29.8 C
Mamoudzou
jeudi 18 avril 2024
AccueilPolitiqueUn jeudi consacré à l’analyse du courrier ministériel

Un jeudi consacré à l’analyse du courrier ministériel

Ce jeudi 15 février, le courrier envoyé la veille aux Forces Vives et aux élus du territoire par Gérald Darmanin et Marie Guévenoux a été passé au crible. Pour autant, la décision de lever les barrages n’a pas encore été prise, car il faut d’abord que le courrier soit lu et expliqué aux personnes qui tiennent les barrages et qui attendent toujours.

Relance Export Tour, Team FRance Export, Mayotte
Pour Ben Issa Ousseni, le courrier contient « des avancées réelles pour le territoire »

Si un noyau de leaders s’est naturellement dégagé des Forces Vives, mouvement qui se voulait à l’origine sans leader pour bien montrer le ras-le-bol de la population mahoraise dans son ensemble, la décision finale de lever les barrages ne leur reviendra pas. Ce sont les barragistes qui auront le dernier mot. « Nous n’avons pas encore montré et expliqué le contenu du courrier aux personnes qui tiennent les barrages et qui attendent toujours de connaître son contenu. Nous ne pouvons prendre aucune décision avant que cela ne soit fait et que les barragistes dans leur ensemble en aient discuté », a affirmé Safina Soula à l’issue de la réunion de ce jeudi après-midi entre les leaders des Forces Vives et les élus du territoire. Le matin, une première réunion exclusivement entre élus a également eu lieu pour analyser le contenu de la lettre avant d’en discuter avec les Forces Vives.

Safina Soula n’a pris connaissance du courrier que ce mercredi midi en plein congrès des Forces Vives, une situation peu propice à l’analyse d’une prose politique complexe

Jamais prose politique n’aura été autant décortiquée dans l’histoire de Mayotte ! Il faut dire qu’en ces temps troublés, la population mahoraise souffre d’un énorme déficit de confiance envers l’Etat français. Les promesses de 2011 et de 2018 n’ayant été qu’à moitié tenues, les Forces Vives veulent être sûres cette fois-ci de « ne pas se faire avoir », quitte à maintenir la pression avec les barrages encore quelques jours. Le président du conseil départemental Ben Issa Ousseni voit dans ce courrier quelques louables avancées : « Nous élus, estimons que ce courrier contient de réelles avancées quant aux besoins du territoire notamment en matière d’immigration clandestine. L’objectif d’aujourd’hui était de discuter avec les leaders des Forces Vives pour être sûrs que nous ayons tous la même interprétation du contenu de ce courrier ». Prudent, Ben Issa Ousseni n’en dira pas plus, précisant « que ce n’est pas à lui d’appeler ou non à la levée des barrages, mais que ce seront les Forces Vives qui en décideront ».

Une réponse écrite des Forces Vives sera communiquée sous peu à la presse

Ce sont les barragistes qui auront le dernier mot et non les leaders des Forces Vives

Après la réunion avec les élus, les Forces Vives se sont réunies en Assemblée Générale pour décider de la suite à donner au mouvement. D’après Safina Soula, elles formuleront une réponse écrite au gouvernement, qui sera également envoyée à la presse. La leader du collectif 2018 n’a pas voulu « lâcher » grand-chose sur son analyse de la prose gouvernementale, à peine avons-nous pu lui arracher un bref « je pense qu’il y a quand même de bonnes choses », phrase rapidement interrompue par l’agitation et les salutations de fin de réunion. Les autres leaders ont été encore moins loquaces, laissant tous les journalistes présents à la sortie de la réunion sur leur faim. « Nous ne prendrons notre décision qu’après avoir discuté avec les personnes qui tiennent les barrages car ce sont eux qui décideront à la majorité », a-t-elle tranché. Conclusion : il faut encore attendre et, barrages ou pas, le mouvement a de toute façon bien l’intention de perdurer dans le temps !

Nora Godeau

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Wuambushu, Marie Guévenoux, Gérald Darmanin, Mayotte

Marie Guévenoux : « On va mettre « le paquet » pour Wuambushu 2...

0
La ministre déléguée aux outre-mer Marie Guévenoux s’est entretenue pendant plusieurs heures ce jeudi 4 avril avec les services préfectoraux et les forces de l’ordre afin de préparer l’opération Wuambushu 2. Celle-ci commencera probablement dès la fin du ramadan et durera plusieurs semaines.
Maternité, accouchement, sage-femme, CHM, CMR

La pénurie de sages-femmes met en péril les soins maternels

0
Depuis plusieurs jours, le Centre médical de référence (CMR) de Mramadoudou est bloqué par des habitants et des membres du collectif des forces vives de Mayotte. Au coeur de cette contestation, résonne le manque crucial d'effectifs de sages-femmes à Mayotte
Mayotte, blocage, forces vives,

Tribune – Mouhoutar Salim : « Barrages comme mode d’expression de la colère »

0
Dans cette tribune, un de nos chroniqueurs et écrivain mahorais, grand connaisseur de l’historique sanitaire du territoire, met en perspective la colère de la population ayant conduit à une ampleur sans précédent des blocages de l’île au regard des gains à en attendre
Citeo, Tri-O, Mayotte

Le directeur Outre-mer de Citeo promet de mettre « les bouchées doubles » pour...

0
Le mois de blocages qu’a subi Mayotte l’a laissée dans un état de saleté alarmant. Les acteurs de la gestion des déchets sur l’île ont donc « du pain sur la planche » pour rattraper le retard accumulé. Philippe Moccand, directeur Schéma industriel et Outre-mer de l’éco-organisme Citeo, annonce un renforcement des moyens de collecte des déchets ménagers recyclables.

Mlezi Maore s’explique

0
Lors du tout récent mouvement social qui a secoué notre île, l’association Mlezi Maore a fait partie de ces associations d’aide aux personnes en situation de précarité qui ont cristallisé tout le ressentiment des manifestants des Forces Vives. Afin de dissiper les amalgames et malentendus dont elle a fait l’objet, sa présidente Fahoullia Mohamadi et son directeur général Hugues Makengo, ont souhaité s’exprimer dans nos colonnes.

Recent Comments