27.8 C
Mamoudzou
lundi 26 février 2024
AccueilOcéan IndienComores : une vive émotion aux obsèques du jeune Fahad Moindzé

Comores : une vive émotion aux obsèques du jeune Fahad Moindzé

Des centaines de personnes ont accompagné la dépouille jusqu’à sa dernière demeure dans son village natal à Irohe au centre Est de Ngazidja (Grande Comore). Le jeune homme de 21 ans a été mortellement blessé par un militaire lors du match opposant les Comores à l’équipe nationale du Ghana. Les assurances des autorités de « rendre justice » au jeune sont loin de calmer la colère de la famille et des milliers de Comoriens.

Le jeune Fahad Moindzé, décédé à la suite d’un tir à balle réelle, reçue mardi 28 novembre aux abords du stade de Malouzini à Moroni, a été inhumé ce jeudi 30 novembre dans sa localité d’Irohe au centre Est de Ngazidja en présence d’une foule immense. «Nous sommes en deuil, nous enterrons notre frère, nous ne voulons pas de ministres ici ni de toute autre autorité, ils ne sont pas les bienvenus chez nous », a déclaré un jeune de la localité, en colère.

Sous coma artificiel

L’émotion était palpable aux obsèques du jeune homme « qui voulait aller regarder un match », selon l’un de ses amis qui s’est exprimé sur la Chaine Libre des Comores (LCC). «Comment comprendre qu’un militaire armé puisse se permettre de tirer sur la foule, nous sommes en colère, ils ont promis de sanctionner l’auteur du tir mais combien l’ont dit dans bien de cas similaires sans aucune suite, nous ne voulons plus d’autorités dans notre village», a-t-il ajouté.

Lors des obsèques dans son village natal

Il faut noter que l’acte mortel a suscité une grosse colère dans l’opinion aux Comores, notamment sur les réseaux sociaux où on tire à boulets rouge contre le gouvernement. Les autorités comoriennes avaient pris en charge totalement l’évacuation du jeune homme à Dar Es Salam en Tanzanie où il y était admis le jeudi 23 novembre de la tragédie, pour des soins à la suite d’un traumatisme crânien. Il était sous coma artificiel. Malheureusement, les médecins n’ont pas pu le sauver. Il a rendu l’âme quelques heures après son admission dans la salle de soins.

Le gouvernement a reconnu « la tragédie » et a promis «une enquête pour rendre justice» à Fahad Moindzé. Le militaire à l’origine du tir est actuellement mis aux arrêts, mis en cellule et passera en conseil de discipline selon la loi militaire comorienne. «Il y a aussi une enquête ouverte, il y a un volet pénal et un volet civil dans cette affaire, je prends l’engagement de tout faire pour rendre justice à Fahad Moindzé et à sa famille», a promis le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Djaé Ahamada Chanfi. Ce dernier a été prié de faire demi-tour il y a quelques jours après s’être rendu au village natal de la victime pour présenter les condoléances du gouvernement à sa famille et à la localité.

De nombreuses enquêtes similaires sans suite

Les assurances des autorités de « rendre justice » au jeune sont loin de calmer la colère de la famille et des milliers de Comoriens. Des citoyens n’ont toujours pas eu suite des enquêtes ouvertes à la suite d’au moins sept cas similaires. «Qu’est ce qui garantit que cette fois ci, l’enquête ira jusqu’au bout », avait demandé un journaliste lors du point de presse des autorités. « Je dis que toute la lumière sera faite et qu’au moment où nous parlons le militaire est mis aux arrêts, il sera jugé par ses pairs avant d’être transmis à la justice », a répondu le ministre de la Justice.

Les enquêtes similaires sont souvent restées sans suite. On a appris qu’une foule voulait forcer la grille principale pour aller assister au match. Difficile de connaître le profil du jeune militaire à l’origine du tir. On ignore ses états de service, le nombre de ses interventions et surtout s’il avait reçu les formations nécessaires en gestion des mouvements des foules. L’enquête devrait aussi permettre également d’en savoir un peu plus sur les premiers instants du tir fatal. Le procureur de la République ne s’est pas encore officiellement exprimé sur cette tragédie.

A.S.Kemba, Moroni

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Choléra, Kamardine, kwassa, Comores, Mayotte

Contre le choléra, le rideau de fer ou le bras de fer 

0
Le député Mansour Kamardine compte les kwassas et les malades du choléra aux Comores. Le risque est gros pour Mayotte, dit-il en l'absence de durcissement de la lutte contre l'immigration clandestine
Mayotte, état d'urgence sécuritaire, Pascal Perri, Comores

Mayotte en vigilance Violette Forte délinquance

0
Appuyée par plusieurs grandes voix, la population voit dans l’état d’urgence sécuritaire la solution pour venir à bout de la délinquance. Il faut dire que ni en 2015 lors de l’état d’urgence sécuritaire pour terrorisme, ni en 2020 pour le Covid, la menace n’avait été aussi sérieuse qu’avec ces bandes cagoulées qui s’en prennent à nos vies
Comores, AFD, Mayotte, Afrique

Aides de l’AFD aux Comores : « Ils ne respectent pas leur part du contrat », fustige...

0
Jusqu’où la France peut-elle aller pour aider les Comores sans contrepartie ? C’est la question qui se pose après l’audition du directeur Outre-mer de l’Agence Française de Développement au Sénat, portant notamment sur la convention franco-comorienne de 2019
Int'Air Iles, Comores, Van Air, Anacm

Comores : la compagnie Int’Air Iles dans la tourmente juridico-financière

0
Le seul appareil dont disposait la compagnie a été rapatrié en République Tchèque officiellement pour une opération de maintenance. Mais la séparation est actée entre le propriétaire de l’avion, Jean Vaclavik, et le patron d’Int’Air Iles, Seffoudine Inzoudine. Des factures non payées sont, au fond, à l’origine de cette rupture brutale de la confiance avec l’avionneur européen Van Air. Un évènement qui en dit sur l’omerta qui règne dans le management des compagnies comoriennes
port, bateau,

Drogue : 1,6 tonne de méthamphétamine saisie en mer au large de Mayotte

0
Mardi dernier le bâtiment de soutien et d’assistance outre-mer (BSAOM) Champlain des Forces armées dans la zone sud de l’océan Indien (FAZSOI) a saisi plus de 1,6 tonne de drogue de synthèse de type...

Recent Comments