29.8 C
Mamoudzou
mercredi 17 avril 2024
AccueilSécuritéPoint sur la vidéo protection au service de la sécurité des citoyens

Point sur la vidéo protection au service de la sécurité des citoyens

Lors de sa visite à Mayotte dimanche dernier, le ministre de l’Intérieur et des Outre-mer s’était notamment étonné du peu de communes de l’île équipées avec un système de vidéo protection, alors que l’État attribue des subventions et des aides pour l’installation de ce type de dispositif, a fortiori sur notre territoire. Face à la situation actuelle dans le 101e département français, Gérald Darmanin avait alors envoyé la balle dans le camp des élus locaux.

Malgré les difficultés rencontrées par les forces de l’ordre pour aller sur des interventions à cause des nombreux barrages, celles-ci arrivent quand même à assurer tant bien que mal la sécurité des habitants de l’île. Plusieurs interpellations ont eu lieu ces derniers jours par la gendarmerie et par la police. Ainsi comme l’indique cette dernière, « Le 9 février 2024, le centre de supervision urbain (CSU) de la mairie de Mamoudzou était informé d’une rixe entre jeunes sur le secteur de Mtsapéré, pont Nazou. Par retour d’images, les policiers de la salle de commandement CIC repéraient trois individus très actifs qui lançaient des cailloux sur la partie adverse. Munis des signalements, les effectifs de police interpellaient les trois individus qui étaient placés en garde à vue. Ils étaient déférés, et l’un d’eux écopait d’une peine de 6 mois de prison ferme ». Même si la vidéo protection ne fait pas tout, elle apporte une aide considérable aux forces de l’ordre.

La commune de Koungou prochainement équipée 

Chambre régionale des comptes, Mayotte, Koungou
Koungou, la 2ème commune plus peuplée de l’île

Après Pamandzi, Mamoudzou, Dembéni, Koungou devrait être la quatrième commune de l’île à bénéficier de la vidéo protection. « Si tout se passe bien le centre de supervision urbain devrait être opérationnel fin mai/ début juin avec une quarantaine de caméras installées le long de la route nationale, indique David Chaillier, chef opérateur CSU au sein de la mairie de Koungou. Nous aurions dû débuter la mise en place début février mais le porte-containeur transportant du matériel a été retardé au sud du Yemen… D’ici fin 2024, 93 caméras vont être installées », complète-t-il. Pour pouvoir faire fonctionner un CSU il faut recruter des agents et même s’il n’est pas obligatoire que ce soient des membres de la police nationale ou municipale derrière les écrans, les opérateurs seront assermentés. « Nous travaillons avec toutes les forces de l’ordre, gendarmerie, police municipale et nationale. Cette année nous comptons recruter 6 agents pour être derrière les écrans et avertir les forces de l’ordre en cas de besoin ».

Prévenir les faits de délinquance mais pas que

Comme l’explique David Chaillier, il faut faire la différence entre un centre de supervision urbain et un centre de visionnage. « Dans un CSU il y a des opérateurs derrière les écrans qui réagissent en temps réel, alors qu’avec un centre de visionnage, il n’y a personne derrière les écrans, cela sert juste à extraire des vidéos en fonction des besoins. Le CSU permet une continuité de la surveillance, d’alerter tout de suite et d’intervenir plus vite. En fonction des horaires et des missions prioritaires sur le terrain on fait appel soit à la police, soit à la gendarmerie ».

La délinquance a explosé ces dernières années (Photo D.R.)

Par ailleurs, le CSU donne de la visibilité et permet de lever des doutes… « On oriente, on vérifie, on analyse la nature d’un problème afin d’évaluer la situation et de fournir assez d’éléments aux forces de l’ordre. Par ailleurs, concernant certaines affaires, la vidéo protection permet de fournir des éléments de preuves…Le CSU c’est un peu l’œil de la commune », explique David Chaillier. En effet, le CSU permet de surveiller notamment les ventes à la sauvette, de drogue, les accidents de la route et de contacter le Sdis (Service départemental d’incendie et de secours), le dépôt d’ordures sauvages, signaler une coupure de l’éclairage public ou encore un obstacle sur la chaussée. « Ça sert à tout ! », souligne-t-il.

La garantie de la vie privée respectée

Comme le rappelle le responsable du CSU de Koungou, l’utilisation de la vidéo protection est extrêmement réglementé. On ne peut pas faire n’importe quoi et ce n’est pas n’importe qui qui se trouve derrière les écrans. « Il faut avoir une certaine expérience, le sens de l’observation, connaître les procédures… Les espaces privés sont floutés ou avec des caches dynamiques qui permettent de les dissimuler, même quand la caméra tourne, si bien que nous ne voyons jamais les espaces privés », raconte-t-il. Concernant le droit à l’image, là aussi tout est réglementé. Les images et les vidéos sont stockées durant 30 jours maximum et après elles sont effacées. Les gens ont ainsi près d’un mois pour demander à visionner les images les concernant, il suffit pour ça de demander aux services de la mairie. « La CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) garantit le droit à l’image des personnes… Les gens ont le droit de visionner ce qui les concerne pour peu qu’ils en fassent la demande. Il faut bien comprendre que le CSU n’a pas pour but de faire de la répression mais d’aider les personnes », conclut David Chaillet.

B.J.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

L’opération « Mayotte Place nette » lancée officiellement ce mardi

0
C’est accompagné du directeur général de la gendarmerie et de son homologue de la police nationale, que la ministre déléguée aux Outre-mer s’est adressée à la presse, ce mardi matin, afin de lancer officiellement l’opération « Mayotte Place nette », la suite de Wuambushu. Des opérations des forces de l’ordre ont d’ailleurs eu lieu à Doujani et à Dembéni
Place nette, Guévenoux, Mayotte

Premier épisode de l’opération « Mayotte place nette » à Doujani 2

0
Alors que le début de l’opération « Mayotte place nette » n’avait même pas encore été annoncé officiellement, son premier épisode consistant à détruire 220 habitations illégales dans le quartier informel de Doujani 2 a commencé ce mardi matin
Plongée, Code du sport, tribunal, Mayotte

Justice – L’accident de plongée a-t-il été provoqué par un manquement à la sécurité ?

0
C’est à cette question que devait répondre le tribunal judiciaire dans sa collégialité ce mardi, 5 ans après qu’un plongeur ait vu sa jambe entaillée par l’hélice du bateau d’un club de l’île

Mayotte veut séduire les touristes réunionnais

0
Dans le cadre d’un voyage scolaire à La Réunion, 29 élèves de 4ème et de 3ème du collège de Bouéni ont travaillé pendant plusieurs mois pour créer des supports et des activités afin de...

L’opération « Mayotte place nette » a débuté ce matin !

0
La ministre déléguée aux Outre-mer, Marie Guévenoux, a annoncé ce matin le début de la suite de Wuambushu avec l’opération "Mayotte place nette". Cette opération vise un public ciblé avec notamment 60 objectifs prioritaires...

Recent Comments