21.9 C
Dzaoudzi
lundi 8 août 2022
AccueilEducation"Enseigner en mode hybride", un moteur pour "repenser l'enseignement" ?

“Enseigner en mode hybride”, un moteur pour “repenser l’enseignement” ?

Le lycée des Lumières accueillait ce mercredi un colloque entre les rectorats de Mayotte et de La Réunion sur l'enseignement "hybride". A l'heure du numérique, il s'agit de repenser les usages et les outils pour coller aux besoins. La crise sanitaire a fait office de laboratoire à grande échelle, mais un juste milieu reste à trouver entre le présentiel, le distanciel et les outils intermédiaires.

Qu’elle soit hybride, électrique ou thermique, une voiture remplit la même fonction : amener ses passagers à destination. Pour l’enseignement, c’est presque pareil. Durant deux années de crise sanitaire, où l’enseignement en distanciel s’est imposé comme une nécessité, mais tout en laissant des élèves sur le bord du chemin, une réflexion sur l’école 2.0 s’imposait. Pour Chantal Manès-Bonnisseau, la rectrice de La Réunion, qui ouvrait ce mercredi un colloque en visio-conférence, “l’enseignement hybride” a vocation à “aider les enseignants à repenser leur pédagogie avec de nouveaux supports de nouvelles technologies , d’autres interactions avec les élèves et une autre gestion du temps”. Pour elle, “enseigner ne s’improvise pas. C’est un métier, et il a été valorisé par la capacité de nos professeurs à s’adapter”.

Mais le passage parfois brutal au distanciel ne s’est pas fait sans dégâts. “Du côté des élèves certains se sont montrés plus impliqués à distance qu’en présentiel, mais pour d’autres ça a été l’inverse; les élèves ne sont pas toujours très à l’aise avec ces outils” constate la rectrice. Un euphémisme. Sur une île où l’illectronisme est aggravé par l’illettrisme tout court, on n’imagine que trop bien la difficultés pour des élèves peu formés aux nouvelles technologies à suivre des cours à distance, ouvrir les pièces jointes fournies par les enseignants, ou, pour leurs familles, suivre les résultats scolaires de l’enfant, malgré la création d’une application mobile “pro note” destinée aux ménages non équipés en ordinateur.

Le recteur Gilles Halbout au lycée des Lumières ce mercredi

Toujours est-il que le métier doit “se transformer avec le numérique” estime l’Education nationale. L’enjeu du colloque, c’est “de partager les bonnes pratiques” selon le recteur Gilles Halbout soucieux de “les étendre et les dupliquer” tout en “analysant les mauvaises”. “Il y a des choses qu’on croyait bien et qui étaient un peu brouillonnes et d’autres qui se sont révélées excellentes. Par exemple l’utilisation des smartphones était peu développée avant. Aujourd’hui on voit que ça peut être un élément de révision, d’auto-test, notamment dans les transports au commun”, plaide le recteur de Mayotte.

En revanche constate ce dernier, “l’utilisation de l’ENT (espace numérique de travail, NDLR) a montré ses limites, car peu adapté à un enseignement hybride” note-t-il encore.

Pour lui, un des gros chantiers à l’heure du numérique, c’est de se concentrer sur “l’accès aux sources, l’esprit critique, et comment se servir de ces sources.  Il faut continuer à apprendre le cœur de l’apprentissage mais aussi apprendre à utiliser les outils numériques.Et il ne faut pas négliger les savoirs fondamentaux”, rappelle le recteur, qui note à juste titre que lire, écrire et compter sont indispensables à l’usage du numérique dans son ensemble.

Fabrice Chaudron voit dans le numérique la clé de plus d’autonomie pour les élèves

D’une manière générale, Fabrice Chaudron, conseiller du recteur en matière de numérique, voit dans l’enseignement hybride une manière de mieux préparer les élèves au monde du travail. “C’est plus d’autonomie pour les élèves. Ça leur apprend à s’organiser et à gérer le temps de travail” estime-t-il, partant du postulat que “le rôle de l’école c’est aussi une préparation à l’entrée dans le monde professionnel”.

Une réflexion intéressante à condition de ne pas oublier qu’un enfant n’est pas un salarié, et que sa quête d’autonomie ne doit pas faire négliger son besoin de cadre, car c’est là aussi le rôle de l’enseignant. Sans quoi le virage du numérique laissera encore bien des jeunes sur le carreau.

Y.D.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139533
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139533
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.

Koungou : un comité de sécurité créé pour faire face à la délinquance

139533
Jeudi dernier, la ville de Koungou communiquait sur les réseaux sociaux à propos de la constitution d’un comité de sécurité. Son objectif ? Mutualiser les moyens des comités déjà existants pour mieux mailler les quartiers et améliorer la collecte d’information en cas de troubles. Malgré les actes de médiation, les événements de ces derniers temps font naître un ras-le-bol perceptible.

Les outre-mer dans la Constitution : « changer de paradigme ultramarin est une nécessité...

139533
Pour nourrir le débat sur la place des outre-mer dans la Constitution, la délégation sénatoriale aux outre-mer a organisé en juin dernier une réunion conjointe avec l’Association des juristes en droit des outre-mer. L’objectif, esquisser des pistes de réflexion pour refonder les articles 73 et 74 de la Constitution au regard des réalités des territoires ultra-marins.

Les députés de l’île en première ligne pour défendre Mayotte et les outre-mer

139533
Estelle Youssouffa et Mansour Kamardine semblent ne pas avoir démérité depuis ce début de semaine dans l’hémicycle. Si la première a été élue en début de semaine vice-présidente de la délégation aux outre-mer de l’Assemblée nationale, le second a eu un amendement voté en son nom prévoyant une enveloppe de 15 millions d’euros pour « renforcer les aides alimentaires en Outre-mer ».
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com