26.8 C
Mamoudzou
jeudi 29 février 2024
AccueilorangeGrande campagne de vaccination contre les maladies infantiles, "un enjeu de santé...

Grande campagne de vaccination contre les maladies infantiles, « un enjeu de santé publique »

Les résultats « alarmants » d’une enquête sur la couverture vaccinale obligatoire des moins de 16 ans, incitent l’ARS de Mayotte et le rectorat à mettre en place une vaste opération de rattrapage. Il s’agit d’éviter que des épidémies de diphtérie ou de coqueluche ne touchent l’île.

Il y a six ans, un médecin en mission de 6 mois à Mayotte nous avait interpellé, « la situation sanitaire de l’île est déplorable, vous êtes très exposés aux épidémies, et la porosité des frontières y contribue, si les autorités ne font rien, ce sera la catastrophe. » Depuis, nous avons prêché sans relâche en faveur des actions de prévention. Face au constat d’une vaccination déficiente, notamment par les Protections maternelles Infantiles (PMI) du département, et le décès de la coqueluche de deux nourrissons en 2017, une campagne de vaccination de grande ampleur des enfants de moins de 6 ans a été menée l’année suivante avec l’appui de la Réserve sanitaire.

Conséquence, cette tranche d’âge est plutôt bien protégée, mais pas les suivantes, indique une enquête de couverture vaccinale de Santé publique France menée en se basant sur les carnets de santé des enfants, dont 81% étaient nés à Mayotte. « Pour les moins de 5 ans, 90% à 95% des enfants sont à jour de leur vaccination pour les DTP, Coq, HiB, HepB et BCG, mais ce taux tombe à 41,4% pour les 7-11 ans, et à 24,7% pour les 14-16 ans », rapporte Youssouf Hassani, Epidémiologiste à Santé Publique France. Des « résultats alarmants » pour Olivier Brahic, directeur de l’ARS Mayotte, « c’est un enjeu de santé publique car cela pose un problème d’immunité collective. Il y a des gamins qui meurent de diphtérie à Mayotte alors qu’un vaccin existe, ce n’est pas acceptable ! »

Le calendrier des vaccinations obligatoires, à imprimer et à conserver

Il se veut rassurant sur l’offre de soins par les PMI du conseil départemental, « elle est en cours de structuration », mais décide de mettre en place une nouvelle campagne de vaccination, de très grande ampleur celle-là, menée avec le rectorat pour toucher le maximum de jeunes de moins de 16 ans.

70.000 élèves visés

Cette campagne de rattrapage vaccinal, menée également avec le concours de l’Association des maires de Mayotte, débutera dès la semaine prochaine sur une phase test en Petite Terre. Car c’est une grosse artillerie qui va être déployée.

Environ 500 personnels de la Réserve sanitaire arrivent à Mayotte pour investir l’ensemble des écoles primaires et des collèges, soit environ 70.000 élèves en tout. Pour le recteur Gilles Halbout, c’est une manière de contribuer à la santé publique : « Nous mettons à disposition les établissements comme pour le Covid. Avec un double principe, l’obligation d’être vacciné contre les maladies infantiles avant d’être scolarisé. Si des parents refusent, ils devront faire vacciner leur enfant à l’extérieur. » Et à l’extérieur, l’acte n’est pris en charge que pour les assurés sociaux. « Le rectorat offre une chance d’égalité sanitaire », complète Barbara Massez, Infirmière coordinatrice prévention au rectorat.

Hassani Youssouf faisait part des résultats « alarmants » de l’enquête

La loi est claire. Un enfant doit être vacciné pour pouvoir être admis à la crèche ou à l’école. Sinon, il peut être inscrit provisoirement, mais il a 3 mois pour régulariser sa situation. Ceux qui sont nés avant 2018, et ce sera le cas du public cible de l’opération, doivent être à jour sur le DTCP, diphtérie, tétanos, coqueluche et poliomyélite. Les élèves pourront aussi se faire vacciner contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR).

Un rappel aussi pour les parents

Une campagne qui devra être finie à la fin de l’année scolaire 2023. Pour inciter les parents à poursuivre le travail, il va falloir faire œuvre de « pédagogie », et « dans toutes les langues », commentait le recteur Gilles Halbout, « il ne faut pas qu’ils pensent qu’une injection suffit, il va falloir qu’ils se mobilisent lors des rappels. »

Pour Maxime Jean, Chef du Département de la Sécurité et des Urgences Sanitaires, et « maitre d’ouvrage » de l’opération, il faut de la traçabilité, « c’est ce qu’on fait en indiquant la date de rappel sur le carnet de santé. »

Maxime Jean et Barbara Massez, les chevilles ouvrières de l’opération

Le plus compliqué, ce n’est pas de piquer l’enfant, « c’est la phase en amont, celle de la sensibilisation », soulignait le recteur, la consultation médicale d’évaluation du statut vaccinal sera consacrée aussi à ça. Concrètement, les équipes de vaccination se présenteront dans toutes les écoles et les collèges de Mayotte d’ici les grandes vacances de 2023.

Une grande première à cette échelle, qui va permettre de pousser plus loin la détection, indiquait Gilles Halbout : « Tant qu’à vérifier les carnets de santé, avec l’ARS nous allons en profiter pour travailler sur un meilleur protocole de dépistage des troubles auditifs, visuels, de comportement, pour concourir à une meilleure santé de nos jeunes. » Il indiquait également vouloir recadrer le protocole à l’image de ce qui se fait en métropole, « en appliquant la visite obligatoire à 6 ans et en 6ème pour cibler les pathologies qu’on peut traiter efficacement à Mayotte. »

Anne Perzo-Lafond

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Mayotte, délinquance, Gérald Darmanin, Marie Guévenoux, Vigipirate, place nette

Point post-visite ministérielle sur les outils de lutte contre la délinquance à grande échelle

0
Avant même de se lancer dans un Wuambushu II, un bilan du premier n’est pas inutile et permet de repositionner le curseur sur les besoins. Sur son volet délinquance, le dispositif « place nette » a été rajouté par Marie Guévenoux. Et faute d’état d’urgence sanitaire, utilisons "place nette" et pourquoi ne pas décliner Vigipirate actuellement en vigueur en France ?

Salon international de l’Agriculture : les confidences des médaillés d’argent en vanille et miel

0
Alors que les portes du Salon international de l’Agriculture doivent se refermer ce week-end, nos représentants mahorais, bien que très peu nombreux, ont brillé dans leur domaine. La quantité ne faisant pas la qualité, nos agriculteurs ont valorisé notre territoire puisqu’ils repartent chacun avec une médaille d’argent au concours général agricole, à savoir la culture de la vanille mais aussi, et cela est nouveau, dans la production de miel.

Redécouvrir Mamoudzou de nuit : Mamoudzou by night !

0
Arpentez le centre-ville de Mamoudzou la nuit à travers une marche nocturne de 7,1km. Mamoudzou by night se déroulera le vendredi 08 mars 2024 à partir de 17h30 au départ de l’Hôtel de Ville...

Appel aux exposants pour le marché paysan de la foire ramadan

0
A l’occasion du ramadan, la Ville de Mamoudzou organise un marché paysan afin de promouvoir les activités économiques du territoire, de permettre aux producteurs locaux de valoriser et vendre leurs produits. Il se tiendra les mercredis et les samedis de 8h à 16h du 13 mars au 10 avril 2024.
Autorité de la concurrence, Mayotte, Longoni

L’Autorité de la concurrence reproche un abus de position dominante au port de Longoni

0
S’il n’est pas fait mention de l’identité de la société visée, les deux griefs énoncés par l'AC portent sur la gestion et l’exploitation des infrastructures du port de Longoni. Toute ressemblance avec une personne existante est-elle fortuite ?...

Recent Comments