27.8 C
Mamoudzou
lundi 26 février 2024
AccueilSantéPaludisme ou choléra, mieux vaut prévenir que guérir

Paludisme ou choléra, mieux vaut prévenir que guérir

La semaine dernière, deux actualités sanitaires ont été marquantes, au sujet de cas importés de paludisme à Mayotte et d’une suspicion éventuelle de choléra aux Comores. Les dernières actualités sont rassurantes. Notre rédaction a fait le point sur ces informations, grâce aux données transmises par Santé publique France-Mayotte et des communications de l’ARS Mayotte. 

Pour rappel, le paludisme est une maladie infectieuse tropicale, causée par un parasite et transmis par la piqûre de certains moustiques (anophèles). En 2023, 38 cas importés* de paludisme ont été signalés à l’ARS Mayotte. Ce nombre de cas est en légère hausse, puisqu’en 2022, 34 cas importés avaient été signalés et 19 cas importés avaient été rapportés pour l’année 2021. Cependant, aucun cas autochtone** n’a été recensé sur le territoire de Mayotte depuis juillet 2020.

Paludisme, Mayotte
Très redouté, le moustique anophèle peut transmettre le paludisme par piqûre

Depuis 2014, Mayotte est officiellement en phase d’élimination du paludisme. Ainsi, la lutte contre les moustiques, en luttant contre les gîtes larvaires et en se protégeant des piqûres de moustiques, notamment la nuit car les moustiques vecteurs du paludisme piquent majoritairement après le coucher du soleil, est essentielle pour éviter une reprise de la transmission de cette maladie sur le territoire mahorais. 

A Mayotte, durant la crise de l’eau, une prévention contre les maladies hydriques a également été mise en place par les autorités de santé et leurs partenaires. En fin de semaine dernière, la Direction générale de la Santé de l’Union des Comores a publié un communiqué de presse faisant état de cas de choléra suspectés sur leur territoire.

Bien que ne s’agissant que de suspicion de cas chez notre pays voisin, l’Agence Régionale de Santé de Mayotte a déclaré, vendredi 2 février, qu’aucun signal de choléra n’avait été détecté sur le territoire de Mayotte.

Lavage, mains, conduite
Comment se laver correctement les mains avec du savon

Cependant, afin de prévenir toute émergence du choléra sur le territoire de Mayotte, l’autorité sanitaire a renforcé ses moyens de vigilance. En effet, le choléra fait partie des maladies infectieuses les plus redoutées. Il s’agit d’une maladie très contagieuse à transmission fécale-orale : elle se transmet par les mains sales ou par contamination alimentaire (aliments souillés) et hydrique (eau contaminée).

La prévention repose sur des mesures d’hygiène comme le lavage des mains, le traitement des eaux usées, la construction de latrines dans les zones de regroupement humains isolées des points d’eau potable, l’hygiène alimentaire (peler les aliments et les laver à l’eau potable), mais aussi l‘isolement des malades en cas de suspicion de cas.

Rivière, camp, réfugiés, Cavani, toilette, lavage, eau
Une femme se bouchant le nez face à l’odeur nauséabonde dégagée par le cours d’eau dans le camp de Cavani, jeudi 25 janvier 2024

A ce sujet, les autorités préfectorales et sanitaires devraient faire attention à certains points d’eau, notamment à un ruisseau provenant des collines de Cavani, où en 2000 des cas de choléra avaient été recensés. Suite aux investigations de l’époque, l’origine de la contamination avait été attribuée à la consommation de l’eau de ce point d’eau et de celle provenant d’un puits situé proche du ruisseau. Actuellement, de nombreux réfugiés n’ont pas accès à de l’eau potable et utilisent l’eau impropre de ce ruisseau pour boire, manger et faire leurs besoins. Une pompe à haut débit ne pourrait-elle pas être installée pour permettre à ces réfugiés d’avoir accès à une eau potable jusqu’au démantèlement du camp ?

Mathilde Hangard 

* Cas importés : il s’agit des personnes qui ont contracté la maladie en dehors du territoire de Mayotte.

** Cas autochtone : il s’agit d’une personne qui a contracté une maladie à Mayotte et qui n’a pas voyagé dans une zone contaminée 15 jours avant l’apparition des symptômes.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Choléra, Kamardine, kwassa, Comores, Mayotte

Contre le choléra, le rideau de fer ou le bras de fer 

0
Le député Mansour Kamardine compte les kwassas et les malades du choléra aux Comores. Le risque est gros pour Mayotte, dit-il en l'absence de durcissement de la lutte contre l'immigration clandestine

Précisions de l’ARS au sujet du choléra

0
Dans un communiqué envoyé ce mardi 21 décembre, l'Agence Régionale de Santé livre des précisions supplémentaires par rapport à son "Plan de riposte au risque de l'introduction du choléra à Mayotte". Nous apprenons ainsi que...
Mayotte, état d'urgence sécuritaire, Pascal Perri, Comores

Mayotte en vigilance Violette Forte délinquance

0
Appuyée par plusieurs grandes voix, la population voit dans l’état d’urgence sécuritaire la solution pour venir à bout de la délinquance. Il faut dire que ni en 2015 lors de l’état d’urgence sécuritaire pour terrorisme, ni en 2020 pour le Covid, la menace n’avait été aussi sérieuse qu’avec ces bandes cagoulées qui s’en prennent à nos vies

Santé – Le choléra n’a qu’à bien se tenir !

0
Au vu des cas de choléra détectés dernièrement sur Grande-Comore, cela fait un moment que l’ARS et la préfecture se préparent en cas de propagation de l’épidémie à Mayotte. Si pour le moment, aucun cas n’a encore été détecté sur l’île, les deux instances ont toutefois présenté à la presse leur « plan de riposte » ce mardi 20 février « au cas où ».
Comores, AFD, Mayotte, Afrique

Aides de l’AFD aux Comores : « Ils ne respectent pas leur part du contrat », fustige...

0
Jusqu’où la France peut-elle aller pour aider les Comores sans contrepartie ? C’est la question qui se pose après l’audition du directeur Outre-mer de l’Agence Française de Développement au Sénat, portant notamment sur la convention franco-comorienne de 2019

Recent Comments