29.8 C
Mamoudzou
jeudi 18 avril 2024
AccueilPolitiqueTrois barrages résistent encore : M’tsamboro, Bandraboua et carrefour Ngwezi

Trois barrages résistent encore : M’tsamboro, Bandraboua et carrefour Ngwezi

Malgré la colère encore présente de la base des Forces Vives, les barrages ont fini par se lever les uns après les autres, parfois grâce à l’intervention des maires des communes concernées. Ce mardi, la ministre déléguée aux Outre-mer avait rencontré les deux branches des Forces Vives : celle qui a appelé à lever les barrages et celle qui s’y refuse toujours.

En fin d’après-midi ce mardi 27 février, Marie Guévenoux a accepté de rencontrer les deux branches des Forces Vives, bien que cela n’ait pas été annoncé dans son programme officiel : celle de Safina Soula et celle de Yasmina Aouny, porte-parole des barragiste non satisfaits par les annonces du gouvernement sur la question de la sécurité. Ces derniers réclamaient à corps et à cris l’état d’urgence sécuritaire comme préalable à la levée des barrages. Demande clairement refusée ce mardi lors de la visite ministérielle, Marie Guévenoux estimant que « l’état d’urgence sécuritaire n’aurait pas d’effet à Mayotte ». Douche froide pour les barragistes récalcitrants qui voyaient dans cet état d’urgence l’unique moyen de venir à bout de la délinquance à Mayotte. Toutefois, juste avant la réunion, Yasmina Aouny que nous avons jointe par téléphone, nous a déclaré « qu’à défaut d’état d’urgence, nous souhaitons au moins que le gouvernement nous envoie un signal fort concernant la lutte contre l’insécurité. Au mois de décembre, les homicides ont explosé et les agressions se font de plus en plus violentes. La situation est intenable ! ».

Yasmina Aouny est la nouvelle porte-parole des Forces Vives

Rien de très concret n’a visiblement émergé de cette rencontre avec Marie Guévenoux qui, au sortir de sa réunion avec les maires, avait confié vouloir « tenir un discours de responsabilité aux personnes qui continuent à maintenir les barrages ». Une deuxième réunion s’est tenue ce mercredi après-midi, avec uniquement le préfet cette fois-ci, au cours de laquelle Yasmina Aouny a réitéré sa demande de « signal fort de la part de l’Etat ». « L’annonce de la mise en place des arrêtés sur l’interdiction de la vente de machettes et l’euthanasie des chiens errant a provoqué la risée des barragistes tant ces mesures sont décalées par rapport à la réalité de la violence que vivent les Mahorais au quotidien. Les voyous utilisent à présent des fers à béton pour attaquer les automobilistes sur la route, ils sont de plus en plus violents, il va donc falloir autre chose que ces arrêtés pour les neutraliser. Cela pourrait être un débarquement massif dans les quartiers où l’on sait qu’ils se cachent, des perquisitions pour découvrir des stocks d’armes, des arrestations massives. On sait que le gouvernement est capable de mettre en place des mesures fortes s’il le désire », nous a déclaré Yasmina Aouny. Selon ses dires, le nouveau préfet François-Xavier Bieuville aurait déclaré au cours de cette réunion du mercredi « qu’il allait essayer de mettre en place ce signal fort ».

Bref, rien de vraiment concret une fois de plus, ce qui fait que les barrages les plus « durs » restent pour le moment en place. Selon nos informations il s’agit de M’tsamboro, Bandraboua et du carrefour N’gwezi, l’un des plus stricts. Les autres ont fini par rendre les armes, parfois par lassitude, parfois grâce à l’intervention du maire de la commune comme cela a été le cas pour Tsararano.

Pendant ce temps, le collectif de Safina Soula continue de travailler sur les acquis avec le gouvernement

Le collectif de Safina Soula a été reçu par le préfet lundi soir puis par la ministre mardi soir

Si Badirou n’est plus le « porte-parole officiel des Forces Vives », il n’en continue pas moins à travailler avec Safina Soula sur les acquis obtenus le 11 février dernier. Cette dernière se présente désormais en tant que « présidente du collectif des citoyens 2018 » et non plus en tant que leader des Forces Vives. Mais qu’importe, elle n’en continue pas moins le combat pour tenter d’améliorer le sort de son île. Son collectif a également été reçu ce mardi par Marie Guévenoux. « Nous sommes revenus sur les modalités de suppression du titre de séjour territorialisé et du droit du sol. La question sécuritaire a également été abordée. Nous avons demandé à créer un comité de suivi des futures opérations avec le préfet », a déclaré Safina Soula, jointe également par téléphone. Consciente que les réformes prennent du temps, elle se dit « très satisfaite que la plupart des barrages aient été levés. Nous avions besoin de souffler ».

La prochaine grande étape pour Mayotte sera donc la préparation de Wambushu 2 et de la « loi d’urgence pour Mayotte ».

Nora Godeau

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Wuambushu, Marie Guévenoux, Gérald Darmanin, Mayotte

Marie Guévenoux : « On va mettre « le paquet » pour Wuambushu 2...

0
La ministre déléguée aux outre-mer Marie Guévenoux s’est entretenue pendant plusieurs heures ce jeudi 4 avril avec les services préfectoraux et les forces de l’ordre afin de préparer l’opération Wuambushu 2. Celle-ci commencera probablement dès la fin du ramadan et durera plusieurs semaines.
Maternité, accouchement, sage-femme, CHM, CMR

La pénurie de sages-femmes met en péril les soins maternels

0
Depuis plusieurs jours, le Centre médical de référence (CMR) de Mramadoudou est bloqué par des habitants et des membres du collectif des forces vives de Mayotte. Au coeur de cette contestation, résonne le manque crucial d'effectifs de sages-femmes à Mayotte
Mayotte, blocage, forces vives,

Tribune – Mouhoutar Salim : « Barrages comme mode d’expression de la colère »

0
Dans cette tribune, un de nos chroniqueurs et écrivain mahorais, grand connaisseur de l’historique sanitaire du territoire, met en perspective la colère de la population ayant conduit à une ampleur sans précédent des blocages de l’île au regard des gains à en attendre
Citeo, Tri-O, Mayotte

Le directeur Outre-mer de Citeo promet de mettre « les bouchées doubles » pour...

0
Le mois de blocages qu’a subi Mayotte l’a laissée dans un état de saleté alarmant. Les acteurs de la gestion des déchets sur l’île ont donc « du pain sur la planche » pour rattraper le retard accumulé. Philippe Moccand, directeur Schéma industriel et Outre-mer de l’éco-organisme Citeo, annonce un renforcement des moyens de collecte des déchets ménagers recyclables.

Mlezi Maore s’explique

0
Lors du tout récent mouvement social qui a secoué notre île, l’association Mlezi Maore a fait partie de ces associations d’aide aux personnes en situation de précarité qui ont cristallisé tout le ressentiment des manifestants des Forces Vives. Afin de dissiper les amalgames et malentendus dont elle a fait l’objet, sa présidente Fahoullia Mohamadi et son directeur général Hugues Makengo, ont souhaité s’exprimer dans nos colonnes.

Recent Comments