30.8 C
Mamoudzou
mercredi 30 novembre 2022
AccueilorangeExpulsion des mineurs : Mayotte de toute façon condamnée

Expulsion des mineurs : Mayotte de toute façon condamnée

La préfecture a été condamnés une nouvelle fois par la défenseur des droits pour avoir fait passer des enfants par le CRA et les avoir rattaché arbitrairement à des adultes. La problématique des mineurs accompagnés lors de leur entrée sur le territoire mais qui ne le sont plus ensuite, basculant dans la souffrance, reste centrale à Mayotte. C'est sous cet angle qu'il faut l'aborder.

Dans une nouvelle décision du 14 octobre 2022, la Défenseure des droits pointe une atteinte particulièrement grave à l’intérêt supérieur de l’enfant à Mayotte pour deux raisons : l’enfermement des mineurs au Centre de Rétention administrative, et le rattachement arbitraire d’enfants à des adultes inconnus lors de l’expulsion vers Anjouan.

En 2021, la Défenseure des droits avait été saisie de 56 situations d’enfants rattachés arbitrairement à des adultes et de 142 situations de mineurs dont la date de naissance a été sciemment modifiée. « Ces chiffres illustrent la systématisation de ces procédures que nos équipes à Mayotte constatent quotidiennement », critique la Cimade qui évoque des conséquences graves et irréversibles pour les enfants.

La Défenseure des droits exhorte le Ministère de l’Intérieur et le préfet de Mayotte à « cesser immédiatement ces pratiques et à mettre fin à l’enfermement des enfants en centre de rétention administrative. »

Depuis le 1er janvier 2022, la Cimade fait état de 30 enfants accompagnés et 21 mineurs isolés dans les centres de rétention où elle intervient. Et rappelle que la France s’est pourtant engagée à travers la Convention internationale des droits de l’enfant et de nombreux textes français et européens « à protéger et offrir une vie digne à tous les enfants vivant sur son territoire, quelle que soit leur nationalité ou la nationalité de leurs parents. »

Une chambre familiale au CRA

Des enfants enfermés… dans leur douleur

Cela fait en effet des années que ces pratiques perdurent, car la situation est critique à Mayotte, pire elle a basculé. De nombreux étrangers en situation irrégulière arrivés avec leurs enfants sur le territoire, ne signalent pas leur présence lorsqu’ils sont reconduits. Les laissant, qui à une tante, qui à un oncle éloigné, qui assurent le prendre en charge mais, à la tête d’une nombreuse progéniture, finissent par ne plus assurer le gîte et le couvert, et encore moins un entourage affectif. Ces enfants se forgent une vie dans la douleur, loin de leurs parents. Certains finissent mineurs isolés, ne parlons pas de l’engrenage de bangué (résine de cannabis), voire pire.

Le rattachement arbitraire par la préfecture est tout aussi violent. Le travail des associations moquées comme « droit-de-l’hommistes », devraient donc se concentrer exclusivement sur la recherche des familles à Anjouan, pour stopper ce qui est aussi un enfermement, celle d’une condamnation à une vie de violences, de sous-nutrition, alors que des parents sont à 80km de là.

Il suffit que le gouvernement trouve des programmes qui vont dans ce sens, avec les financements qui vont avec, pour que de nombreuses associations postulent. Des tentatives avaient été faites par Tama (ex-Mlezi), il faut les poursuivre.

A.P-L.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
François Braun, Santé, Mayotte, ARS, CHM, PRS, CNR

Contre la désertification médicale de l’île, le ministre Braun inaugure l’agence de recrutement

0
Le mot de catastrophe n’est pas vain pour qualifier la désertion des professions médicales, accentuée depuis les agressions de ces dernières semaines, et que ne peut que constater le ministre de la Santé. Mayotte s’en sortira grâce à l’imagination des acteurs sur place, notamment ceux qui ont monté une machine à recruter particulièrement innovante
Longoni, port, Mayotte, MCG, arrêté, parquet national financier

Report du procès en diffamation envers MCG, suspendu à « l’avenir incertain » des plaintes pour...

0
L’accusation de diffamation porte un arrêté que nous avions qualifié de "fantôme", produit par Ida Nel fixant les tarifs d’outillages portuaires. L’original n’ayant été retrouvé ni au conseil départemental, ni en préfecture, et l’expertise graphologique allant dans le même sens, le président de l’Union Maritime l’affirmait, « l’arrêté est un faux ». L’audience révélait l’insuffisance des moyens judiciaires au regard de la gravité des faits présumés
Sénat, haut-débit, Mayotte

Très haut débit à Mayotte : les sénateurs votent en faveur de 22,5 millions...

0
À l’occasion du vote du Projet de Loi de Finances 2023 en cours d’examen, c'est le sénateur LR Patrick Chaize qui a porté un amendement visant à permettre au 101ème département de rattraper son...
François Braun, Mayotte, CHM, ARS

Arrivée du ministre François Braun au Centre hospitalier de Mayotte

0
C'est accueilli par les élus et les directions des instances de Santé, CHM et ARS notamment, que le ministre de la Santé a fait ses premiers pas à Mayotte. François Braun est très attendu sur...
MDSI, Expertnet, informatique, Mayotte

Inauguration de la 1ère école d’informatique à Mayotte

0
Pour ce jour de rentrée, la formatrice n’a pas lancé « prenez vos crayons », « mais tous à vos claviers ». Ils sont 18 titulaires d’un BTS dans la salle à inaugurer la 1ère école d’informatique de l’île qui fonctionne en Centre de Formation d’Apprentis. En alternance en entreprise, c’est un diplôme d’Etat qu’ils vont décrocher au bout du parcours de deux ans

Recent Comments