29.8 C
Mamoudzou
jeudi 1 décembre 2022
AccueilEnvironnementUne opération exceptionnelle pour évacuer 245 tonnes de déchets dangereux vers la...

Une opération exceptionnelle pour évacuer 245 tonnes de déchets dangereux vers la métropole

Ce mardi, la préfecture de Mayotte entraînait la presse dans les méandres du poumon économique de Mayotte : le port de Longoni. Une virée purement symbolique pour annoncer les efforts menés afin d'orchestrer une opération exceptionnelle d'évacuation de déchets dangereux accumulés dans le département depuis plus d'un an. Laquelle, ne verra le jour que ce mercredi.

Depuis les conventions de Bâle ratifiées en 1992, la question des mouvements transfrontières des déchets dangereux et de leur élimination est largement encadrée. C’est une gageure de plus à respecter pour ce petit territoire insulaire qu’est le 101ème département. Petit, mais en plein développement. Et qui dit développement, dit production de déchets, dont certains s’avèrent dangereux. Entendons par dangereux, selon le site du gouvernement, des déchets qui « contiennent, en quantité variable, des éléments toxiques ou dangereux qui présentent des risques pour la santé humaine et l’environnement ».
de façon habituelle, ces types de déchets (batteries, déchets médicaux, huiles en tous genres) sont périodiquement transbordés par la société MSC. Seulement, comme nous l’expliquions dans nos colonnes lors de la visite du directeur général de CYCLEVIA – l’éco-organisme de la filière des huiles et des lubrifiants usagés depuis mars 2022 – la semaine dernière, cela fait désormais plus d’un an que ces derniers ne sont plus collectés au sein de l’île au lagon. « Normalement ces déchets dédiés partent au fil de l’eau », explique Maxime Ahrweiller, Secrétaire générale pour les Affaires régionales (SGAR). Mais à la suite d’un incident dans un port, la compagnie a émis un moratoire en « attendant de revoir leur procédure interne ». Ce fait, mêlé à plusieurs autres facteurs, a poussé les déchets dangereux à s’accumuler sur le sol du 101ème département.

Les représentants d’Enzo Recyclage, de l’Etat et de la Star

Voilà les prémisses de cette opération subventionnée par l’Etat (à hauteur de 130 000 euros), consistant à affréter un navire tout spécialement pour l’évacuation de ces déchets : une nécessité à l’heure où les entrepôts de la STAR (entreprise de collecte) commençaient à afficher des jauges dangereusement pleines, à l’instar de ses clients.

« On ne collecte pas 100% des déchets dangereux »

« Ces déchets dangereux, il fallait absolument les exporter rapidement, parce que si on avait attendu la reprise de MSC, on aurait mis des années je pense. Entre le flux et le stock, ça aurait été ingérable, et les sites seraient restés complètement saturés » commente la SGAR.
C’est ainsi que ce mercredi, pas moins de 245 tonnes de déchets seront chargés à bord d’un navire en direction de La Réunion (qui souffre des mêmes problématiques), avant d’être envoyés en métropole pour être traités. Et la destination de l’hexagone s’impose : conformément à la convention de Bâle, comme le rappelle Maxime Ahrweiller, il est impossible d’envoyer ces déchets dans des pays de la région, qui ne sont « pas à même de les traiter dans les respects de l’environnement et des conditions de travail ».
En aval de ce convoi exceptionnel, peut-on alors imaginer une reprise classique des activités ?
A ceci, le directeur de Star Mayotte Sébastien Suchy répond qu’on « verra le mois prochain mais normalement la fréquence c’est une fois par mois. Avec STAR Mayotte on exporte normalement tous les mois. C’est à dire que l’île ne devrait pas être en sur stockage dans les prochains mois.
Maintenant la plus grosse problématique qu’on va avoir, c’est qu’il va falloir être patient, parce qu’il faut déstocker aussi chez nos clients. Il y a du stock, tout est en sécurité ». Et le directeur de préciser que les collectes devraient pouvoir reprendre d’ici quinze jours chez les différents clients.
Néanmoins, la SGAR précise qu’on ne « collecte pas 100% des déchets dangereux ».
Si l’Etat n’a aucun pourcentage à fournir sur le sujet à ce jour, le président de la société STAR explique qu’il a été demandé à ‘tous nos clients producteurs un inventaire des lieux pour savoir le quantitatif ». Et en guise de bilan, Sébastien Suchy précise admet qu’il  » pense que pour déstocker complètement l’île, (Ndlr en déchets dangereux) si on a une reprise du trafic maritime en déchets dangereux, on est partis sur fin juin 2023, pour que tout soit vide ».

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Lutte contre les pollutions des déchets sauvages à Mamoudzou : « Sitôt les encombrants...

0
La mairie de Mamoudzou a signé ce mardi matin une convention avec Citeo dans l’optique de lutter contre les pollutions issues des déchets abandonnés. L’amélioration de la cartographie des dépôts sauvages ou encore l’accompagnement financier porté par l’entreprise ne doivent pas faire oublier l’impérieuse nécessité de la sensibilisation et de la prévention.

AaDTM : « Séjours Séniors Mayotte », quand voyager ne prend pas une ride

0
L’Agence d'attractivité et de Développement Touristique de Mayotte a présenté ce jeudi matin le bilan de la première étape du « Séjours Séniors Mayotte ». Entre mai et juillet derniers, 871 seniors ont pu partir à la découverte des richesses de l’île au lagon. Une aventure humaine à toute épreuve.

Première course de pirogues de Mamoudzou : célébrer le patrimoine traditionnel de l’île

0
Aux abords du quai Colas, le dimanche 16 octobre prochain, la municipalité organise la première course de pirogues de la commune. Cet événement sportif constitue le temps fort d’une démarche de sensibilisation du public à la fragilité de la biodiversité marine, avec notamment la veille une opération de ramassage des déchets sur terre et autour de l’îlot Mbouzi.
CCEE, SIDEVAM, déchets, STAR, Ecosysteme, Mayotte

Sous-valorisation des déchets : le Conseil de la Culture et de l’Environnement s’en mêle

0
Quatre porteurs de projets affinent leurs financements pour se lancer dans le recyclage chacun dans leur domaine : alu, déchets verts, BTP ou gros équipements électroménagers. Avec pour tous une difficulté principale : s’approvisionner en déchets ! Un comble à Mayotte
SIDEVAM, déchets, Citeo, Mayotte

Le SIDEVAM met en place des déchetteries mobiles sur l’ensemble de l’île

0
Des camions arrêtés pour cause d’indigestion de déchets non ménagers, un ISDND qui se remplit plus vite que prévu à Dzoumogne, des vielles gazinières déversées sur les bas côtés et salissent les paysages… autant de raisons pour que le SIDEVAM investisse dans des camions collecteurs d’encombrants, de déchets verts et de ferraille. Vous n'avez qu'à composer le 0639 27 44 44, "Allo, Uharafu halo!"

Recent Comments