28.9 C
Dzaoudzi
dimanche 28 novembre 2021
AccueilEconomieConstructions scolaires : 1,5 million d’euros en compétences pour les communes

Constructions scolaires : 1,5 million d’euros en compétences pour les communes

Chaque année, 3.000 enfants supplémentaires frappent à la porte des écoles. Des mêmes écoles quasiment puisqu’en 4 ans, seulement un quart des classes programmées ont été construites. Pour ne pas recentraliser la compétence dans les mains de l’Etat, des ingénieurs seront mis à disposition des communes pour lancer les marchés.

« Comme nous avions du mal à construire des écoles à Pamandzi, j’avais proposé qu’on recrute un ingénieur, mais ça coûte cher, toutes les communes ne peuvent pas se le permettre ! » C’est Madi Madi Souf, le président de l’Association des Maires de Mayotte (AMM) qui parle ainsi, face à l’enjeu d’affluence scolaire chaque année que ne peuvent relever les communes.

Un constat qu’avait fait le recteur en arrivant sur l’île, « nous avons chaque année plus de 3.000 élèves en plus des effectifs habituels dans le premier degré », c’est à dire 100 classes à sortir de terre. Gilles Halbout dont la ligne directrice reste une montée en compétence du territoire sans reprise en main par l’Etat, en tire une conclusion : il faut mettre le paquet sur l’ingénierie, sur les compétences, pour entreprendre. Comme le dira le préfet Thierry Suquet en saluant « l’excellent travail » mené et validé par son prédécesseur, « ce n’est pas qu’on manque d’ingénierie en règle générale à Mayotte, on en manque sur la problématique de masse à laquelle on est confronté. » En référence à l’afflux d’enfants, « c’est impossible de continuer à découvrir à deux mois de la rentrée, qu’on a de nombreux élèves supplémentaires et qu’il faut construire des écoles. » Même si l’INSEE livre des données démographiques, c’est sans compter les arrivées en cours d’années et les difficultés rencontrées par les communes pour sortir des écoles à ce rythme. Un défi inégalé en France.

Le recteur monte donc un projet qui intègre notamment l’Agence Française de Développement (AFD). Elle va financer de l’ingénierie à hauteur de 1,5 million d’euros à travers une convention quadripartite, avec le rectorat, la préfecture, et l’AMM. « 1,5 million d’euros, c’est à la fois beaucoup et peu, on ne pourra pas renforcer toutes les communes », met en garde Gilles Halbout. Qui était largement remercié par Madi Souf, « un homme de terrain, à l’écoute, c’est une grande chance pour Mayotte de vous avoir monsieur Gilles. »

“C’est à la porte du rectorat que viennent frapper les familles à la rentrée”

Un tremplin à saisir pour les communes

“Monsieur Gilles” le souligne, “Ce n’est pas une question de moyens, l’Etat met des dizaines de millions d’euros chaque année sur la table”. Et souligne que sur les 50 millions d’euros programmés annuellement sur les constructions scolaires des premier et second degrés, tout n’est pas consommé. Le SGAR Jean-Marie Renaud signalait lors de cette signature que 30 millions d’euros étaient réellement dépensés. Mais le second degré porte davantage de réalisations. Retenons  donc ce que rapportait la secrétaire d’Etat à l’éducation prioritaire, reprenant les chiffres du recteur de Mayotte, « sur la période 2014-2018, le taux de réalisation des constructions de salles de classe est de 23 % ».

Pour relever le défi de la scolarisation de tous les enfants, meilleure des luttes contre l’exclusion et la délinquance, et  améliorer le système éducatif du 1er degré, le secrétaire départemental du FSU-SNUipp Rivomalala Rakotondravelo, demande constamment une reprise en main des constructions par l’Etat. Il s’agit d’un mix ici, où les communes gardent la main sur la décision de construction, avec un appui supérieur à ce que fournissait la DEAL (Equipement). L’AFD va donc prendre en charge la mise à disposition d’ingénieurs, ils seront entre 5 à 7, à intégrer momentanément les mairies demandeuses, et faire le pont avec la DEAL pour lancer des constructions.

Gilles Halbout décrit la situation : « Actuellement, si certaines communes sont charpentées et ont de bonnes relations avec la DEAL, toutes ne sont pas en capacité de décider quel type de marché elles veulent engager. Cette convention va permettre de mettre en place des hommes et des femmes qui vont identifier les besoins et décider qui peut les mettre en place. » Il voit à travers cette convention 5 avancées : « C’est un renfort des moyens de l’Etat qui sont déjà considérables dans les constructions scolaires, c’est une transformation des communes qui va leur permettre d’accroitre leurs compétences, avec des moyens sécurisés, uniquement dédiés au renforcement des programmes de construction, avec des résultats que l’on veut rapides et tout en faisant en sorte, enfin, que chacun conserve ses responsabilités. Les communes sur la maitrise d’ouvrage, l’Etat financeur et coordonnateur et le rectorat qui formule les besoins, “parce que c’est à notre porte que viennent frapper les familles à la rentrée scolaire. On ne se laissera plus dépasser par les évènements », se promet le recteur.

« Des écoles de taille raisonnable »

jean-Michel Blanquer, Mayotte, Kamardine
Le rythme des constructions scolaires devrait s’accélérer ces prochaines années

Ce million cinq d’expertise se fait à titre « expérimental », souligne Charles Trottmann, directeur du département des Trois Océans de l’Agence française de développement (AFD), présent à Mayotte. C’est donc une première qui prend appui sur les fonds de financement du ministère des outre-mer, en ce sens qu’il s’agit « de mettre une expertise à disposition des communes avec un effet transformateur pour qu’elles puissent ensuite pérenniser ces investissements. C’est une sorte de compagnonnage. »

Si les constructions scolaires sont pour l’instant les seules visées, « débouchant sur des écoles de taille raisonnables et qui réduisent les déplacements pour les enfants », note Thierry Suquet, le représentant de l’Etat voit plus loin, « ce dispositif doit pouvoir être duplicable dans d’autres secteurs. Lors de sa venue, le ministre Sébastien Lecornu a indiqué réfléchir à un établissement public qui permettrait de déclencher des constructions pour ensuite, repasser la main aux communes, toujours sous réserve qu’il y ait une volonté politique du maire derrière. »

Pour conclure sur le rôle de chaque acteur, la DEAL va piloter la mise en œuvre de la convention avec les mairies appuyées par cet apport d’ingénierie, en déclinant les projet inscrits au Plan pluriannuel de constructions scolaires, dont le foncier a été validé en amont par l’Etablissement public foncier (EPFAM).

Une convention qui n’était « pas naturelle », tel que le confie le préfet, mais qui illustre la politique à mener à Mayotte : ne pas craindre d’innover.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Vanille, Mayotte

Filière en structuration, la vanille se fête le 11 décembre

0
Le territoire va fêter un des produits qui fit l'excellence de la filière agricole en ayant par le passé été couronné au niveau national: la vanille de Mayotte doit retrouver son statut, c'est ce qu'impulse l'association Saveurs et Senteurs de Mayotte. Une semaine de festivité autour de l'or noir des pâtissiers
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.

L’ancienne maire de Chirongui condamnée pour diffamation

0
Dans un discours de campagne en juin dernier, Roukia Lahadji avait accusé le chef de la police municipale de Chirongui de violences ayant pour but d'intimider les électeurs. Ces propos ont été reconnus diffamatoires, mais la justice l'a blanchie du caractère racial de ces accusations, conduisant à une peine tout à fait symbolique à l'issue d'un procès teinté de politique.
Frédérique Vidal, Mayotte

Arrivée ce jeudi de la ministre de l’Enseignement supérieur à Mayotte

0
Frédérique Vidal sera à Mayotte ces jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021. Professeur des universités, la ministre nommée en mai 2017 sera accueillie par le recteur et chancelier des universités Gilles Halbout. Sa visite tournera autour du CUFR et des thèses de recherches sur les milieux marins et du volcan