29.8 C
Mamoudzou
jeudi 18 avril 2024
AccueilOcéan IndienNomination : François-Xavier Bieuville nouveau locataire de la case Rocher

Nomination : François-Xavier Bieuville nouveau locataire de la case Rocher

Thierry Suquet, 63 ans, va laisser sa place à François-Xavier Bieuville au sein de la préfecture de Mayotte. Arrivé au cours de l’été 2021 dans l’île aux parfums, l’ancien préfet quitte ses fonctions pour aller dans le département du Vaucluse. Retour sur les 32 mois qu’il a passé sur notre territoire et focus sur l’arrivée de son successeur…

En juin 2021, Thierry Suquet succédait à Jean-François Colombet comme préfet de Mayotte. Arrivé directement de la région Auvergne-Rhône-Alpes où il avait été moins d’un an préfet délégué pour la défense et la sécurité auprès du préfet de la Région, préfet de la zone de défense et de sécurité Sud-Est, préfet du Rhône. En arrivant à Mayotte il a eu pour feuille de route de poursuivre le processus mis en place dans le cadre du projet de « Loi Mayotte », la poursuite de la lutte contre l’immigration illégale, et accentuer la sécurité des Mahoraises et des Mahorais.

Tous les droits primaires ainsi que notre devise “liberté, égalité, fraternité”, doivent être une réalité sur ce territoire”

Un mois après, en juillet 2021, Thierry Suquet annonçait qu’il comptait « s’inscrire dans la continuité » de son prédécesseur, « avec l’expérience comme plus-value, nécessaire dans la construction de Mayotte » et entendait travailler avec les élus locaux. A peine arrivé sur le 101e département français un de ses premiers chantiers était le risque d’une vague épidémique. Son premier objectif fut donc la montée en puissance de la campagne de vaccination alors que la couverture vaccinale était à l’époque d’à peine 13%. « Tout ce que j’ai pu évoquer dans ma feuille de route ne pourra se faire qu’en tenant l’épidémie éloignée », avait alors fait valoir Thierry Suquet.

En octobre 2021 de nouvelles mesures en réflexion sur les mineurs délinquants étaient évoquées par le préfet au CESEM. C’est en matière de délinquance que le préfet avait surpris à l’époque, tel que l’avait rapporté l’institution. « Bientôt, les mineurs sans référent familial seront renvoyés aux Comores sur des crédits de coopération du Ministère des Affaires étrangères et non plus des crédits de l’insertion ». Puis de rajouter qu’« A partir du moment où un mineur est mis en cause dans des troubles à l’ordre public, ses parents sont désormais convoqués et renvoyés à leur pays d’origine, après retrait, le cas échéant, de leur titre de séjour », indiquait le CESEM en citant le préfet.

Mai 2022, le « Thermomètre ramadan » était instauré. La préfecture entendait lutter contre la fièvre des prix. Le thermomètre des prix a en outre été mis en place pour les grandes et moyennes surfaces afin de suivre leurs évolutions sur vingt-sept produits essentiellement utilisés durant le ramadan tels que les farines, le sucre, les oignons. Les prix avaient été passés au crible. Ce dispositif avait permis d’identifier selon le préfet « des fausses promotions liées au ramadan. On a mis en garde les entreprises sur de telles pratiques surtout sur l’absence d’étiquetage de prix sur lesquels nous sommes intervenus, notamment pour les oignons et les patates douces », avait-il expliqué.

C’est durant l’année 2023, que Thierry Suquet aura sans doute eu le plus de pain sur la planche notamment avec la mise en place de l’opération Wuambushu avec ses différentes implications et ses imbroglio juridiques… Mais aussi la crise de l’eau exceptionnelle qu’a connu le 101e département français.

Thierry Suquet et Assani Saindou Bamcolo expliquent les enjeux de la démolition-reconstruction

Ainsi au début du mois de mai 2023, de nombreuses procédures judiciaires sont mises en œuvre pour ralentir le bon déroulement et la bonne tenue de l’opération Wuambushu, voulue par le ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, en mettant notamment en cause sa légalité et sa légitimité. Le préfet avait été sommé de rectifier le tir après la décision du tribunal judiciaire de Mamoudzou d’interdire la destruction du bidonville Talus 2 à Majicavo. Thierry Suquet avait alors pris acte dans un communiqué « de la demande d’harmonisation des conditions d’ouverture de ces locaux pour une période plus longue. Et s’engageait à renforcer et à formaliser les conditions d’accès déjà existantes à un téléphone pour les personnes retenues ».

Quelques semaines plus tard, toujours en mai 2023, le préfet tient sa revanche juridique avec Talus 2. « Sur le relogement, on nous fait un mauvais procès », lançait-il. Avec la relance de l’opération de démolition Talus 2 et la reprise des reconduites à la frontière, par voie maritime et par voie aérienne, sans compter les nombreuses interpellations, le rythme de la lutte contre l’immigration clandestine reprenait à Mayotte. Cependant, il était encore très éloigné de la vitesse que voulait imprimer Wuambushu avec notamment 1.000 cases détruites d’ici la fin de l’année 2023. Le résultat ne sera pas au rendez-vous puisque au 1er janvier 2024 ce sont environ 700 cases en tôles ou en dur insalubres qui ont été démolies.

Eau, CMA CGM, Mayotte, La Réunion, CCAS, RSMA, DLEM
Thierry Suquet lors de la crise de l’eau

Septembre 2023, la crise de l’eau assèche Mayotte. Les pouvoirs du préfet ont été alors renforcés sur la politique de l’eau. Décision avait été prise par le Gouvernement de donner les pleins pouvoirs à Thierry Suquet en matière de mesures à prendre en réponse à la pénurie d’eau sur l’ensemble des services de l’État à Mayotte, avec l’activation d’un plan d’urgence. « Cette activation doit permettre de faire face aux risques tant sanitaires qu’en matière d’accès aux biens de première nécessité (approvisionnement en potable) ou qu’en termes d’ordre public », avait alors indiqué la préfecture. Le préfet interrogé par le JdM déclarait alors : « Cela signifie que priorité est donnée à la politique de l’eau. Si par exemple nous avions besoin de renfort en moyen humain  pour mettre en place une action, nous pouvons déplacer les agents qui travaillaient dans un autre domaine sans avoir besoin de changer leur fiche de poste, ou de déclencher un comité technique paritaire ».

Fin décembre 2023, le peuple mahorais commence à gronder face à l’insécurité dans l’île, et ce en dépit de la visite à Mayotte de la Première ministre de l’époque, Élisabeth Borne, au début de ce même mois, annonçant des mesures fortes pour les Mahorais. L’association des maires et des présidents d’intercommunalités de l’île avait alors adressé, fin décembre, une lettre au préfet en faisant part de leurs inquiétudes concernant l’insécurité et les actes de violence inacceptables qui touchent notre territoire. Ils avaient organisé une marche vers la préfecture pour dire Non à l’insécurité et aux actes de violences et OUI à la restauration de l’autorité de l’État et de l’État de droit à Mayotte. Ils demandaient instamment au préfet de mettre fin à l’insécurité, au squat à Cavani et de lutter efficacement contre l’habitat insalubre.

Thierry Suquet aurait accepté d’assouplir sa position face aux barrages.

Janvier 2024, début de la révolte et des blocages par des barrages routiers, même si le préfet se voulait à l’écoute de manifestants pacifiques. Thierry Suquet avait appelé à la liberté de manifester sans blocage. Au sujet du chaos vécu dans divers secteurs de l’île, il avait souligné que « les blocages ne sont pas la solution, du fait des enjeux pour la population de l’île, en matière de santé, d’économie et d’emploi ». Mais il avait cependant ouvert une fenêtre sur la liberté de manifester, « mais pas au prix du blocage de l’île dont les conséquences sont mortifères, dramatiques et peuvent être dangereuses pour nos concitoyens dont la très grande majorité ne veut pas revivre ce qui s’est passé en 2018 ». Le représentant de l’Etat s’était dit « à l’écoute des manifestants pacifiques » et expliquait avoir proposé d’intégrer les représentants des collectifs ou groupes constitués dans le comité de suivi portant sur le démantèlement du camp de Cavani.

14 Février 2024 : Alors qu’il avait demandé sa mutation et dans un contexte de situation explosive qui règne dans le 101e département français depuis plusieurs semaines, c’est la préfecture du Vaucluse qui lui tend les bras. Thierry Suquet est remplacé par François-Xavier Bieuville.

Dans un post sur le réseau social X, Gérald Darmanin « remercie chaleureusement le préfet Thierry Suquet pour son action à Mayotte et son engagement remarquable au service des mahorais ».

François-Xavier Bieuville aux avant-postes

Son sucesseur va avoir fort à faire car la situation sociale que lui laisse Thierry Suquet est très loin d’être un cadeau. Les mauvaises langues diront même que c’est un cadeau empoisonné. Qui est ce nouveau représentant de l’État qui devrait débarquer très prochainement dans l’île au lagon ?

Âgé de 58 ans, François-Xavier Bieuville a été sous-préfet de l’arrondissement de Dunkerque avant son arrivée à Mayotte. Titulaire d’une maîtrise de droit public et d’un DESS de contentieux public et privé, il débute sa carrière professionnelle en 1992 comme inspecteur à la Direction générale des Douanes et droits indirects, jusqu’en 1998. Il est par ailleurs lauréat des concours de l’École Nationale de la Magistrature et du concours de l’École Nationale de l’Administration (1999). Lauréat du concours d’inspecteur des douanes et droits indirects (1992).

En 2002, diplômé de l’École nationale d’administration (ENA, promotion Copernic), il intègre le ministère de l’Intérieur et il est nommé, en mai 2002, chargé de mission auprès du préfet de la Savoie avant de prendre, en septembre de la même année, les fonctions de directeur de cabinet du préfet.

En septembre 2003, il devient directeur de cabinet du préfet de la Région Lorraine, préfet de la zone de défense Est, préfet de la Moselle jusqu’en 2005.

En mars 2005, François-Xavier Bieuville rejoint le ministère de l’Outre-mer, où il prend tout d’abord les fonctions de secrétaire général adjoint du Haut-Commissariat de la République, en Nouvelle-Calédonie.

Le nouveau préfet de Mayotte François-Xavier Bieuville

En 2007, il est nommé conseiller technique au cabinet du secrétaire d’État chargé de l’Outre-mer (affaires culturelles, sociales et sanitaires, emploi et formation, enseignement supérieur et recherche, jeunesse et sports).

Puis, en 2008, il est chargé de mission auprès du directeur des affaires politiques, administratives de l’Outre-mer, chargé notamment du projet de réforme de l’Agence nationale pour l’insertion et la promotion des travailleurs d’Outre-mer (ANT), avant de devenir directeur général de l’Agence de l’Outre-mer pour la mobilité (LADOM ext-ANT), en avril 2009. Poste qu’il occupera jusqu’en 2013.

Entre novembre 2013 et octobre 2017, il est directeur général de la Fondation du patrimoine.

En novembre 2017, il est chargé, par le ministère de l’Intérieur, de l’accompagnement juridique et administratif de la création de l’établissement public du réseau radio du futur (RRF), au sein de la mission de gouvernance ministérielle des systèmes d’information et de communication relevant du secrétariat général du ministère de l’Intérieur.

En juillet 2019, il est détaché auprès de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), en qualité de directeur de programme.

En août 2021, François-Xavier Bieuville, occupe le poste de chargé de mission à la reconstruction et à la prévention des risques naturels auprès du préfet de l’Aisne.

En novembre 2021, François-Xavier Bieuville était sous- préfet de l’arrondissement de Douai.

En avril 2023, il a été nommé sous-préfet de l’arrondissement de Dunkerque.

Février 2024 : François-Xavier Bieuville devient le nouveau préfet de Mayotte.

B.J.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Sport : Bientôt la 4ème édition du « Trail du Caméléon »

0
Le Club d’Athlétisme de Mamoudzou (CAM) et la mairie de Mamoudzou lancent la 4ème édition du « Trail du Caméléon » le dimanche 26 mai à la MJC de Kawéni. L’objectif de cette édition est de créer un événement rassembleur de toutes les générations.
Mayotte, rectorat,

Face aux directeurs d’école, Jacques Mikulovic ambitionne de « relever le défi du choc...

0
Les chefs d’établissements du premier degré avaient rendez-vous mercredi après-midi avec le recteur et son équipe afin de faire « un bilan d’étape » mais aussi préparer en amont la prochaine rentrée scolaire de septembre. Plusieurs thèmes étaient à l’ordre du jour comme les moyens mis en œuvre pour le 1er degré, la carte scolaire, l’évaluation des élèves mais aussi l’organisation de la nouvelle 6e.
DRFIP, impôt, Mayotte, EFS, France services

Impôts : pour déclarer, souriez, vous êtes accompagnés !

0
Si quelques petites nouveautés sont à noter pour cette campagne d’imposition sur les revenus mouture 2024, c’est surtout du côté du recouvrement de l’impôt que ça bouge à Mayotte. Avec un accent mis sur « l’aller vers » dans les 15 Maisons France service, et la lutte contre la fraude
eSIM, Orange, smartphone, Mayotte, La Réunion

L’eSIM, la carte SIM virtuelle de téléphone, disponible à Mayotte

0
Notre département franchit un peu plus le pas vers le virtuel avec l'arrivée de l’eSIM annonce l’opérateur Orange qui met cette évolution en place également à La Réunion
Place nette, Guévenoux, Mayotte

Premier épisode de l’opération « Mayotte place nette » à Doujani 2

0
Alors que le début de l’opération « Mayotte place nette » n’avait même pas encore été annoncé officiellement, son premier épisode consistant à détruire 220 habitations illégales dans le quartier informel de Doujani 2 a commencé ce mardi matin

Recent Comments