29.8 C
Mamoudzou
jeudi 18 avril 2024
AccueilSociétéScission au sein des Forces Vives et naissance « des Forces du...

Scission au sein des Forces Vives et naissance « des Forces du Peuple », un mouvement pro-barrages

La réunion de ce vendredi 16 février dernier à Tsararano a été houleuse et, si les leaders des Forces Vives ont cru arriver à une forme de compromis consistant à ouvrir les barrages tout en maintenant une présence pour maintenir la pression, une bonne partie des barragistes n’étaient en fait pas d’accord. Les mécontents ont fait sécession et comptent bien maintenir les barrages fermés en se faisant désormais appeler « les Forces du Peuple ».

Si Badirou Abdou et Safina Soula avaient annoncé une levée provisoire des barrages après la réunion, les barragistes en ont décidé autrement

4 heures et moultes mouvements d’humeurs plus tard, Safina Soula et Badirou Abdou avaient cru être arrivés à un consensus avec les barragistes invités à participer à la réunion de vendredi dernier à Tsararano, au marché couvert, qui a compté près de 200 personnes. « Les barrages seront « mis à côté », c’est le terme que je vais employer. Je préfère ne pas donner de délais pour des raisons stratégiques. La grève continue, des actions seront mises en place entre les élus et le gouvernement. Il est temps de souffler et de tenir notre parole. La population va pouvoir circuler, la vie normale va reprendre mais les barrages seront juste à côté », a déclaré Badirou à l’issue de la réunion. Des propos pour le moins confus qui trahissaient déjà une fracture au sein du mouvement, chose que nous avions pu constater de visu quand une partie des barragistes ont quitté la réunion en colère. « Nous n’avons rien obtenu du gouvernement ! Nous c’est l’état d’urgence sécuritaire qu’on voulait ! On s’en moque de l’abrogation du titre de séjour territorialisé ! Les effets de cette mesure ne seront pas visibles avant au moins 10 ans et nous ce qu’on veut, c’est la sécurité tout de suite ! », a par exemple vociféré une barragiste lors de la pause.

Un premier désaccord a émergé dès le début de la réunion. Alors que celle-ci devait se tenir « entre les coordinateurs des barrages », une partie de la population a souhaité y assister. Elle a finalement été ouverte à tous…sauf à la presse !

Cette dame a exprimé l’opinion d’un certain nombre de manifestants qui se sentent « trahis » par les leaders des Forces Vives qui « sont allés négocier des mesures inutiles au lieu d’obtenir de vraies mesures concernant le problème sécuritaire ». Certes, si dans l’esprit des Forces Vives et d’une  partie de la population mahoraise, le problème sécuritaire découle de l’immigration massive et incontrôlée, beaucoup de gens sont aussi conscients que les modifications à cet endroit n’apporteront pas de réponses immédiates. Or la situation sécuritaire est urgente à Mayotte et ne peut pas se contenter de mesures qui ne prendront éventuellement effet qu’à long terme, selon eux. « Personnellement je respecte les leaders des Forces Vives, mais j’ai peur qu’en levant les barrages, les caillassages et autres agressions reprennent à un rythme encore plus effréné qu’actuellement. La présence de mamans et d’adultes en général sur les barrages freine les délinquants. Si on les lève sans que rien ne soit fait pour notre sécurité, tout va recommencer comme avant et on aura fait tout ça pour rien ! », a déclaré ce dimanche 18 février Sylviane Amavie, leader du collectif de Petite-Terre, jointe par téléphone. Mentionnons les nombreux caillassages ces jours ci malgré les barrages, qui privent les élèves de scolarité, les magasins d’être approvisionnés et les déchets d’être ramassés.

« Les Forces du Peuples », un nouveau mouvement qui désavoue « les Forces Vives »

Au cours de la réunion, tout le monde a pu s’exprimer, ce qui explique sa durée de près de 4h !

Ce week-end des 17 et 18 février, un nouveau mouvement est donc né de ce désaccord avec les leaders du mouvement. Il se fait appeler les « Forces du Peuple » et exige du gouvernement la mise en place de l’état d’urgence sécuritaire avant d’envisager toute levée de barrage. « Les Forces Vives ont trahi les aspirations des barragistes et ont donc perdu toute légitimité », peut-on lire dans un message WhatsApp envoyé au nom des « Forces du peuple » qui a circulé ce week-end de téléphone en téléphone. « Avec cette lettre (NDLR : celle des ministres) nous avons seulement gagné la liberté de subir des attaques, des agressions voire des massacres », peut-on encore y lire. Il semblerait que le noyau de ce nouveau mouvement se situe à Tsingoni, lieu où un père de famille a été assassiné lundi 12 février dernier par un jeune homme désœuvré, ce qui a terriblement choqué la population.

Pourtant, les leaders des Forces Vives n’oublient pas la revendication de l’état d’urgence sécuritaire. « Nous avons obtenu une première victoire avec le titre de séjour territorialisé et nous devons à notre tour tenir notre parole d’ouvrir les barrages. La négociation de l’état d’urgence sécuritaire se fera dans un second temps. Laissons nos élus travailler. Le président du conseil départemental doit rencontrer ce lundi 19 février la ministre déléguée aux Outre-mer, voyons déjà ce qu’il ressortira de cette réunion », a déclaré Badirou Abdou vendredi soir. Un courrier de réponse à la lettre du gouvernement a d’ailleurs été envoyé en ce sens. Notant « les efforts de l’Etat » concernant la crise migratoire « d’une exceptionnelle intensité », la réponse insiste sur « les modalités de mise en place de wuambushu 2 dans un contexte marqué par la gestion des jeux olympiques ».

La majorité des barrages resteront finalement en place ce lundi 19 février

Toutefois, concrètement, c’est la « voix dissidente » qui semble avoir le plus de poids puisque ce week-end, non seulement les barrages n’ont pas été levés, mais certains ont même été renforcés. Le mécontentement vient également de la peine de 4 ans de prison ferme prononcée ce vendredi à l’encontre de 2 barragistes qui, l’enquête l’a prouvé, avaient payé les délinquants pour attaquer la brigade de gendarmerie de Sada dans la nuit du 28 au 29 janvier dernier. Même s’ils étaient coupables et que l’un d’eux a même avoué, une partie de la population ne le voit pas de cet œil et accuse encore la justice d’être « plus sévère envers les Mahorais qu’envers les jeunes délinquants étrangers ». Alors que les délinquants en question ont écopé exactement de la même peine que leurs commanditaires…

On ne peut donc plus analyser ce mouvement sous un prisme rationnel. La colère gronde et continue de paralyser l’île en trouvant tous les prétextes possibles pour s’exprimer !

Nora Godeau

 

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Sport : Bientôt la 4ème édition du « Trail du Caméléon »

0
Le Club d’Athlétisme de Mamoudzou (CAM) et la mairie de Mamoudzou lancent la 4ème édition du « Trail du Caméléon » le dimanche 26 mai à la MJC de Kawéni. L’objectif de cette édition est de créer un événement rassembleur de toutes les générations.
Mayotte, rectorat,

Face aux directeurs d’école, Jacques Mikulovic ambitionne de « relever le défi du choc...

0
Les chefs d’établissements du premier degré avaient rendez-vous mercredi après-midi avec le recteur et son équipe afin de faire « un bilan d’étape » mais aussi préparer en amont la prochaine rentrée scolaire de septembre. Plusieurs thèmes étaient à l’ordre du jour comme les moyens mis en œuvre pour le 1er degré, la carte scolaire, l’évaluation des élèves mais aussi l’organisation de la nouvelle 6e.
DRFIP, impôt, Mayotte, EFS, France services

Impôts : pour déclarer, souriez, vous êtes accompagnés !

0
Si quelques petites nouveautés sont à noter pour cette campagne d’imposition sur les revenus mouture 2024, c’est surtout du côté du recouvrement de l’impôt que ça bouge à Mayotte. Avec un accent mis sur « l’aller vers » dans les 15 Maisons France service, et la lutte contre la fraude

Le parc marin se prépare à adopter un nouveau plan de gestion en 2025

0
Le conseil de gestion du parc marin de Mayotte, présidé par Abdou Dahalani et dirigé par Guillaume Amirault s’est réuni pour la première fois de l’année ce mercredi. Objectif phare : initier la démarche de l’écriture d’un nouveau plan de gestion pour les 15 prochaines années.
eSIM, Orange, smartphone, Mayotte, La Réunion

L’eSIM, la carte SIM virtuelle de téléphone, disponible à Mayotte

0
Notre département franchit un peu plus le pas vers le virtuel avec l'arrivée de l’eSIM annonce l’opérateur Orange qui met cette évolution en place également à La Réunion

Recent Comments