27.8 C
Mamoudzou
jeudi 22 février 2024
AccueilEconomieComment éviter un nouveau blocage dans la collecte des déchets dangereux

Comment éviter un nouveau blocage dans la collecte des déchets dangereux

Le rapport de la Délégation sénatoriale aux Outre-mer revient sur la crise de l’exportation des déchets polluants qu’ont vécu Mayotte et La Réunion. Induisant l’arrêt de la collecte pendant un an.

Si les outre-mer dont les petits territoires comme Mayotte sont encore loin des standards nationaux, il faut dire que la législation ne les aide pas. Prenons par exemple l’exportation des produits dangereux depuis Mayotte ou La Réunion. Les sénateurs n’ont pas peur d’utiliser deux comparatifs : Kafka et Ubu. C’est dire que l’insoluble se mêle à l’absurde.

Depuis 2020, La Réunion et Mayotte font face à « une crise de la gestion des déchets dangereux sans précédent », rapporte le Sénat, « la saturation du transport maritime international, conjuguée au durcissement de la réglementation sur le transport international des déchets dangereux et à son application extrêmement précautionneuse par les compagnies maritimes, ont fait que ces deux territoires se sont retrouvés face à un mur de déchets dangereux non exportables. » Comme nous l’avions expliqué, les producteurs ou les recycleurs comme Enzo ou la SMART ont dû stocker pratiquement un an de déchets dangereux, induisant l’arrêt de la collecte de déchets. Batteries, déchets médicaux, huiles en tous genres, habituellement transportés par la société MSC, sont donc restés sur le sol mahorais.

Les représentants d’Enzo Recyclage, de l’Etat et de la Star devant le navire spécialement affrété

Les déchets, un fret pas comme les autres

Une situation liée au durcissement de la réglementation européenne doublé de la convention de Bâle qui ont incité les compagnies maritimes à se couvrir au-delà de ce que des territoires ultramarins peuvent supporter.

Comme nous l’avions rapporté, pour débarrasser le territoire de nos 245 tonnes de déchets, doublés de ceux de La Réunion, il a fallu affréter spécialement un navire sur fonds européen FEDER, qui est parti pour le Havre en direct fin octobre 2022 pour un coût très élevé de 2,6 millions d’euros, « un surcoût d’environ 800.000 euros par rapport au coût des exportations au fil de l’eau sur les lignes régulières », indiquent les sénatrices.

Qui ne peuvent que constater que « cette crise a contribué à la prise de conscience de la faible résilience de La Réunion et de Mayotte en matière de gestion des déchets dangereux : le seul exutoire est l’exportation vers l’Europe, soumise à la bonne volonté des compagnies maritimes qui prennent en charge ces déchets et des nombreux pays de transit. » Et à se projeter : « À plus long terme, cette crise pose la question du développement d’outils locaux pour le traitement des déchets dangereux, en recyclage et valorisation ou en stockage ».

A.P-L.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

L’académie de Mayotte recrute des contractuels dans le premier degré pour la rentrée de...

0
Pour répondre à l’évolution démographique le rectorat de mayotte recrute chaque année des enseignants du premier degré, entre 160 et 200 contractuels. Le recours aux candidatures locales est privilégié pour enseigner. Les professeurs des écoles contractuels sont recrutés au niveau académique sur classement, après des tests d’évaluation des connaissances, un stage et un entretien final.
Mayotte, état d'urgence sécuritaire, Pascal Perri, Comores

Mayotte en vigilance Violette Forte délinquance

0
Appuyée par plusieurs grandes voix, la population voit dans l’état d’urgence sécuritaire la solution pour venir à bout de la délinquance. Il faut dire que ni en 2015 lors de l’état d’urgence sécuritaire pour terrorisme, ni en 2020 pour le Covid, la menace n’avait été aussi sérieuse qu’avec ces bandes cagoulées qui s’en prennent à nos vies

Blocage des routes : La filière avicole mahoraise en grande souffrance

0
Le salon international de l’Agriculture doit se tenir ce week-end à Paris dans un contexte où le monde agricole est en souffrance. Même s’il parait hasardeux de comparer l’agriculture mahoraise à celle de métropole, les éleveurs et les cultivateurs de l’île sont au bord de la rupture du fait des barrages routiers, car c’est toute une chaîne qui se trouve fragilisée et bientôt en péril si rien ne change.
EVASAN, CHM, La Réunion, Mayotte

Difficultés du CHU réunionnais : accusée, Mayotte a pourtant pris sa part

0
Alors que les difficultés du CHU de La Réunion font de nouveau la Une, pointant le coût des Evasan depuis Mayotte, un petit retour historique n’est pas inutile
mayotte, eau, tours d'eau

Crise de l’eau : poursuite des accompagnements de l’Etat jusqu’au 29 février

0
L’allègement des tours d’eau ne rime pas immédiatement avec l’arrêt des aides de l’Etat qui se prolongent pendant encore 10 jours, notamment envers les entreprises qui en ont bien besoin, ainsi que la distribution gratuite d’eau en bouteille

Recent Comments