27.8 C
Mamoudzou
lundi 26 février 2024
AccueilSantéInsécurité : « Les gens meurent et on ne peut pas les secourir...

Insécurité : « Les gens meurent et on ne peut pas les secourir ! »

Mardi matin, alors que les blocages et les agressions se poursuivent sur l’ensemble du territoire, il règne un climat de guerre à tous les carrefours de l’île. Ces violences n’épargnent personne, pas même les soignants, bloqués pour aller travailler, en danger permanent pour rentrer chez eux et pour venir soigner.

« La situation est insoutenable. L’insécurité atteint des sommets jamais franchis auparavant. On est dans de l’ultra-violence », déplore une médecin, travaillant à Mayotte depuis près de 15 ans.

« C’est invivable, chaque jour, matin, midi et soir, on s’écrit, on s’appelle, on se demande si on peut passer, si untel est passé, si notre collègue est bien rentré, si un autre n’a pas été agressé, c’est horrible ! On ne peut pas vivre comme ça », martèle un infirmier du CHM. 

cartographie, barrages, blocages, Mayotte
Cartographie des blocages à Mayotte, dus aux manifestations ou à des affrontements avec les forces de l’ordre, mardi 30 janvier 2024 (illustration/DR)

Depuis plusieurs jours, circuler sur les routes de Mayotte, c’est circuler en terrain miné. Certaines sont bloquées par des barrages tenus par des manifestants du collectif des citoyens de Mayotte et des habitants en colère, d’autres routes sont barrées par des arbres abattus, et de façon aléatoire et imprévisible, les axes routiers sont constamment paralysés par des jeunes délinquants qui sèment la terreur sur les voies. 

« Lorsqu’on part de chez soi, on ne sait pas si nous pourrons atteindre le CHM et rentrer chez nous le soir », explique une soignante. Pour cette professionnelle de santé, ce contexte entraîne deux conséquences majeures sur le système de soins : d’une part, les soignants ne peuvent pas se déplacer pour rejoindre leur lieu de travail, ni partir en intervention sur la route pour aller secourir des gens, d’autre part, il devient « presqu’impossible de transférer un patient vers le CHM en raison de la dangerosité des axes routiers. »

La direction du CHM a notamment fait savoir que dans ce contexte, le Centre médical de référence (CMR) de Kahani se trouvait en situation d' »isolement quasi total ». Jean-Mathieu Defour déplore que les véhicules de secours et les soignants ne puissent pas franchir les barrages : « On a du mal à envoyer des soignants sur site, à organiser le transports des patients et à gérer les approvisionnements du CMR, c’est extrêmement difficile. » 

Lundi alors qu’une personne avait été sauvagement agressée proche de son domicile à la pointe de Koungou, cette soignante était prête à venir secourir cet homme ensanglanté, mais il ne lui aura jamais été possible de lui porter secours, en raison de l’ultraviolence qui se jouait sur les routes.

Hélicoptère, CHM, barrages, blocages
L’hélicoptère du CHM ne peut répondre à toute la demande de transferts de patients, aux quatre coins de Mayotte, nuit et jour, en période de barrages terrestres et de grande violence sur l’île

Actuellement, lorsqu’un patient nécessite d’être transféré vers le CHM, les régulateurs du Centre 15 font leur possible pour organiser ces transferts par moyen héliporté. Problème : l’hélicoptère du SAMU ne peut se poser n’importe où, il n’est pas déployé la nuit et un seul hélicoptère pour toute une île bloquée n’est pas suffisant pour répondre à la demande de soins. 

Autres difficultés parmi ces innombrables problématiques engendrées, la question du ravitaillement. Actuellement, toutes les logistiques des services publics, y compris du CHM, sont perturbées. En dépit de la levée (relative) de certains barrages dans le week-end ayant permis au CHM de se réapprovisionner, certains soignants vendredi ont travaillé en tenue civile, faute de tenues disponibles du CHM.

QU’EST-CE QU’ON ATTEND POUR DÉPLOYER DES NAVETTES MARITIMES ? 

navettes, maritimes, santé, barrages, blocages, 2011, taxi, boat
Des navettes maritimes autrefois utilisées pour aider des soignants à se déplacer, ne sont à ce jour, pas déployées (Image d’archives 2010)

Et tandis que les routes sont en feu, le lagon, lui, depuis plusieurs jours, est d’un calme olympien. Ces difficultés de circulation par voie terrestre suscitent d’autant plus d’interrogations et de frustrations lorsqu’on se remémore les années où des navettes maritimes (« taxi boat ») avaient été déployées pour assurer le transport des soignants d’un point à un autre de l’île lorsque les routes étaient bloquées.

En 2011, lors des manifestations, mobilisations et blocages qui avaient duré près de trois mois, des navettes maritimes avaient été réquisitionnées par le CHM pour pour permettre aux soignants d’assurer une continuité de soins sur les sites le nécessitant. A titre d’exemple, un transport maritime entre Koungou et Dzoumogné avait été organisé, avec un départ tous les matins à 9h et un retour à 15h pour se rendre au Centre Médical de Référence (CMR) de Dzoumogné. 

La Direction du CHM étudie sérieusement cette possibilité de pouvoir recourir à des transports maritimes, néanmoins l’imprévisibilité des barrages et leur mobilité constante, rend difficile la prévision de ces futurs trajets maritimes.

DES CORRIDORS SANITAIRES COMME EN TEMPS DE GUERRE ?

Majikavo, violences, détonations, explosions, incendies, blocages, barrages
Le spectacle quotidien des habitants dans ce climat d’insécurité permanente à Majikavo Koropa, lundi 29 janvier 2024

En effet, quand bien même des questions d’assurance seraient en jeu, en 2011, ces soignants pouvaient au moins se rendre sur des sites pour soigner des patients qui le nécessitaient. Tandis qu’actuellement, si les soignants ne peuvent atteindre le CHM pour y travailler, de très nombreux patients, ne peuvent pas non plus rejoindre l’établissement de santé. Et lorsqu’un accident se produit « il est trop difficile de nous déplacer par voie terrestre, c’est trop dangereux, on est vraiment coincés (…) les gens meurent et on ne peut pas les secourir ! » regrette un soignant. 

Si transporter des patients par voie maritime ne peut être fait n’importe comment, se rendre a minima sur les lieux pourrait déjà être une première réponse de prise en charge. Aussi, cela pourrait permettre à des prestataires bateaux aussi d’être soutenus financièrement dans cette période difficile pour l’économie bleue du territoire.

De nombreux soignants continuent de réclamer l’instauration d’un état d’urgence à Mayotte et la mise en place de corridors sanitaires : « Il faut mettre en place des corridors sanitaires, comme en temps de guerre, car ici c’est la guerre ! »

Route, Majikavo, Koropa, délinquance, barrages, blocages, détonations
La route nationale donnant sur l’arrêt de bus à Majikavo Koropa, désertée par les délinquants, dans une ambiance « coupe-gorge », mardi 30 janvier 2024

A l’heure où nous préparons cet article, nous guettons cachés par de la végétation la fin de rixes à Majikavo Koropa. Lorsque les délinquants ont quitté les lieux, la voie est libre mais la route dégagée, reste inquiétante. Nous prévenons la médecin, bloquée au CHM, que nous avons au téléphone, que la voie semble être dégagée pour qu’elle puisse rejoindre son domicile. Ces incertitudes sont le quotidien d’une population, prise en étau dans cette violence. Plus tard, nous apprendrons avec soulagement que cette soignante a pu rentrer chez elle. Quelques heures plus tard, les hostilités reprennent, le bruit des flash ball et des bombes lacrymogènes raisonnent à nouveau. L’accalmie était de courte durée. 

Y a-t-il un pilote dans l’avion, vu qu’il n’y a plus de commandants pour les barges ?

Mathilde Hangard 

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Safina Soula : « Si nous ne levons pas les barrages, nous courrons le...

0
Les Forces Vives « initiales », menées par Safina Soula, ont organisé une conférence de presse ce jeudi 22 février afin de réaffirmer la nécessité de lever les barrages pour pouvoir continuer les négociations avec le gouvernement. Les points de dissension avec le mouvement qui continue à paralyser l’île y ont été largement abordés.

Les Forces vives « initiales » militent pour la levée des barrages

0
La réunion du vendredi 16 février dernier à Tsararano avait abouti sur la décision de « laisser les barrages à côté », tournure confuse qui laissait néanmoins entrevoir un retour à une libre circulation. Or les barrages sont toujours bien en place pour la plupart et, suite à une scission au sein du mouvement, les imbroglios, manipulations et autres tentatives de récupération règnent désormais en maîtres.
EVASAN, CHM, La Réunion, Mayotte

Difficultés du CHU réunionnais : accusée, Mayotte a pourtant pris sa part

0
Alors que les difficultés du CHU de La Réunion font de nouveau la Une, pointant le coût des Evasan depuis Mayotte, un petit retour historique n’est pas inutile

Pas de levée des barrages par la force, indique le préfet Thierry Suquet

0
Encore présent quelques jours sur le territoire, le préfet continue à échanger avec les leaders des Forces vives qui ont appelé à la levée des barrages. Tout mouvement dissident n'entre pas dans son champ d'action. Une partie de l'île reste cependant bloquée

Blocage de l’île : Les élèves mahorais parmi les premiers impactés

0
Alors que les vacances de Carnaval arrivent à grands pas, dès ce vendredi soir, la crise sociale qui touche notre territoire depuis maintenant plus d’un mois ne semble pas s’atténuer, bien au contraire. Plus de quatre semaines ! C’est autant de jours où les élèves du 101e département français n’ont pas eu cours ou au mieux en mode dégradé, avec des différences majeures selon le lieu où l’on habite

Recent Comments