en question les nouvelles évolutions d’EDM et son entente avec Totalénergie quant à l’utilisation de biomasse liquide à l’usine des Badamiers, « le changement des outils d’exploitations des réseaux par un système métropolitain qui ne peut être adapté à Mayotte compte tenu des infrastructures de communication complexes ».
Modernisation rimerait avec « avenir douloureux pour la population » ? C’est qu’avance le syndicat, incitant le conseil de surveillance à s’emparer de l’avenir d’EDM.
De son côté, la direction d’EDM que nous avons pu joindre n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet, et décide de rester en dehors de la polémique : «  No comment ».
L’énième épisode d’une lutte qui dure depuis longtemps maintenant, mais un communiqué signé au seul nom de la CGT-ma et non de l’intersyndicale. Quid des autres organisations syndicales ?

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

SMAE, Vinci, Mayotte

Coupure d’eau dans la commune de Koungou ce vendredi 12 août...

139533
Le syndicat des eaux, dans un communiqué, informe les usagers de la commune de Koungou "de la nécessité d'interrompre la distribution d’eau afin de...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

La délégation de Tanzanie est arrivée à Mayotte

139533
Les travaux de coopération régionale du conseil départemental avancent bien, avec l’arrivée ce mercredi de la délégation de Tanzanie sur le territoire mahorais.

Visite ministérielle : de grands enjeux en perspective

139533
Dans le cadre de la visite du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre délégué aux Outre-mer, Jean-François Carenco, prévue la semaine du 22 août prochain, les séances de travail se sont multipliées à Paris la semaine dernière. Ainsi, le 5 août, le président du Conseil départemental, Ben Issa Ousseni a été reçu par Jean-François Carenco. La veille, la parlementaire Estelle Youssouffa s’était entretenue avec Gérald Darmanin.

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139533
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139533
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.

Koungou : un comité de sécurité créé pour faire face à la délinquance

139533
Jeudi dernier, la ville de Koungou communiquait sur les réseaux sociaux à propos de la constitution d’un comité de sécurité. Son objectif ? Mutualiser les moyens des comités déjà existants pour mieux mailler les quartiers et améliorer la collecte d’information en cas de troubles. Malgré les actes de médiation, les événements de ces derniers temps font naître un ras-le-bol perceptible.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com