29.8 C
Mamoudzou
vendredi 19 avril 2024
AccueilOcéan IndienDe 300 à 500 riverains ont manifesté contre le camp de migrants...

De 300 à 500 riverains ont manifesté contre le camp de migrants ce dimanche

300 personnes selon la police et 500 selon le collectif des citoyens se sont réunies ce dimanche à Cavani malgré la pluie pour manifester contre le camp de migrants installé au stade. Des tensions ont éclaté entre la population et les migrants, mais la police a veillé au maintien de l’ordre.

« Nous sommes satisfaits du nombre de personnes qui ont répondu à notre appel pour manifester ce dimanche. Nous étions environ 500, ce qui est une réussite pour une première manifestation contre ce camp », a déclaré Safina Soula, la présidente du collectif des citoyens 2018. Des heurts ont éclaté lors de la manifestation, mais nous n’avons malheureusement pas pu joindre la police pour savoir ce qu’il en était exactement. Dans un post Facebook, Zaïdou Bamana, consultant pour le collectif des citoyens, parle « d’une petite bagarre rapidement maîtrisée par les forces de l’ordre ». De leur côté, les habitants du camp affirment avoir été « harcelés de jets de pierres par des jeunes ». Leurs banderoles appelant à lutter contre la violence et la xénophobie ont été arrachées par quelques riverains exaspérés qui les ont considérés comme « une provocation ». Les forces de l’ordre ont calmé les esprits et évité que la manifestation ne dégénère, mais la situation reste très tendue d’autant plus que Zaïdou Bamana, très remonté contre les demandeurs d’asile, a affirmé sur les réseaux sociaux que cette manifestation « avait été pacifique mais va se durcir dangereusement ».

Les migrants avaient préparé des banderoles en réponse à la manifestation.

Des bandes de jeunes de Cavani ou d’ailleurs se mêlent du problème et caillassent généreusement le camp. Les migrants accusent la population de les payer pour les caillasser, le collectif affirme quant à lui que ce sont les migrants qui les payent pour se faire passer pour de « malheureuses victimes » aux yeux de l’Etat et du grand public. Impossible de démêler le vrai du faux dans cette affaire, d’autant plus que la préfecture a coupé toute communication avec la presse au sujet du camp, arguant que « le sujet était trop sensible pour communiquer pour le moment ».

Les migrants, tout comme le collectif, attendent une action de l’Etat

« Nous voulons nos papiers pour quitter Mayotte » pouvait-on lire sur l’une des banderoles brandies par les migrants venus de l’Afrique des grands lacs en réponse à la manifestation du collectif et des riverains. Si une grande partie des riverains et des élus ne veulent pas d’eux à Mayotte, eux non plus ne souhaitent pas rester sur le territoire, mais bien être transférés dans l’Hexagone. Or le traitement des dossiers prend du temps. D’après les déclarations de Gérald Darmanin la semaine dernière, seule une quarantaine d’entre eux auraient obtenu leur statut de réfugiés et sont donc transférables en métropole. Or, le camp compterait actuellement 700 habitants. La grande majorité d’entre eux sont des « demandeurs d’asile » donc, comme l’a affirmé la présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, lors de sa venue à Mayotte, « ils sont en situation régulière sur le territoire ». Un fait que bon nombre de membres de la population mahoraise, et même de certains élus, ne comprennent pas étant donné qu’ils sont arrivés clandestinement à Mayotte via une filière située en Tanzanie. Certes, mais en France, lorsqu’on demande le droit d’asile, on est considéré comme « en situation régulière » jusqu’à ce que le dossier soit traité par l’OFPRA (Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides), puis par la CNDA (Cour Nationale du Droit d’Asile). Si ces deux derniers refusent au migrant le statut de réfugié, il peut réitérer sa demande mais il est alors considéré comme clandestin et donc expulsable dans son pays d’origine.

Les migrants en appellent à la loi française en matière d’asile.

Le squattage du stade est en revanche illégal, mais les migrants s’installent là faute de structure d’hébergement dédiée. D’après Zaïdou Bamana, l’Etat aurait demandé aux associations Solidarité Mayotte et M’lezi Maore de trouver un hébergement pour les demandeurs d’asile. Trouver de quoi les loger en attendant que l’OFPRA statue sur leur sort serait en effet une solution pour pouvoir démanteler rapidement le camp du stade de Cavani. Le problème est que le collectif, et une partie de la population mahoraise, ne l’entendent pas de cette oreille et souhaitent tout simplement le départ de tous les migrants ou « leur hébergement au sein des locaux de la préfecture mais pas dans des bâtiments appartenant à des Mahorais ». Une situation qui semble inextricable et qui risque de dégénérer faute d’action ferme de l’Etat. Si Gérald Darmanin a bien annoncé le démantèlement prochain du camp, le collectif réclame une date et des actions concrètes ne comptant pas « se laisser berner » par « des effets d’annonce ».

Nora Godeau

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Migrants du stade de Cavani : Le problème a simplement été déplacé !

0
La semaine dernière, le préfet avait annoncé la fin de l’évacuation des migrants occupant illégalement le stade de Cavani. Toutefois, si le stade a en effet été « libéré », comme promis aux riverains, ce n’est pas le cas des rues de Cavani où errent désormais plusieurs centaines de demandeurs d’asile, au grand dam du maire de Mamoudzou.
Démantèlement, Cavani, réfugiés, police

Achèvement du démantèlement du camp illégal de Cavani

0
Dans une vidéo, le préfet de Mayotte, François-Xavier Bieuville, fait savoir que l’engagement pris concernant l’évacuation du stade de Cavani a été tenu. « Cavani c’est fini ! », indique le préfet. Les derniers...

Trois barrages résistent encore : M’tsamboro, Bandraboua et carrefour Ngwezi

0
Malgré la colère encore présente de la base des Forces Vives, les barrages ont fini par se lever les uns après les autres, parfois grâce à l’intervention des maires des communes concernées. Ce mardi, la ministre déléguée aux Outre-mer avait rencontré les deux branches des Forces Vives : celle qui a appelé à lever les barrages et celle qui s’y refuse toujours.

308 demandeurs d’asile devaient quitter le camp du stade de Cavani ce dimanche

0
L’opération de démantèlement du camp de migrants du stade de Cavani s’est poursuivie ce dimanche 25 février. 308 personnes devaient être relogées, mais l’opération a pris beaucoup de retard, visiblement à cause de tensions à l’intérieur du camp.

Fermeture symbolique du tribunal par les Forces Vives

0
La manifestation des Forces Vives de ce mardi à Mamoudzou a réuni au moins 2000 personnes. Parti vers 10h de la place de la République, le cortège s’est dirigé vers Kaweni, direction le Tribunal Judiciaire de Mamoudzou qu’ils ont réussi à faire fermer « symboliquement » (non sans heurts) pour dénoncer « l’injustice de la justice à Mayotte ».

Recent Comments