29.8 C
Mamoudzou
samedi 26 novembre 2022
AccueilEconomieA Mayotte, la graine de la filière bio germe peu à peu

A Mayotte, la graine de la filière bio germe peu à peu

Le pôle agricole de Mro Mouhou a accueilli mardi la cérémonie de présentation officielle des professionnels engagés en agriculture biologique. Cette démarche s’inscrit dans la volonté affichée de parvenir à la structuration de ces filières afin de renforcer l’autonomie alimentaire de Mayotte.

L’agriculture biologique est « à la croisée de nombreuses problématiques » aussi bien « la sécurité du consommateur, la préservation de l’environnement, ou la lutte contre l’érosion des sols ». Le préfet de Mayotte, dans son allocution, a rappelé les enjeux du développement et du soutien des méthodes agricoles respectueuses de la biodiversité tout en assurant la meilleure qualité possible aux consommateurs. Propos complétés par Ali-Moussa Moussa Ben, maire de Bandrélé, soulignant également l’impossible traçabilité « des produits aux abords des routes ».

Le maire de Bandrélé et le directeur de l’EPFAM

La structuration de la filière bio, un défi pour Mayotte

Pour tenter d’apporter une solution concrète à ces défis, la municipalité de Bandrélé, en partenariat avec l’Etablissement Public Foncier d’Aménagement de Mayotte, a décidé de valoriser les 19 hectares du site de Mro Mouhou. Depuis mai 2022, les 11 agriculteurs professionnels sélectionnés par la commission d’attribution des parcelles se sont progressivement installés avant de développer leurs activités de production. Qu’il s’agisse de maraîchage, de la production de vanille, d’ananas ou encore de manioc, les activités agricoles recouvrent un large panel de production et ce, tout en respectant au mieux  l’environnement.

C’est donc naturellement que le maire de Bandrélé, le directeur général de l’Établissement public foncier et d’aménagement de Mayotte (EPFAM), Yves-Michel Daunar, ainsi que le coordinateur général de l’Union Des Coopératives Agricoles de Mayotte (UCOOPAM), Bryce Bouvard, ont choisi une des nombreuses parcelles de ce pôle agricole comme lieu de présentation des agriculteurs de l’île engagés dans une démarche d’agriculture biologique. L’occasion aussi pour ces agriculteurs de se connaître et d’échanger sur leurs pratiques afin de favoriser le retour d’expérience. L’objectif affiché à terme est, en effet, la structuration d’une filière agricole biologique dans le département avec des filières de production structurées et durables. Tout un écosystème d’ingénierie s’est mis progressivement en place afin d’inscrire le bio dans la transformation du monde agricole de l’île.

Des méthodes de préservation alternatives aux produits phytosanitaires

La réduction de l’utilisation de produits phytosanitaires préserve l’écosystème

« Le soutien auprès des agriculteurs se fait au niveau de l’aide à la traçabilité des produits avec notamment la réalisation de facture pour assurer le suivi de la production », renseigne Yves-Michel Daunar. Mais l’aide va plus loin puisque « l’EPFAM les accompagne dans leur mode de pratique des cultures afin de parvenir à une élimination de l’utilisation des produits phytosanitaires ». Sur ce point, cette démarche s’inscrit dans la droite ligne du plan d’actions national Ecophyto qui vise à diminuer de 50 %, d’ici 2025, l’utilisation des fertilisants, ou des traitements issus de la chimie de synthèse,  aussi bien en métropole ou dans les départements d’outre-mer. Pour s’en rendre compte, il suffit d’observer les parcelles cultivées et de discuter avec les agriculteurs présents à l’instar d’Asani Boinadi, l’un des trois agriculteurs certifiés bio de l’île. « Au départ on faisait de la purée de piment pour traiter les chenilles mais j’ai perdu une récolte de choux. Alors on a mis des filets pour s’en prémunir », explique-t-il.

Les difficultés de la certification bio à Mayotte

Dévoilement de la plaque certifiant le caractère bio de la parcelle cultivée

Si officiellement dix autres agriculteurs de l’île se sont engagés dans la démarche certifiante du bio, le processus reste fastidieux. Asani Boinadi se dit chanceux car « sa parcelle était en friche » ce qui lui a évité « une phase de transition » pouvant parfois durer « plusieurs années ».

S’y ajoute, comme l’a souligné le délégué du gouvernement, « l’absence d’organisme certificateur à Mayotte » qui conduit à devoir « réaliser des démarches de manières collectives » et représente également un coût financier. « Il faut les faire venir sur l’île soit depuis La Réunion soit de la métropole », renseigne Elodie Chêne, responsable de la communication à l’EPFAM. Par ailleurs, « une grosse problématique subsiste au niveau des semences bio à Mayotte », indique le directeur de l’EPFAM, puisqu’il faut aussi les faire venir de métropole. Une solution pour pallier ce manque serait la « création d’une pépinière bio dans le département afin de pouvoir entrer directement en phase de production », poursuit-il.

Néanmoins, ces difficultés n’empêchent pas les professionnels de réfléchir déjà à la manière d’écouler les futures productions. Cette démarche de recherche de débouchés fait également partie du travail d’accompagnement mis en place par l’EPFAM. Les productions bios étant gage de qualité pour les consommateurs, les marchés couverts ou les collectivités peuvent déjà servir d’intermédiaire, sans oublier la grande distribution. Une chose est sûre, la graine du bio est indéniablement plantée à Mayotte.

Pierre Mouysset

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

L’agriculture durable à Mayotte, un enjeu de résilience alimentaire

0
L’effervescence était de mise au lycée agricole de Coconi samedi matin. En parallèle de la Journée de l’agroécologie s’est tenu le séminaire du plan Ecophyto. Tous les deux ans, il permet de faire le bilan des avancées techniques sur le territoire de l’île afin de répondre aux ambitions de réduction d’utilisation de produits phytosanitaires.

L’EPFAM lance un appel à projets pour installer un porteur de projet agricole sur...

0
L’Établissement public foncier et d’aménagement de Mayotte (EPFAM) lance un appel à projets, ouvert du 18 octobre au 18 novembre, pour attribuer à un agriculteur une parcelle d’un hectare, située sur la commune de...

Opération de destruction de kwassas : 200 embarcations démontées

0
Le préfet de Mayotte, Thierry Suquet, accompagné du nouveau sous-préfet chargé de la lutte contre l’immigration clandestine se sont rendus mardi matin sur le site militaire des badamiers. Ils ont assisté à une opération de destruction de kwassas.

Journée de protestation du jeudi 15 septembre : « Ne lâchons pas la rue aux...

0
Alors que la journée est susceptible d’être fortement perturbé au regard des actions souhaitées par l’Association des Maires de Mayotte, notamment la fermeture des écoles en raison de l’insécurité, la pertinence d’une telle mesure se pose pour le préfet
OPAM, EPFAM, RITA, Mayotte

Un Observatoire des parcelles agricoles alimenté par et pour les agriculteurs

0
Parle moi de ta terre, je te dirai qui tu es ! Le nouvel outil mis en place par l’EPFAM est collaboratif et peut révolutionner les pratiques agricoles à Mayotte. L’agriculture à deux vitesses persiste, mais l’Observatoire du parcellaire agricole de Mayotte (OPAM) devrait tirer l’ensemble vers le haut

Recent Comments