25.8 C
Mamoudzou
dimanche 28 mai 2023
AccueilCultureVive émotion pour ce clap de fin du projet Angoulême-Mayotte

Vive émotion pour ce clap de fin du projet Angoulême-Mayotte

C’est directement dans la salle de cinéma du Pôle culturel de Chirongui qu’avait lieu, ce mardi, la projection des derniers documentaires réalisés par les élèves de 3ème des respectifs collèges de Tsimkoura et Tsoundzou I, dans le cadre du projet pluriannuel Angoulême-Mayotte.

Un projet qui n’est pas des moindres en termes d’investissement technique, personnel mais aussi émotionnel, sachant la longévité dans laquelle s’est inscrite cette brillante idée orchestrée par les agiles mais non-moins subtiles baguettes d’Isabelle Fougère et de Miquel Devewer-Plana; tous deux auteurs réalisateurs. 

Regards croisés et diffusion alternée des productions des élèves d’Angoulême et Mayotte

C’est donc depuis la rentrée 2020-2021 que nos jeunes élèves des collèges de Kwalé et de Marcel Henry, alors en 5ème, ont quelque part scellé un pan de leur scolarité de l’enseignement secondaire avec leurs camarades-homologues des quartiers prioritaires de l’Agglomération du GrandAngoulême, située en région Nouvelle-Aquitaine. Un pan plutôt conséquent où l’on évolue physiquement, intellectuellement mais aussi du point de vue de l’approche émotive où il est aussi question de quitter la phase pré-ado pour se diriger en flèche vers celle de pré-adulte. Et c’est justement cette évolution que leurs respectifs professeurs encadrants chaque année, aux côtés de leurs proviseurs ainsi que des 2 artistes producteurs précités, ont pu sacraliser, au travers d’un intensif travail audiovisuel, dont le résultat se veut proche d’une réalisation parfaitement professionnelle.

Posons le décor 

Angoulême-Mayotte, c’est donc 4 classes de collégiens (2 à Angoulême, 2 à Mayotte) saisis dans le courant de leur année de 5ème et suivis durant près de 3 ans pour un même travail audiovisuel dans son ensemble, visant la production de courts métrages pour une diffusion chaque fin d’année. Angoulême-Mayotte c’est 3 documentaires annuels par classe, d’une durée de 10 minutes; soit 6 par territoire, 12 productions annuelles et 36 au total… Vous l’aurez compris, ça déménage niveau production ET post-production.

On découvre le rendu final des productions… Tout un travail de culture, d’ouverture et de perception

Mais le but de tout ça vous me demanderez ? Et bien encourager les élèves concernés à être curieux de découvrir leur propre territoire, le comprendre afin de mieux l’introduire, tels de parfaits ambassadeurs finalement, à des camarades que tout opposent en apparence, vivant de surcroit à plus de 8 000 kilomètres de là. « Nous sommes partis d’un même constat et ce, quel qu’en soit le lieu, qu’il existe des espèces de frontières invisibles et psychologiques touchant ces jeunes qui, manifestement, n’évoluent pas en dehors de leur quartier », nous confie avec bienveillance Miquel Devewer-Plana avant de poursuivre : « Le but de ce projet était de leur montrer que le Monde ne s’arrête pas au bout de leur rue et qu’il était important qu’ils s’intéressent à bien d’autres choses pour mieux s’ouvrir et donc s’ouvrir à l’autre. Et ils étaient seuls à choisir leurs sujets ».

Discours de Lisa Patin et de Miquel Devewer-Plana en ouverture de cette projection

Sel de Bandrélé, univers du dessin, Seconde Guerre-mondiale, chef étoilé, coraux du lagon mahorais, Palais de justice d’Angoulême, centre hospitalier de Mramadoudou, fouilles archéologiques et dinosaures pour ne citer que cela… Un travail d’ouverture mais aussi de socialisation sachant l’indispensable approche d’une complémentaire mutualisation des moyens où, par force des choses, chacun doit prendre sa place mais aussi laisser suffisamment d’espace à l’autre. Un sociable cercle vertueux de conscientisation, tout en développant son expression artistique à travers l’écran, au moyen de thématiques aussi diverses que variées.

Mais pourquoi Angoulême ?

Un heureux concours de circonstance à effet domino made in Angoulême d’où sont originaires les 2 réalisateurs encadrants mais aussi notre directrice du tout moderne Pôle Culturel de Chirongui, Lisa Patin qui, à l’époque encore, courant 2020, occupait ses précédentes fonctions du côté de ladite agglomération ouest métropolitaine.

Une diffusion ciné professionnelle pour cet événement

Une agglomération qui, contre toute attente, compte depuis quelques récentes années une forte communauté mahoraise. Une communauté encore peu intégrée dans les services de vie des quartiers et notamment du point de vue associatif et culturel. À cette même époque, Isabelle F. et de Miquel D.P. venaient de terminer un projet pluriannuel quasi similaire, entre des lycéens de La Réunion et de Mayotte. Projet qui avait rencontré un certain succès au moyen notamment d’une diffusion finale télévisuelle sur la regrettée chaîne France Ô et qui, de surcroît, était aussi en projection dans les divers centres sociaux français relatifs aux quartiers populaires, GrandAngoulême inclus. C’est donc dans cette volonté de mettre en valeur et d’introduire pleinement cette jeune population mahoraise exilée en Héxagone qu’est née l’idée d’Angoulême-Mayotte. Et comme un superbe fait exprès, quelques mois après le début de la mise en place de ce projet, l’énergique directrice concernée prit donc ses fonctions, courant 2021, dans la région sud-ouest de notre île. Tout était écrit; à vos marques, prêts, filmez !

De Mayotte à Angoulême à vol d’oiseau (de fer et de kérosène…)

Un projet à portée nationale auquel on croit 

Et pas simplement dans une approche simpliste ou ultra-démago, non ! Nombreux sont les partenaires associatifs mais aussi institutionnels, rectorats et ministères inclus : « Aujourd’hui, les personnes qui méritent d’être pleinement applaudies, c’est vous » déclare Thierry Denouylle, directeur académique adjoint, présent à cette projection et s’adressant aux élèves dans la salle, « Les enjeux sont au delà du produit final, il est question d’ouverture, même internationale car oui, bien que Mayotte soit un département français, il a aussi cette pleine portée internationale. Il est question d’apprentissage et d’une prise de maturité accélérée. Même si vous ne vous en rendez pas encore compte, cette expérience vous marquera à jamais et j’espère que vous comprendrez un jour à quel point nous vous avons poussés et soutenus dans cette évolution. Croyez-en vous et surtout, soyez fiers ».

Thierry Denouylle est ému de constater l’évolution du travail des élèves entre leurs débuts et 3 ans après

Une fierté qui peut, sans rougir, être étalée au grand jour, sachant la nomination de ce projet Angoulême-Mayotte pour la phase finale du prix national de l’Audace artistique et culturelle en partenariat avec les ministères de l’Éducation nationale, de la Culture et de l’Agriculture ainsi que de la Souveraineté alimentaire. Rien que ça ! C’est donc ce projet que le rectorat de Mayotte a décidé de présenter au regard notamment de la thématique de cette année qui se veut sous le signe « du décloisonnement ». On ne pouvait pas mieux tomber niveau raccord. Si nos jeunes Francis Ford Coppola ou encore Yann Arthus Bertrand* mahorais en herbe apparaissent parmi le classement des lauréat finaux, ils monteront dès le mois prochain, au sein même du 110 rue de Grenelle**, dans le 7ème arrondissement de Paris, où ils se verront remettre un prix par le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, Pap Ndiaye, en personne. 

Prise de parole publique et présentation de son travail n’est guère exercice aisé

Croisons les doigts pour eux et pour tous ceux qui les encouragent dans l’ombre, chaque jour, afin de croire en leurs rêves et passions. Outre la reconnaissance même propre à ce prix, il est  incontestable que cette expérience qui leur a été offerte est avant tout l’opportunité de leur montrer que dans la Vie tout peut être envisageable si l’on s’en donne l’énergie nécessaire canalisée et les moyens. Nulle barrière n’existe lorsque la motivation est palpable, dictée par le coeur et ce, quel qu’en soit le contexte. Notre jeune territoire mahorais est un vivier d’inspirante émulation des plus passionnées où le possible est une notion plus que jamais d’actualité et ce, malgré justement l’éternelle et triste prédominance médiatisée. Notre rédaction est heureuse d’assister chaque jour un peu plus à ces différents événements et projets porteurs, incarnés par ceux qui seront les citoyens de demain. Quel que soit le résultat de ce prix national desservi ou non, la plus belle victoire est de voir ces jeunes épanouis et confiants pour la poursuite de leur aventure scolaire et la construction de leurs respectifs chemins de vie. Le rideau se ferme peut-être sur l’écran de Chirongui mais un autre tout aussi fort s’ouvre à eux. Félicitations à tous et, par avance, bon courage pour les épreuves du brevet et la prochaine rentrée qui se fera au lycée…

MLG

 

*Adresse du Ministère de l’Éducation Nationale

**Célèbres réalisateurs notamment de type documentaire

Benjamin Lazard-Peillon, principal du collège de Kwalé : “Il y a beaucoup d’actions qui sont porteuses à Mayotte et il est important de les soutenir”
La principale du collège Marcel Henry de Tsimkoura, Anani-Soh Anoko Lawson, a fait savoir sa sincère et vive émotion après la découverte des courts métrages
Le professeur d’arts plastiques encadrant, Malik est fier de ce travail réalisé sachant qu’il connait ces élèves depuis la 6ème
(de g. à d.) Batou, rappeur passionné et protagoniste d’un des documentaires de cette année aux côtés de l’auteur et réalisateur Miquel Devewer-Plana
Félicitations à vous les artistes

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
NPRU, DAAF, DEALM, Mayotte, Mamoudzou, rectorat

Un baobab pour lancer le 2è programme de rénovation urbaine de 27 M€ à...

0
Contrastant avec des années de léthargie, les phases de l’opération de Nouveau Programme de Renouvellement Urbain de Kawéni s’enchainent. C’est un véritable Campus scolaire, végétalisé, qui va voir le jour sur 13 hectares, et permettre de relier les zones habitables et scolarisées entre elles par un « mail »

LP Chirongui : Les terminales passent leur oral

0
Ils sont au total 212 élèves répartis entre les différents CAP, les bac pro ainsi que les unités de formation par apprentissage (UFA) à passer devant leurs respectifs jurys matérialisant ainsi, d’une certaine manière,...

Une éducation aux médias et à l’information pour développer l’esprit critique

0
Le collège de Kwalé accueillait hier la deuxième édition du séminaire Éducation aux Médias et à l’Information (EMI). De nombreux professeurs documentalistes de l’ensemble des établissements scolaires de l’île étaient présents afin de se renseigner mais aussi de réfléchir sur le développement de cet enseignement aux multiples disciplines.
Bambou, rectorat, Mayotte

Le bambou va-t-il faire sa rentrée des classes ?

0
Après un colloque qui lui était consacré en mars, c’est l’étape des tests de résistance qui s’annonce pour cette plante « plus résistante que l’acier » qui nous vient d’Asie. Une première convention vient d’être signée entre le rectorat et l’association BAM

Nos jeunes damistes mahorais ont du talent

0
Quel bonheur de voir le rez-de-chaussée du bâtiment principal, du collège Zakia Madi, prendre vie, ce mercredi après-midi et se revêtir, non pas de vives couleurs mais bien d’une noble palette ternaire, relative aux...

Recent Comments