29.8 C
Mamoudzou
mardi 27 février 2024
AccueilEducationUne étude confirme que 5.000 à 9.500 enfants ne sont pas scolarisés...

Une étude confirme que 5.000 à 9.500 enfants ne sont pas scolarisés à Mayotte

La déscolarisation à Mayotte avait été évaluée par l’ancien recteur Gilles Halbout à 8.000 enfants touchés. Chiffre conforté par une étude demandée par un collectif d’associations et fédération de Mayotte, qui rapporte que les 3 à 5 ans sont logiquement les plus touchés. Mais oublie de rappeler que le ministre Blanquer avait accordé des délais supplémentaires.

L’étude « Non-scolarisation et déscolarisation à Mayotte : dénombrer et comprendre » menée par Gilles Séraphin et Tanguy Mathon-Cécillon (Université Paris-Nanterre), a été commandée par les association et fédérations Apprentis d’Auteuil Mayotte, Mlezi Maore et la CNAPE (Convention Nationale des Associations de Protection de l’Enfant). Basé sur deux méthodes de calcul, par addition et par soustraction, elle aboutit au constat qu’aujourd’hui, 5 % à 8,8 % des enfants en âge d’être scolarisés de 3 à 15 ans révolus à Mayotte ne le sont pas, soit 5.300 à 9.500 enfants touchés.

Des chiffres qui corroborent ceux qu’avait avancé le précédent recteur Gilles Halbout de 8.000 jeunes non scolarisés. Et au regard de la croissance démographique, on peut même dire qu’en réactualisant son chiffre à aujourd’hui, il ciblait le haut de la fourchette. Pas de grosse surprise donc. Car depuis, peu de constructions de salles de classe ont vu le jour, mais la convention signée dans ce sens entre les maires et l’AFD « commence à porter ses fruits », nous avait-il rapporté avant de partir pour le rectorat d’Orléans-Tour.

Sans doute cas unique en France, la scolarisation des enfants est un fait très politique à Mayotte. Alors que le système scolaire est encore très jeune, « la structuration du système éducatif a réellement été entamée dans les années 199 », indique l’étude, la croissance démographique alimentée par les arrivées massives de migrants, congestionne les structures scolaires, qui ne peuvent tous les accueillir.

La non-scolarisation touche notamment les zones les plus densément peuplées

50% de rotation, une vitesse à ne pas dépasser

A ce sujet, l’étude brosse un tableau pessimiste de la situation aux Comores : « De nombreux habitants étant pour diverses raisons ‘prêts à tout risquer pour fuir leur pays’. Parmi les problèmes structurels que connaît le pays, les insuffisances du système éducatif incitent de nombreuses personnes à tenter la traversée dans l’objectif de scolariser leurs enfants à Mayotte. (…) Le pays connait également une fuite des cerveaux chronique (brain drain), c’est-à-dire le départ des individus les plus qualifiés. Au contraire de ce qui est observé dans les pays aux économies émergentes (skilled returnees), les émigrés ne sont pas encouragés à rentrer aux Comores par peur d’un brain waste, à savoir un gaspillage des compétences alimenté notamment par l’importance de la corruption. L’enchaînement de ces phénomènes provoque un cercle vicieux qui entrave largement le développement du pays. »

En face, Mayotte, un territoire également en grand besoin éducatif, « Plus d’un habitant sur trois est en âge d’obligation scolaire, c’est-à-dire entre 3 et 15 ans révolus. L’éducation représente ainsi un des premiers défis de l’île ».

Or, la natalité est en forte croissance (10.730 naissances en 2022, un record), qui est le fait « à 70% d’une mère de nationalité comorienne », et si l’étude pointe que « seulement » 46,5% des naissances sont issues des deux parents étrangers, c’est énorme, ce taux ne pourrait être transposé dans aucun autre territoire de la République. Moyennant quoi, 112.196 élèves ont été accueillis à la rentrée 2022 dans les établissements scolaires mahorais, un record là aussi, dont 60.775 dans l’enseignement primaire (54,2 %) et 51.421 dans le secondaire (45,8 %), aboutissant sur un déplorable taux de 41 % des établissements en rotation à la rentrée 2021.

Manifestation contre la surpopulation scolaire en 2019

A Mamoudzou, cela concerne 50 % des établissements, « seuil considéré comme maximum par la municipalité », quand « d’autres communes décident de ne faire fonctionner aucune école en rotation, du fait de la volonté populaire et municipale. Elles considèrent que les enfants scolarisés doivent suivre leurs enseignements selon un rythme ‘normal’, le système de rotation n’étant pas adapté au rythme des enfants et aux conditions climatiques à Mayotte (fortes chaleurs en saison des pluies, surtout pour les enseignements de l’après-midi qui terminent tard). » A la rentrée 2021 le dispositif des classes itinérantes est mis en place par le recteur, qui, rapporte l’étude voulait « répondre aux besoins de scolarisation des élèves de petite section ».

Forte déscolarisation des 3-6 ans

Il faut se souvenir que cette décision a été prise à la suite de l’intervention de la justice dans ce sujet. S’engouffrant dans la brèche ouverte par certaines mairies qui faisaient de la discrimination à l’inscription en demandant une attestation de lieu de résidence, plusieurs associations dont la Cimade, déposaient des recours à l’issue desquels le tribunal administratif ordonnait la scolarisation des enfants concernés, faisant réagir fortement le recteur. Car la décision s’opposait au calendrier dérogatoire accordé par le ministre Blanquer lors de la mise en place de sa réforme l’école de la confiance.

Les 3-6 ans affectés par la non-scolarisation, les 14-15 ans, par la déscolarisation

En effet avec cette réforme, le territoire, déjà sinistré par une forte déscolarisation à partir de 6 ans, était soumis comme l’ensemble du territoire national, à la scolarité obligatoire dès 3 ans. Ce qui a fabriqué d’un coup, une tranche d’âge de déscolarisés chez les 3-6 ans, faute de classes pour les accueillir. Phénomène d’ailleurs visible sur le graphique ci-dessus présenté par l’étude. Pour atténuer le choc, le ministre Jean-Michel Blanquer avait autorisé un « calendrier d’adaptations » à Mayotte, pour scolariser en premier lieu les 5 ans, puis les 4 ans pour finir trois ans après par les 3 ans. La décision de justice venait donc jouer les éléphants dans un magasin de porcelaine, mais après tout, la mairie concernée avait joué avec le feu.

La construction de salles de classe doit donc s’intensifier, le rectorat lui même est concerné avec un « rattrapage en cours » pour le secondaire, alors qu’en primaire on sait que le rythme reste « très insuffisant » alors qu’il faudrait « des constructions dans des progressions massives » pour suivre la progression démographique. Bien que cela ne soit pas l’objet de l’étude, le niveau scolaire y est pointé du doigt, « Les résultats de l’académie de Mayotte sont en effet loin derrière les autres académies ».

Le Défenseur des Droits recommande la mise en place d’un observatoire de la non-scolarisation pour recenser les enfants non-scolarisés, et « établir un diagnostic précis des besoins de l’île en matière d’éducation ». On peut s’appuyer pour cela sur le rectorat qui possède ces données.

Anne Perzo-Lafond

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Mayotte, La Réunion, DGAC, Air Austral

Contraintes financières obligent, Air Austral modifie ses destinations

0
Chamboulement dans les liaisons longs et moyens courriers de la compagnie régionale en fonction des conditions de rentabilité. Un nouveau programme de dessertes vient de voir le jour pour la période d’avril à octobre 2024. Certaines sont suspendues, d’autres renforcées comme Mayotte
Marie Guévenoux, Mayotte

Visite de Marie Guévenoux dans un territoire en déficit d’ordre public

0
Il était prévu qu'elle revienne à Mayotte un mois après sa visite avec Gérald Darmanin, mais la ministre déléguée aux Outre-mer a accéléré sa venue. La sécurité est au centre de son déplacement
Hotel, restaurant, Mayotte, UMIH

Le secteur de l’hôtellerie-restauration « sinistré » selon Charles-Henri Mandallaz

0
La semaine dernière, dans un communiqué intersyndical, tous les responsables des organisations patronales avaient alerté l’opinion publique sur les ravages des barrages sur l’économie mahoraise. Charles-Henri Mandallaz, président de l’Union des Métiers et de l’Industrie Hôtelière, fait le point avec nous sur l’état de ce secteur et appelle encore une fois à lever tous les barrages.
containers, Longoni, Mayotte

Ça rebloque à Longoni, plus de 8.000 containers en souffrance

0
Le port ressemble à une voie sans issue pour containers. Les navires continuent à entrer et à décharger les marchandises sans que celles-ci ne parviennent à quitter son enceinte. Ce qui a forcément un coût

Anchya Bamana demande à Marie Guévenoux de s’emparer du sujet des mineurs isolés à...

0
Dans un courrier adressé à la nouvelle ministre déléguée aux Outre-mer, Anchya Bamana, ancienne Maire de Sada et présidente de Maore Solidaire, fait part de son inquiétude concernant la crise sociale que connait notre île depuis maintenant trop longtemps, mais elle s’alarme aussi du sort des nombreux mineurs isolés présents sur le territoire

Recent Comments