29.8 C
Mamoudzou
vendredi 19 avril 2024
AccueilSociétéSafina Soula : « Si nous ne levons pas les barrages, nous...

Safina Soula : « Si nous ne levons pas les barrages, nous courrons le risque de tout perdre »

Les Forces Vives « initiales », menées par Safina Soula, ont organisé une conférence de presse ce jeudi 22 février afin de réaffirmer la nécessité de lever les barrages pour pouvoir continuer les négociations avec le gouvernement. Les points de dissension avec le mouvement qui continue à paralyser l’île y ont été largement abordés.

La conférence de presse des Forces Vives du jeudi 22 février s’est déroulé devant la préfecture de Grande-Terre

« Nous, Forces Vives, appelons à présent à lever les barrages afin de créer un climat propice aux futurs échanges avec Marie Guévenoux, ministre déléguée aux Outre-mer dont la venue a été annoncée pour le 26 février », déclare Safina Soula lors de la conférence de presse qu’elle et « ses fidèles » ont organisé à leur QG situé devant la préfecture de Grande-Terre. Face à la scission du mouvement survenue le week-end dernier, la leader initiale des Forces Vives a tenu à exposer ses arguments en faveur de la levée des barrages tout en affirmant « comprendre la colère légitime des barragistes ». « Si nous ne levons pas les barrages conformément à notre engagement, nous courrons le risque que le gouvernement se retourne contre nous. Nous risquons également qu’il pense que nous refusons de travailler avec lui pour améliorer les choses à Mayotte. Ne lui donnons pas raison sur ce point et laissons à présent nos élus prendre le relais. Si, à la date du 22 mai indiquée dans le courrier ministériel, une loi Mayotte satisfaisante n’est pas votée, alors seulement nous pourrons reprendre les barrages. Pour l’instant, nous avons besoin de travailler sur les premiers acquis sinon nous aurons fait tout cela pour rien ! », explique la présidente du collectif des citoyens 2018.

Les manifestantes bloquant régulièrement le service des étrangers de la préfecture étaient présentes pour rappeler que cela faisait des années qu’elles demandaient l’abrogation du titre de séjour territorialisé

Cette conférence de presse a été l’occasion pour nous d’identifier plus clairement les partisans de la levée des barrages. Ainsi, à la longue table de fortune installée devant la préfecture de Grande-Terre étaient notamment assis Sylviane Amavie, dont les partisans ont cessé depuis le début de cette semaine le blocage des barges, Zaïdou Bamana, qui tient toujours le rôle de « consultant pour le collectif des citoyens 2018 », Saïd Mouhoudhoiri ainsi que la présidente du collectif des citoyens de Cavani par laquelle « tout a commencé » puisque le mouvement des Forces Vives est né à l’origine de la colère des habitants de Cavani contre le camp de demandeurs d’asile installé dans l’enceinte du stade.

« Le mouvement doit continuer, mais sous une autre forme »

Sylviane Amavie (à g.) et Safina Soula ont toutes deux appelé à l’unité du mouvement

« Tous les membres des Forces Vives appellent aux mêmes actions de la part du gouvernement. La scission actuelle vient seulement de la méthode. Bien sûr que nous allons demander au gouvernement l’état d’urgence sécuritaire, c’est une revendication que nous portons d’ailleurs depuis les émeutes qui se sont déroulées avant l’opération wambushu 1. Cependant, c’est une revendication qui doit être portée par nos élus. Le maire de Mamoudzou s’en charge d’ailleurs actuellement », poursuit Safina Soula qui explique que la priorité donnée à l’abrogation du titre de séjour territorialisé était un « choix stratégique ». « Cette abrogation est demandée depuis de nombreuses années par nos élus. Sans succès. Ne minimisons donc pas cette victoire ! », rappelle-t-elle. La leader du collectif 2018 déclare également que c’est aussi « une façon de rendre hommage aux mamans qui viennent manifester devant la préfecture depuis de nombreuses années pour obtenir des avancées sur la question de l’immigration clandestine ». En effet, le combat de Safina Soula et de ses partisans ne date pas d’hier puisque son collectif était déjà notamment à l’origine du mouvement de 2018.

Zaïdou Bamana en a profité pour évoquer la menace islamiste qui plane sur Mayotte avec le développement de sectes extrémistes sur le territoire

Sylviane Amavie, leader du collectif de Petite-Terre, a quant à elle tenu à préciser plus en détail la raison de ce choix de priorité, avant l’état d’urgence sécuritaire. « Quand le titre de séjour territorialisé sera abrogé, le gouvernement sera obligé de développer Mayotte car ils auront peur que les migrants ne viennent à Paris. Car que cherchent tous ces migrants ? Une vie meilleure ! », a-t-elle expliqué en ajoutant que « tant que les habitants de Paris ne vivront pas ce qu’on vit, ils ne pourront pas comprendre ».

« L’état d’urgence sécuritaire n’est pas une baguette magique »

Zaïdou Bamana rappelle aussi qu’à l’origine les Forces Vives avaient prévu que les barrages ne durent que 2 semaines, pas plus. Saïd Mouhoudhoiri tient pour sa part à rappeler que « l’état d’urgence sécuritaire n’est pas une baguette magique contre la délinquance qui sévit sur l’île. C’est quelque-chose de transitoire et sommes-nous vraiment prêts à vivre sous un tel régime ? Sommes-nous prêts à voir débarquer l’armée dans nos rues et à voir nos libertés restreintes ? Il y a sûrement un autre moyen de faire revenir la sécurité à Mayotte. Qu’on ne s’y trompe pas : l’état d’urgence sécuritaire n’est pas l’alpha et l’oméga pour notre île ! ».

« Sommes-nous prêts à voir nos libertés se restreindre sous le régime de l’état d’urgence sécuritaire ? », s’est interrogé Saïd Mouhoudhoiri

Les Forces Vives de la première heure ont conclu par un appel à retrouver l’unité au sein du mouvement. « Nous appelons les Mahorais à conserver leur unité, car c’est de cette manière que nous avons pu avoir une porte d’entrée pour négocier avec le gouvernement, il faut donc que nous poursuivions ainsi sans nous diviser », martèlent de concert Safina Soula et Sylviane Amavie. Il est vrai que l’adage « diviser pour mieux régner » est bien connu à Mayotte et beaucoup ne se sont pas privé de cette stratégie, pourtant éculée, pour éteindre les mouvements sociaux antérieurs…

Nora Godeau

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Wuambushu, Marie Guévenoux, Gérald Darmanin, Mayotte

Marie Guévenoux : « On va mettre « le paquet » pour Wuambushu 2...

0
La ministre déléguée aux outre-mer Marie Guévenoux s’est entretenue pendant plusieurs heures ce jeudi 4 avril avec les services préfectoraux et les forces de l’ordre afin de préparer l’opération Wuambushu 2. Celle-ci commencera probablement dès la fin du ramadan et durera plusieurs semaines.
Maternité, accouchement, sage-femme, CHM, CMR

La pénurie de sages-femmes met en péril les soins maternels

0
Depuis plusieurs jours, le Centre médical de référence (CMR) de Mramadoudou est bloqué par des habitants et des membres du collectif des forces vives de Mayotte. Au coeur de cette contestation, résonne le manque crucial d'effectifs de sages-femmes à Mayotte
Mayotte, blocage, forces vives,

Tribune – Mouhoutar Salim : « Barrages comme mode d’expression de la colère »

0
Dans cette tribune, un de nos chroniqueurs et écrivain mahorais, grand connaisseur de l’historique sanitaire du territoire, met en perspective la colère de la population ayant conduit à une ampleur sans précédent des blocages de l’île au regard des gains à en attendre
Citeo, Tri-O, Mayotte

Le directeur Outre-mer de Citeo promet de mettre « les bouchées doubles » pour...

0
Le mois de blocages qu’a subi Mayotte l’a laissée dans un état de saleté alarmant. Les acteurs de la gestion des déchets sur l’île ont donc « du pain sur la planche » pour rattraper le retard accumulé. Philippe Moccand, directeur Schéma industriel et Outre-mer de l’éco-organisme Citeo, annonce un renforcement des moyens de collecte des déchets ménagers recyclables.

Mlezi Maore s’explique

0
Lors du tout récent mouvement social qui a secoué notre île, l’association Mlezi Maore a fait partie de ces associations d’aide aux personnes en situation de précarité qui ont cristallisé tout le ressentiment des manifestants des Forces Vives. Afin de dissiper les amalgames et malentendus dont elle a fait l’objet, sa présidente Fahoullia Mohamadi et son directeur général Hugues Makengo, ont souhaité s’exprimer dans nos colonnes.

Recent Comments