29.8 C
Mamoudzou
jeudi 18 avril 2024
AccueilEconomieLes organisations patronales appellent les salariés à reprendre le travail

Les organisations patronales appellent les salariés à reprendre le travail

Ce lundi 19 février, les organisations patronales de Mayotte ont appelé les salariés à reprendre le travail dans un communiqué adressé à la presse pour diffusion. Ne reconnaissant pas le mouvement dissident des Forces du Peuple qui continuent à maintenir certains barrages sur l’île, ils ne s’en remettent qu’à la décision officielle des Forces Vives de les lever.

Charles-Henri Mandallaz, président de l’UMIH, est également signataire du communiqué appelant à la reprise du travail

Les organisations patronales de l’île sont très inquiètes pour l’avenir des entreprises mahoraises. « Cette crise de 2024 est la pire de toutes car nous nous relevions à peine des crises précédentes. Il y a eu la crise de 2018, la crise sanitaire liée au covid, la crise de l’eau et voilà que nous est tombée dessus cette crise qui a duré près d’un mois ! Il faut absolument que cela s’arrête car les entreprises sont à genoux ! », a déclaré Bourahima Ali Ousseni, le président de la CPME (Confédération des Petites et Moyennes Entreprises). Carla Balthus, présidente du Medef, abonde dans son sens : « La situation est dramatique pour les entreprises de l’île et pour les 21 000 salariés du privé. La DEETS nous a proposé la mise en place du chômage partiel pour les salariés, mais aucune mesure n’a été mise en place pour les chefs d’entreprise qui doivent continuer à payer leurs charges malgré la situation. Notre moral est au plus bas, certains « craquent ». Beaucoup de salariés qui occupaient des postes où il est très difficile de recruter ont démissionné et nous serons obligés d’effectuer des licenciements car beaucoup d’entreprises ne peuvent plus payer les salaires ».

Face à cette crise « de trop », point n’est question pour Bourahima Ali Ousseni ne serait-ce que de reconnaître l’existence du mouvement dissident autoproclamé « Forces du Peuples » qui maintient certains barrages. « Les Forces Vives ont proclamé la fin des barrages et ceux qui restent sont des barrages filtrants, donc je pense que quand on veut vraiment passer, on passe, quitte à faire un détour ! », a-t-il déclaré. Une affirmation qui trahit d’une part une méfiance face à « l’excuse des barrages » pour ne pas venir travailler et d’autre part une volonté de ne pas céder face à un mouvement informel qui n’a aucune légitimité officielle. « Les caisses sont vides. Lors de la crise de l’eau les entreprises ont dû faire des investissements imprévus, les hôtel et restaurants sont vides, il n’y a plus personne pour consommer et les gens ne le comprennent pas ! », s’est-il exclamé. « Nous ferons un point dans les prochaines semaines, mais il est certain que beaucoup d’entreprises mahoraises seront obligées de mettre la clé sous la porte ! », déplore-t-il.

La CCI met lance une « cellule d’urgence » pour accompagner les entreprises

Bourahima Ali Ousseni, président de la CPEM976 pense que beaucoup d’entreprises vont être obligées de mettre la clé sous la porte

Pour aider les entreprises mahoraises à faire face à « cette crise économique sans précédent », la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) lance une « cellule d’urgence ». Cette dernière a pour vocation d’accompagner les entreprises pour faire face à la crise et est disponible dès maintenant pour « accueillir, analyser leurs problématiques, les informer sur les aides disponibles, les conseiller dans leurs démarches et les accompagner tout au long de la crise ». Pour bénéficier de cette aide, les entreprises peuvent joindre la CCI par mail à cmkadara@mayotte.cci.fr ou par téléphone au 02.69.61.04.26 (composé le 1 pour la CCI puis le 1 pour le département concerné) ou au 06.39.40.60.88. Elles peuvent également remplir un formulaire de contact sur le site internet de la CCI à l’adresse https://www.mayotte.cci.fr/cellule-durgence-soutien-aux-entreprises-de-mayotte-face-aux-defis-economiques

Les organisations patronales ont par ailleurs demandé qu’un fond de solidarité soit mis à leur disposition par l’Etat et/ou une exonération de charges. « Nous préparons actuellement les dossiers à présenter pour une prochaine rencontre au ministère de l’Economie à Bercy », ajoute Carla Balthus.

Nora Godeau

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Convergence sociale : Une réunion constructive mais sans accord sur la date de sa...

0
Pour la dernière réunion de sa visite officielle, la ministre déléguée aux Outre-mer avait rendez-vous avec les organisations syndicales et patronales à la CCI, jeudi après-midi, afin de discuter économie et convergence sociale. Même si les échanges ont été constructifs aux dires des participants, toutes les parties ne sont pas tombées d’accord concernant la date à laquelle Mayotte devra être alignée sur l’Hexagone.
Citeo, Tri-O, Mayotte

Le directeur Outre-mer de Citeo promet de mettre « les bouchées doubles » pour...

0
Le mois de blocages qu’a subi Mayotte l’a laissée dans un état de saleté alarmant. Les acteurs de la gestion des déchets sur l’île ont donc « du pain sur la planche » pour rattraper le retard accumulé. Philippe Moccand, directeur Schéma industriel et Outre-mer de l’éco-organisme Citeo, annonce un renforcement des moyens de collecte des déchets ménagers recyclables.

Trois barrages résistent encore : M’tsamboro, Bandraboua et carrefour Ngwezi

0
Malgré la colère encore présente de la base des Forces Vives, les barrages ont fini par se lever les uns après les autres, parfois grâce à l’intervention des maires des communes concernées. Ce mardi, la ministre déléguée aux Outre-mer avait rencontré les deux branches des Forces Vives : celle qui a appelé à lever les barrages et celle qui s’y refuse toujours.

Sécurité : interdiction de la vente de machettes, euthanasie des chiens errants et début...

0
A l’issue de sa longue réunion avec les élus de ce mardi 27 février, Marie Guévenoux a annoncé la mise en place très rapide d’un arrêté d’interdiction de la vente de machettes et d’un autre arrêté pour euthanasier les chiens errants dressés pour attaquer. La ministre déléguée aux Outre-mer a également annoncé le début de Wambushu 2 en avril en collaboration, cette fois-ci, avec les élus.
Hotel, restaurant, Mayotte, UMIH

Le secteur de l’hôtellerie-restauration « sinistré » selon Charles-Henri Mandallaz

0
La semaine dernière, dans un communiqué intersyndical, tous les responsables des organisations patronales avaient alerté l’opinion publique sur les ravages des barrages sur l’économie mahoraise. Charles-Henri Mandallaz, président de l’Union des Métiers et de l’Industrie Hôtelière, fait le point avec nous sur l’état de ce secteur et appelle encore une fois à lever tous les barrages.

Recent Comments